PRÉFACE DE FRANCOIS-MICHEL DUPONT

Francois-Michel DUPONT
Francois-Michel DUPONT

Mai, juin, Ouistreham, Merville… Un week-end idéal : Il fait beau, le soleil est haut et l’air tiède. Les familles, progressent lentement vers la plage, les bras chargés de jouets, de bouées colorées, tout en rappelant au petit dernier surexcité par l’idée de rejoindre la mer, qu’il ne doit pas lâcher la main qu’on lui tend.

En terrasse, sur le marbre de la table bistro, le serveur vient de poser un demi, très frais. Une bière : bulles dorées et mousse blanche. Le verre semble poli par la buée. C’est une belle journée ! Et puis un groupe s’installe, ils sont cinq, trois hommes vêtus d’uniformes américains de 1944, deux femmes en robes légères et coiffure d’époque. Je n’en pense rien, si ce n’est que la proéminence abdominale du para U.S. ne le rend pas très crédible, sauf pour le combat rapproché avec une entrecôte-frite.

Ils échangent bruyamment et quelques minutes plus tard, ils sont rejoints par un gamin, arborant l’arrogance de ses 17 ans, un béret et un brassard tricolore. Il toise tout le monde, avec mépris, comme si son accoutrement lui en donnait le droit… Avaient-ils le même regard ceux qui se sont réveillés à la libération pour traîner des femmes à la tonte ? Il m’agace. Il sort son i-phone de la poche et fait à haute voix des commentaires sur sa dernière conquête. Je suis mal à l’aise.

Comment peut-on oser s’habiller ainsi ? Comment peut-on se comporter avec une telle désinvolture, quand on enfile l’habit de ceux qui ont tout risqué, qui ont engagé leur vie fragile contre la machine de guerre allemande ?

Ce garçon, et son accoutrement m’interroge, nous interroge tous : que signifie encore le mot Mémoire ? Est-ce tout ce qui reste du combat contre l’idéologie nazie, contre la volonté d’exterminer un peuple et une culture ?

Ne faut-il que soixante dix ans pour oublier l’atrocité et soixante millions de morts ?

Je me souviens de mes aïeux, prisonniers de guerre, ou civils à vélo pris pour cible par un chasseur anglais. Ne sommes-nous pas capables de tirer les enseignements de notre histoire, une fois les derniers témoins directs décédés ?

Voilà, je ne finirai pas ma bière, mais je commencerai un livre !

Le choix du genre était une évidence ! Polar ! Polar ! Polar ! Oui, j’aime le polar car il se revendique tout à la fois populaire et exigeant. Ce sont ces qualités qui font de notre genre un média singulier dans la transmission de la mémoire, comme dans le nécessaire exercice de l’esprit crique face aux résurgences de l’intolérance et de la haine.

Pour cette raison je voulais rendre hommage à tous ces auteurs qui ont porté leur regard sur cette période, sur ses dangers et qui se sont faits investigateurs, au service du public et au nom du respect. Il ne me reste donc plus maintenant, qu’à vous laisser en excellente compagnie ! Alors bonne lecture et restez vigilants.

(c) François-Michel DUPONT 2014

 

2 guerre mondiale

A l’heure où la Normandie et le monde entier célèbrent le débarquement des alliés en France sur les côtes normandes, il nous a semblé important de vous proposer un dossier consacré aux romans policiers se déroulant pendant la seconde guerre mondiale.

Parce que le devoir de mémoire et de transmission peut également passer par la fiction. Et dans les titres que vous allez découvrir beaucoup d’auteurs se sont basés sur des faits réels. Pour avoir la vision la plus riche possible de ces événements, nous avons aussi proposés des oeuvres qui évoquent la montée du nazisme avant 1939-1945 mais aussi la fuite des bourreaux vers l’Argentine (ou dans d’autres pays) après la guerre. Et comme la folie des hommes n’a parfois pas de limite nous présentons aussi des thrillers qui évoquent des groupuscules qui aimeraient le retour du III° Reich.

Certains romans proposés sont des uchronies c’est à dire la présentation d’une « histoire alternative ». Par exemple, si les Etats-Unis étaient restés neutres quel serait le visage de l’Europe aujourd’hui… Ils sont signalés par un astérisque *.

Sophie


Sommaire

  1. Classement par Auteurs
  2. Bande Dessinée
  3. A découvrir également

1 – Classement par Auteurs

A

  • Jussi ADLER-OLSEN : Dossier 64 (Albin Michel) A la fin des années 80, quatre personnes disparaissent mystérieusement en l’espace de quelques jours. Jamais élucidée, l’affaire se retrouve sur le bureau du Département V. Carl Mørck et ses improbables assistants, le réfugié syrien Assad et la pétillante Rose, ne tardent pas à remonter jusqu’aux années 50 où s’ouvre un sombre chapitre de l’histoire danoise : sur la petite île de Sprögo, des femmes sont internées et stérilisées de force sous la direction du docteur Curt Wad, obsédé par l’idée d’un peuple « pur ». Plongé dans une terrible histoire de vengeance, Mørck enquête cette fois dans le milieu politique opaque d’une société danoise où l’influence des extrêmes se fait sentir.
  • Patrick AMAND : Omaha blues et autres nouvelles (éditions du caïman) Après avoir débarqué en Afrique du Nord et en Sicile, le soldat Jim O’Gara survivra-t-il à l’enfer d’Omaha Beach ? Quarante ans après avoir été parachuté, quel secret porte en lui le vétéran anglais de la 6e Airborne Will Tucot ?
  • Jean AMILA : La lune d’Omaha (Folio) On ne voyait rien que le ciel bas, sauf quand la barque piquait du nez… Vingt ans après, dans l’alignement blanc parfait des croix, le cimetière militaire américain d’Omaha Beach offre sur la mer calme un point de vue à couper le souffle… Le sergent Reilly se souvient. Il est le gardien de ces tombes; la mémoire et le seul survivant de la 4e section. Il a refait sa vie et connaît les magouilles sordides des paysans locaux. Un petit monde matois, sous tension, à l’affût… Que le père Delouis casse sa pipe et révèle un secret bien gardé et la mort, à nouveau, rôdera sur la dune

B

  • Stéphane BELLAT : La chambre d’Hannah (MA) En filigrane, ces deux questions essentielles : jusqu’où aller par amitié ? Sommes-nous prêts à croire l’impossible ?
  • Bernard BENYAMIN et Yohan PEREZ : Le Code d’Esther
  • Richard BIRKEFELD et Gôran HACHMEISTER : Deux dans Berlin (Livre de Poche) Hiver 1944. Dans un hôpital militaire, Hans-Wilhelm Kalterer, un ancien des services de renseignements de la SS, se remet d’une blessure par balle. Il sait que la guerre est perdue et qu’il doit se racheter une conscience. Il rejoint la police criminelle de Berlin où il est chargé d’enquêter sur le meurtre d’un haut dignitaire nazi. Dans le même temps, Ruprecht Haas s’évade de Buchenwald à la faveur d’un raid aérien, et regagne la capitale pour retrouver les siens, bien décidé à se venger de ceux qui l’ont dénoncé.
  • BOILEAU-NARCEJAC : Les louves (folio 2001) évadé d’un stalag avec son ami Bernard. Destination Lyon où Bernard pense trouver refuge chez sa marraine de guerre. C’est à l’abri d’un wagon à bestiaux qu’ils parviennent à destination dans la nuit noire de l’occupation.
  • C.J. BOX : Le convoyeur du III Reich (Ombres Noires). Wyoming. Paul Parker, un avocat proche de la retraite, s’apprête à sortir son chien dans l’aube glaciale. Deux hommes surgissent alors de l’ombre et l’embarquent de force à bord d’un vieux pick-up. La route et les kilomètres s’étirent dans un paysage désolé, la tempête guette à l’horizon, et c’est au milieu de nulle part que les ravisseurs vont parler. Un héritage volé, des générations spoliées, un zeppelin allemand? L’histoire, qui remonte à la seconde guerre mondiale, est tellement incroyable que Parker ne la prend pas au sérieux. Et pourtant ?
  • Michel BUSSI : Gravé dans le sable (Presses de la Cité) Paru également sous le titre « Omaha crimes » (Ptc) La veille du Débarquement en Normandie, face à une mort certaine, que seriez-vous prêt à promettre pour échanger votre place ? Et que vaudra cette promesse, après la guerre, alors que tous les témoins seront morts ou disparus ?

C

  • Jean-Pierre CHARLAND : L’été 1939 (Hurtubise HMH) Pendant que l’Europe se dirige vers une guerre inévitable, Renaud Daigle, avocat de Montréal chargé de faire la lumière sur le meurtre d’une femme juive, oriente son enquête vers les milieux montréalais d’extrême droite dirigés par Adrien Arcand. Une intrigue policière qui met en lumière les tensions sociales d’une époque marquée par l’intolérance et le racisme.
  • Paul COLIZE : Un long moment de silence (Folio). 2012. À la fin de l’émission où il est invité pour son livre sur la «Tuerie du Caire», un attentat qui a fait quarante victimes dont son père en 1954, Stanislas Kervyn reçoit un coup de téléphone qui bouleverse tout ce qu’il croyait savoir. 1948. Nathan Katz, un jeune Juif rescapé des camps, arrive à New York pour essayer de reconstruire sa vie. Il est rapidement repéré par le Chat, une organisation prête à exploiter sa colère et sa haine. Quel secret unit les destins de ces deux hommes que tout semble séparer?
  • Thierry COTTA : Berlin 1938 – L’affaire Elisabeth Frick (Edilivre 2017) En plein apogée du IIIe Reich, une affaire sordide qui touche le pouvoir… Calev Kowalski, brillant commissaire, est mandaté pour enquêter. Pourtant, il devrait être interdit d’exercer du fait de son appartenance à la communauté juive.

D

  • Didier DAENINCKX : La mort n’oublie personne (Folio)
  • Nicolas d’ESTIENNE D’ORVES : Les orphelins du mal (Pocket) Quatre mains droites momifiées dans une mallette. Voilà ce qu’a reçu Vidkun Venner, riche collectionneur norvégien fasciné par l’art nazi. Pour découvrir qui a pu lui envoyer ce macabre colis, il fait appel à Anaïs, une jeune journaliste parisienne. Très vite, leur enquête les mène vers les Lebensborn, véritables haras humains où les scientifiques SS faisaient naître de petits aryens pour réaliser leur rêve dément d’une race pure. Une race qui n’a pas dit son dernier mot. Et continue, orpheline, à faire couler le sang et les larmes…
  • Jean-Pierre de LUCOVICH : Satan habite au 21 (L’Archipel) Paris, 11 mars 1944. Appelés pour un incendie rue Le Sueur, les pompiers et la police découvrent dans les caves d’un hôtel particulier un charnier de vingt-sept cadavres dissous dans la chaux vive. L’enquête révèle que le propriétaire, un certain Dr Petiot, avait promis à ses victimes de les faire passer en Amérique du Sud, moyennant finances.
  • François-Michel DUPONT : Mémoire à bout portant (Le Vistemboir). Dans une Basse Normandie encore marquée par la Seconde Guerre Mondiale, comment le capitaine de police Philippe Pesqueur et son irrésistible adjoint Pierre – Arnaud Levasseur pourront-ils découvrir le véritable coupable parmi les fanatiques de reconstitutions historiques, une aristocrate vénéneuse ou autres « naufragés » écrasés par le poids du passé ? Cette aventure rocambolesque nous ballade au fil de la région : de Caen à la pointe du Cotentin, et nous force à reconsidérer une certaine vision de l’histoire comme … »une mémoire à bout portant » !
  • Loup DURAND : Daddy (Pocket) Le 18 septembre 1942, Thomas fête ses onze ans. Caché dans le sud de la France, protégé par des gardes du corps, pourchassé par les nazis, il n’est pas un petit garçon comme les autres. Pour la Gestapo, il vaut 724 millions de marks. Une somme qui justifie qu’on lance à ses trousses une horde de chasseurs. A leur tête, le plus surprenant des policiers, Gregor Laëmmie, un professeur de philosophie revenu de tout. La traque infernale commence. Contre l’étrange Gregor Laëmmie, Thomas, avec son cœur d’enfant et son cerveau de génie, va jouer sa vie comme une extraordinaire partie d’échecs. Un seul témoin à l’affrontement de ces deux formidables intelligences : un Américain bien tranquille qui est peut-être le père de Thomas. Peut-être…

EF

  • Frédéric H. FAJARDIE : La Théorie du 1 % (La Table Ronde) La Théorie du 1 % est une histoire de monstres. Un fantôme déguisé en soldat de la Wehrmacht vient perturber un mois de septembre un peu trop sec du Pays d’Auge. Il élimine l’un après l’autre des paysans du village de Pourceauville qui ont confondu l’ivresse du calva et de l’épuration. Ce tueur hors du commun a préparé son coup depuis quinze ans. Chaque détail a été pensé avec un acharnement que seule la vengeance autorise. Le seul élément que le tueur n’a pas pris en compte, c’est la présence à Pourceauville du commissaire Padovani…
  • Frédéric H. FAJARDIE : Un homme en harmonie (Folio)
  • Frédéric H. FAJARDIE : Cia, bella, ciao ! (La Table Ronde)
  • Ken FOLLETT : Code Rebecca (Livre de Poche). 1942. Rommel a pris Tobrouk et l’Egypte est sur le point de tomber aux mains des nazis. Dans le grouillement du Caire où le destin vacille encore, une lutte à mort s’engage entre un espion allemenand qui, à l’abri chez sa maîtresse, une voluptueuse danseuse égyptienne, transmet chaque jour des renseignements à Rommel en utilisant un émetteur radio et un exemplaire de Rebecca de Daphné du Maurier contenant la clef du code, et un major des services secrets britanniques. Lui a pour aide Elen, une jeune juive égyptienne prête à utiliser sa beauté pour combattre les nazis
  • Ken FOLLETT : Le réseau Corneille (Livre de Poche) France, 1944. Betty a vingt-neuf ans, elle est officier de l’armée anglaise, l’une des meilleures expertes en matière de sabotage. A l’approche du débarquement allié, elle a pour mission d’anéantir le système de communication allemand en France. Après une première tentative catastrophique et coûteuse en vies humaines, Betty va jouer le tout pour le tout en recrutant une brigade unique en son genre : le Réseau Corneille, une équipe de choc. Six femmes à la personnalité hors du commun : l’aristocrate, la taularde, l’ingénue, la travestie… chacune va apporter sa touche très personnelle au grand sabotage.
  • Ken FOLLETT : L’arme à l’oeil (Livre de Poche) 1944. Les Allemands s’attendent à un débarquement. Mais où ? Les Alliés ont édifié sur la côte, au nord de Londres, une formidable base où s’entassent, entre d’interminables rangées de baraquements, des chars, des avions, des canons – tout cela en toile peinte tendue sur du bois, ou en carton-pâte. Il s’agit de faire croire à Hitler que le débarquement se fera dans le Pas-de-Calais et non pas en Normandie. La supercherie a l’air de prendre. Mais qu’un agent ennemi découvre la vérité, et alors… Son nom de code est Die Nadel (l’Aiguille) car son arme préférée, c’est le stylet. Et il risque de découvrir le secret qui peut faire échouer toute l’opération…
  • Ken FOLLETT : Le vol du frelon (Livre de Poche) Juin 1941. Le ciel appartient à Hitler. La plupart des bombardiers anglais tombent sous le feu ennemi. Comme si la Luftwaffe parvenait à détecter les avions… Les Allemands auraient-ils doublé les Anglais dans la mise au point de ce nouvel outil stratégique : le radar ? Winston Churchill, très préoccupé, demande à ses meilleurs agents d’éclaircir la situation dans les plus brefs délais. Harald, jeune Danois de dix-huit ans, décidé à se battre contre l’occupant germanique, a trouvé une installation allemande ultrasecrète qui semble prévoir l’arrivée des bombardiers anglais. Sa découverte pourrait inverser le cours de la guerre. Mais à qui la révéler ? A qui peut-il faire confiance ? Harald en sait trop, il risque la mort. A bord du Frelon, son biplan de fortune, il va jouer sa vie pour faire part de sa découverte.
  • Sylvain FORGE : Le vallon des parques (le Toucan) Vichy, 1943. Aux portes de la ville, une série de crimes frappe la communauté paysanne de la montagne bourbonnaise. Des vaches sont mutilées, des fillettes retrouvées mortes et amputées.
  • Frederik FORSYTH : Le dossier Odessa (Folio) Peter Miller, jeune journaliste allemand en quête d’une bonne histoire, tombe par hasard sur le témoignage d’un Juif rescapé des camps. Celui-ci vient de se suicider après avoir reconnu au détour d’une rue Eduard Roschmann, autrefois surnommé le Boucher de Riga. Comme de nombreux criminels nazis, Roschmann s’est volatilisé à la fin de la guerre grâce au réseau Odessa. Au péril de sa vie, Peter Miller se lance à sa poursuite, bien décidé à dévoiler l’un des secrets les mieux gardés de l’Histoire…
  • Gabrielle FORNO COFFANO : L’ hiver à Fécamp (des Falaises) Un soldat allemand vit la fin de la guerre dans un petit port normand, s’installe et rencontre à la fois l’amour et un pays, mais aussi la trahison, sur une toile de fond de préparation du Débarquement.
  • Alan FURST : Le correspondant étranger (Point) Paris, 1938. Le rédacteur en chef d’un journal antifasciste clandestin est découvert mort dans un hôtel. La police conclut à un suicide, mais ses camarades émigrés italiens n’ont aucun doute : la police secrète de Mussolini a encore frappé. Carlo Weisz convoqué par la Sûreté nationale et suivi dans le moindre de ses déplacements.

G

  • Eric GIACOMETTI et Jacques RAVENNE : Le rituel de l’ombre (Pocket) Le commissaire Antoine Marcas, maître maçon et son équipière, qui abhorre les « frères », se trouvent confrontés aux tueurs implacables d’une confrérie occulte nazie, la société Thulé, adversaire ancestrale de la maçonnerie. Soixante ans après la chute du IIIe Reich, les archives des francs-maçons, dérobées par les Allemands en 1940, continuent de faire couler le sang. Quel secret immémorial se dissimule entre leurs pages jaunies ?
  • David GIBBINS : Les dieux d’ Atlantis (Pocket) Océan atlantique, 9 000 ans av. J.-C. L’île légendaire de l’Atlantide est engloutie à jamais par les flots. Les prêtres fuient pour sauver leur vie. Mais où les Atlantes réussissent-ils à cacher leurs plus grands trésors ? Allemagne, 1er mai 1945. Au cœur du Berlin ravagé par la guerre, les trésors archéologiques cachés par les nazis disparaissent. Mer noire, de nos jours. Jack Howard découvre un ancien fragment d’écriture dans les ruines d’une citadelle de l’Atlantide. Et s’il existait une nouvelle version terrifiante des Atlantes, des prêtres des ténèbres ? Le Reich aurait-il dissimulé des traces du mal qu’un acte funeste pourrait libérer à tout moment ? La terrible quête commence…
  • Maurice GOUIRAN : Les damnés du vieux port (Jigal) En 1940, Marseille est mise en coupe réglée par Sabiani et ses nervis à la solde des nazis. De nombreux Français d’alors se retrouvent bientôt engagés volontaires dans la SS, soldats damnés et derniers défenseurs d’Hitler dans un Berlin d’apocalypse. Pourtant c’est aussi à Marseille la rebelle qu’éclosent les premiers bourgeons de la Résistance.
  • Graham GREENE : Le troisième homme (Livre de Poche) En 1949, dans le champ de ruines de Vienne partagé en quatre zones par les grandes puissances victorieuses de la Seconde Guerre Mondiale, un écrivain américain vient rendre visite à un ami. Sur place, il apprend que celui-ci vient de mourir dans un accident de voiture. Des éléments troublants le décident à mener une enquête sur la vie de son ami et sur cet étrange accident qui se révèle être un assassinat. Il part à la recherche d’un homme qui connaîtrait toute la vérité sur l’affaire.

H

  • Jean-Paul HALNAUT : G.I.’s blues (éditions des falaises) Dans une ville qui se remet à grand-peine des bombardements de septembre 1944, le truculent commissaire Henri Poirier, adepte des nouvelles méthodes d’investigations policières, enquête sur une série d’agressions criminelles commises à l’encontre de jeunes femmes. Le parcours chaotique de Tony, un truand américain maigre comme un clou mais non dénué de charme, fruit des amours entre une cauchoise et un ouvrier des abattoirs de Chicago vétéran de la Première Guerre mondiale, passe par les camps « cigarette » installés au pourtour du Havre. Les destins du flic atypique et du voyou devenu soldat d’élite par obligation se croisent au Havre.
  • Robert HARRIS : Fatherland (Pocket) Berlin, 1964. Après la victoire de l’Allemagne en 1944, la  » paix nazie  » règne sur l’Europe. L’inspecteur March enquête sur l’assassinat de deux anciens SS. Il découvre alors qu’un terrible secret menace le régime d’Hitler. Parallèlement, on prépare l’arrivée de Kennedy Senior ; si les États-Unis s’allient avec l’Allemagne, c’est la fin du monde libre… Un thriller passionnant où les personnages évoluent dans une histoire recomposée qui fait froid dans le dos.
  • Michel HEBERT et LEES Edward : Murder in the Channel Islands (Charles Corlet, en anglais) Roman policier contemporain et pendant la seconde Guerre Mondiale à Jersey et en Normandie
  • André HELENA : Les salauds ont la vie dure (10/18)
  • André HELENA : le festival des macchabées (10/18)
  • André HELENA : Les clients du Central-Hôtel (E/Dite 2000) Perpignan,1944 les Allemands tiennent encore la ville mais ce préparent au départ. Au Central-Hotel, véritable microcosme de la France de l’occupation, des clients pas tout à fait comme les autres, résistants en planque, collabos, gestapistes, agents secrets, traitres, truands, putes à la redresse, se préparent, les uns, à des lendemains qui chantent, les autres, à l’aube blafarde des pelotons d’exécution .
  • André HELENA : Les clients du Central Hôtel (E/Dite 2006) quelques jours après le débarquement des alliés sur les côtes normandes. Jacques Vallon a dix-neuf ans. Il tue pour le plaisir, et aussi pour régler des comptes avec lui-même.
  • Philippe HUET : Bunker (Rivages) À Vollaville, plage du débarquement, le vieil Alfred Fournier possède un bar-hôtel qui a vu défiler collabos et résistants. Une mort violente survient. L’arme du crime est un Garrant M1, l’arme des G.I. pendant la guerre…

IJ

  • Serge JACQUEMARD : La bande Bonny Lafont (Scènes de Crimes) Henri Lafont ne s’intéresse pas à la politique. Pourtant, il veut le pouvoir, l’argent, les plus belles femmes : toutes choses que les Allemands lui offrent sans compter. Et il trahit. La Gestapo française de la rue Lauriston – la Carlingue, c’est lui. Associé à l’ex-inspecteur de police Bonny, il recrute des centaines de truands et règne sans partage sur la capitale, pillant, rançonnant, traquant les maquisards et les agents de la France libre.
  • Thierry JONQUET : Les orpailleurs (folio 1998) Un corps massacré est découvert dans un immeuble délabré. Non identifiable. On peut juste constater que c’est une jeune fille. Détail macabre, la main droite a été coupée. Le travail est propre, le tueur s’y connaissait.

K

  • Philip KERR : la paix des dupes (Livre de Poche) Octobre 1943 : Roosevelt, Churchill et Staline doivent se rencontrer à Téhéran pour discuter du sort de l’Allemagne… et se partager l’Europe. Dans l’entourage d’Hitler, on oeuvre discrètement pour sauver les meubles. Partout, de Londres à Téhéran, agents secrets, sbires et traîtres de tous bords s’en donnent à coeur joie. Meurtres, complots, projets d’attentats se succèdent dans une atmosphère d’urgence extrême. Jusqu’au jour J, où rien ne se passe comme l’Histoire l’a écrit…
  • Philip KERR :
    • La trilogie Berlinoise (Livre de Poche) Publiés pour la première fois entre 1989 et 1991, L’Eté de cristal, La Pâle Figure et Un requiem allemand ont pour toile de fond le IIIe Reich à son apogée et, après la défaite, l’Allemagne en ruine de 1947. Bernie Gunther, ex-commissaire de la police berlinoise, est devenu détective privé. Désabusé et courageux, perspicace et insolent, Bernie est à l’Allemagne nazie ce que Philip Marlowe est à la Californie de la fin des années 1930 : un homme solitaire, témoin de son époque.
    • La mort, entre autres (Livre de Poche) 1949. Bernie vit une passe difficile. Sa femme se meurt, et il craint que le matricule SS dont il garde la trace sous le bras ne lui joue de sales tours. Une cliente affriolante lui demande de retrouver la trace de son époux nazi, et le voici embarqué dans une aventure qui le dépasse.
    • Une douce flamme (Livre de Poche) 1950, lorsque Bernie Gunther débarque à Buenos Aires sous un nom d’emprunt, la ville est infestée d’exilés nazis, qui ont reconstitué leurs réseaux et leurs pratiques. Informé de sa véritable identité, le chef de la police charge Bernie d’une enquête qui lui rappelle une affaire non élucidée…
    • Hôtel Adlon (LGF). Berlin, 1934. Bernie Gunther, chassé de la Kripo, gangrenée par les nazis, en raison de ses sympathies pour la république de Weimar, s’est reconverti : il est maintenant responsable de la sécurité de l’Hôtel Adlon. Alors qu’il s’échine à effacer de sa généalogie un quart de sang juif, le patron d’une entreprise de construction est assassiné dans sa chambre après avoir passé la soirée avec un homme d’affaires américain véreux.
    • Vert-de-gris (LGF) 1954. Alors qu’il tente de fuir Cuba en bateau, Bernie Gunther est arrêté par la CIA et transféré à la prison de Landsberg à Berlin. La guerre froide fait rage.
    • Prague fatale (Le Masque) Berlin, 1942. Bernie Gunther, capitaine dans le service du renseignement SS, est de retour du front de l’Est. 
  • David S. KHARA : Le projet Bleiberg (10/18) Son père ? Assassiné. Sa mère ? Assassinée. Pour Jay Novacek, la semaine commence à être chargée. D’autant qu’en terme d’héritage, à part un drapeau américain, un médaillon nazi et un agent du Mossad à ses trousses, ce n’est pas l’Eldorado. Pire, il semblerait qu’on se dispute sa tête à grands coups de revolver… Peu habitué à danser avec les balles, Novacek va devoir apprendre. Et vite, s’il veut survivre.
  • David S. KHARA : Le projet Morgenstein (10/18) Berlin, 1942. Le chef de la Gestapo, Reinhard Heydrich charge un colonel SS d’éliminer un enfant au centre du plus important projet du 3è Reich. Pologne, 1943. Un groupe de résistants hérite bien malgré lui d’un adolescent, évadé du camp Stutthof. très vite, le fugitif déploie des qualités exceptionnelles au combat. Irak, 2003. Une unité de reconnaissance des Marines, tombée en embuscade, est récupérée par l’armée américaine. Etats-Unis, de nos jours. Jérémy Corbin et Jacqueline Walls mènent une vie tranquille avec leur fille dans une petite ville du New Jersey. Mais un jour, tout bascule. De Londres à Tel-Aviv, des forêts polonaises aux gratte-ciel de Manhattan, un homme se bat pour protéger ses amis de la malédiction qui le poursuit obstinément.
  • Monica KRISTENSEN : Opération Fritham (Gaïa) Mars 1941, Kirkenes, en Norvège. Un pasteur et son fils veillent sur une chapelle et son trésor. Lorsque deux déserteurs, des Norvégiens engagés volontaires dans l’armée allemande, pensent pouvoir y trouver refuge, ils découvrent surtout une icône russe de grande valeur.
  • Volker KUTSCHER : Goldstein (Points) Berlin, 1931 – le FBI alerte la police berlinoise : Abraham Goldstein, un tueur à gages new-yorkais, va débarquer. Le commissaire Gereon Rath est chargé de le surveiller. Très vite, les meurtres se multiplient et la presse antisémite fait porter le chapeau au gangster juif. Au coeur de l’agitation politique et sociale, Rath va s’efforcer de garder la tête froide afin de démêler cet imbroglio.
  • Malgorzata et Michal KUZMINSKI : Le secret de Cracovie (ZDL) C’est la fête de Pourim, et le carnaval juif bat son plein. À Cracovie, Kroke en yiddish, le vieux quartier de Kazimierz — ainsi nommé en souvenir du roi Casimir III le Grand, protecteur des Juifs au XIVe siècle —, est en liesse. Mais en ce printemps de l’année 1939, l’antiquaire Jacob Rosenberg se voit confier un étrange manuscrit en provenance de Prague, et conservé depuis des siècles par une société secrète: la Confrérie des Alchimistes.

L

  • Camilla LACKBERG : L’enfant allemand (Actes Noirs). Pourquoi la mère d’Erica avait-elle conservé une médaille nazie ? Erica contacte un vieux professeur retraité à Fjällbacka pour essayer de comprendre l’histoire. Quelques jours plus tard, l’homme est assassiné. La visite d’Erica a-t-elle déclenché un processus qui gêne et qui, en tout cas, remue une vieille histoire familiale ? Patrik Hedström, en congé parental, ne va pas rester inactif.
  • Erik W. LARSON : Dans le jardin de la bête (Livre de Poche) 1933. Sollicité par le président Roosevelt, William E. Dodd accepte d’être le nouvel ambassadeur américain à Berlin. S’il n’est pas diplomate mais historien, il a un solide atout : il est germanophone. Lorsqu’il débarque en Allemagne en juillet, sa femme et ses enfants l’accompagnent. Sa fille, Martha, 24 ans, succombe vite aux charmes du nazisme et plus particulièrement à ceux de Rudolf Diels, le chef de la Gestapo. Au fil des mois, les yeux de W. E. Dodd se dessillent. Il tente d’alerter le département d’Etat américain sur la vraie nature du régime. En vain. Martha, elle, s’éprend d’un espion russe, qui la convainc de mettre ses charmes et ses talents au service de l’Union soviétique
  • Hervé LECORRE : Après la guerre (Rivages) Bordeaux dans les années 50. La Seconde Guerre mondiale est encore dans toutes les mémoires et pourtant, un nouveau conflit qui ne dit pas son nom a déjà commencé : de jeunes appelés partent pour l’Algérie. C »est dans ce contexte qu »une série d »événements violents se produisent. Le commissaire Darlac, qui s’est compromis pendant l’Occupation, est lui-même bientôt happé par cette spirale de violence…
  • Jacqueline LEPETTRE : Souvenirs mortels (Charles Corlet) Le 8 juin 1944, dans le parc municipal de Luc sur-Mer, deux jeunes garçons jouent à la « petite guerre ». La ville en liesse vient d’être libérée.C’est la raison pour laquelle personne n’entend le coup de feu, qui se confond avec le feu d’artifice
  • Jean-Pierre de LUCOVICH : Occupe-toi d’Arletty ! (10/18 2016) Le détective Jérôme Dracéna enquête dans le Paris de l’Occupation sur les auteurs des menaces de mort adressées à Arletty.
  • Jean-Pierre de LUCOVICH : Satan habite au 21 (10/18 2017) Le détective Jérôme Dracéna est de retour pour une enquête dans le Paris de l’Occupation, sur les traces de l’effroyable « Docteur Satan », alias Marcel Petiot.

M

  • Léo MALET : Nestor BURMA
    • 120, rue de la gare (Pocket) Burma avait pris ces huit mois de captivité en Allemagne comme de longues vacances. Libéré en 1941, il regagne Paris et son agence  » Fiat lux », en sommeil depuis le début de la guerre. Pas pour longtemps. A la halte de Lyon, une fusillade éclate et son ex-collaborateur Colomer est abattu sous ses yeux. Il lance dans un dernier cri : « Patron !… 120, rue de la Gare… « . Adieu la morne tranquillité du stalag !
    • Nestor BURMA contre C.Q.F.D. (10/18 1989) chronologiquement, la deuxième aventure du bien connu détective de choc. Elle se situe en 1942, dans un Paris camouflé, soumis aux alertes et aux restrictions
    • Le Cinquième procédé (10/18 1989) Un homme était étendu, des liens aux poignets et aux chevilles, les vêtements souillés… M. Maillard en personne, raide comme un morceau de bois. La sourde avait raison. Pour une rue tranquille, c’était une rue tranquille. Je ne connaissais même véritablement que la Morgue pour rivaliser de tranquillité avec cette rue.
  • Léo MALLET : Le Dernier Train d’Austerlitz (Glancier-Guénaud 1982) Une histoire de vol de tableau de tableau
  • Dominique MANOTTI : Le corps noir (Points en 2006) Entre le débarquement des Alliés et la libération de Paris, deux mois et demi s’écoulent. La SS allemande – le  » corps noir  » – et la Gestapo française règnent encore. Dans leur sillage, industriels, banquiers et artistes s’enrichissent et mènent une vie de plaisir. Mais les plus perspicaces sentent le vent tourner…
  • Roger MARTIN : Jusqu’à ce que mort s’ensuive (Pocket) Brillant étudiant issu de la bourgeoisie noire d’Atlanta, Douglas Bradley voit sa candidature à la prestigieuse académie militaire de Colorado Springs rejetée par les autorités militaires : c’est la consternation. La raison ? En août 1944, accusé de viol et d’agression, son grand-père, Robert, a été pendu en France dans un petit village de Normandie. Douglas se lance alors dans une recherche difficile, retrouve une famille dont il ignore tout. Bouleversé, il décide de partir pour la France…
  • Allan MASSIE : Printemps noir à Bordeaux (de Fallois 2017) En ce printemps 1940, Bordeaux, comme toute la France, connaît une « drôle de guerre » – ou si l’on veut une drôle de paix. À des centaines de kilomètres de la ligne Maginot, la vie continue comme si de rien n’était, ou presque. Le commissaire Lannes est amené à enquêter sur la mort de l’un de ses vieux amis, ancien avocat et homosexuel notoire : un crime crapuleux, un bon vieux crime à l’ancienne. Mais l’enquête s’avère plus compliquée que prévu: des pressions sont exercées sur Lannes pour qu’il l’abandonne. 
  • Jean MAZARIN : Collabo-song (Zulma) C’est la guerre. Paris est occupé par les Allemands. Epouse insatisfaite, Laure Santenac se laisse entraîner dans les soirées mondaines. Rencontres et manipulations s’enchaînent. Au printemps 1943, Laure disparaît pour toujours. Des années plus tard, les témoignages diffèrent. Laure Santenac, une victime ? une femme du monde trop légère ? une meurtrière ? pire, une délatrice qui aurait vendu des innocents à la Gestapo ? Grand Prix de la Littérature policière pour Collabosong en 1983.
  • Valentin MUSSO : Les cendres froides (Points seuil) En fouillant parmi les vieux films de son grand-père récemment décédé, Aurélien Cochet fait une découverte dérangeante : une vidéo montrant son aïeul dans un Lebensborn, une maternité nazie destinée à produire une race aryenne pure. Quelques jours plus tard, une octogénaire est retrouvée assassinée chez elle. A priori, aucun lien. A priori…

N

  • Stuart NEVILLE : Ratlines (Rivages) Dublin, 1963. Au moment où le président Kennedy prépare son voyage officiel en Irlande, des meurtres de  ressortissants étrangers viennent perturber le sommeil du ministre de la Justice. On a découvert le cadavre d’un Allemand accompagné d’une note destinée au colonel Otto Skorzeny, le chef de commando préféré d’Hitler, qui vit paisiblement sur le sol irlandais et a mis au point des filières d’exfiltration d’anciens nazis, les « ratlines ». Manifestement quelqu’un s’en prend aux criminels de guerre. Individus isolés ou groupes organisés ?
  • Jean-Louis NOGARO : La guerre a son parfum (Edition Caïman) En mai 1944, à Saint-Etienne, Lucien Bornier, dit l’Embaumé parce qu’il aime par-dessus tout être bien propre et sentir bon, n’hésite pas à profiter de l’Occupation allemande pour se faire de l’argent très facilement. Il fait du marché noir, revend des objets pris à des Résistants. Tout en aidant de temps en temps les habitants pour échapper à des rafles allemandes. Mais la fin de la guerre semble approcher et le vent tourne pour lui.

O

  • Pierre D’OVIDIO : L’ingratitude des fils (10/18) Hiver 1945. Paris est libéré, mais les conditions matérielles d’existence ne se sont guère améliorées : privations et rationnement, marché noir et trafics en tous genres. C’est dans ce climat de tensions que des enfants, jouant dans les ruines d’un immeuble de Malakoff bombardé, découvrent un cadavre dont une main est peinte en noir. Le jeune inspecteur Maurice Clavault est dépêché pour mener l’enquête.

P

  • Ben PASTOR : Lumen (Babel) Dans la Pologne que l’armée allemande occupe en 1939, l’assassinat de la mère Kazimierza, religieuse connue pour ses dons de prophétie, peut mettre le feu aux poudres. Un duo improbable enquête : Martin, officier du renseignement allemand, et le père Malecki, américain, prêtre à Chicago, envoyé par le Vatican. Deux humanistes dans un monde qui méprise l’homme.
  • Patrick PECHEROT : Boulevard des branques (folio) Juin 1940, en plein chaos, dans un Paris vidé par l’exode, Nestor, détective de l’agence Bohman, est chargé de veiller sur un psychiatre dépressif. Le métier d’ange gardien n’est pas une sinécure. Surtout en pleine débâcle, quand les asiles déversent leurs fous sur les routes, et qu’une faune sinistre de truands, de nazis et de collabos s’apprête à envahir la capitale. La folie brouille tous les repères, et l’étrange suicide du psychiatre n’arrange rien. Existe-t-il un lien entre sa mort et l’appel au secours d’un mystérieux inconnu ? Pourquoi de faux policiers s’attachent-ils aux pas de Nestor ? Que cachent vraiment les hauts murs des asiles d’aliénés ?
  • Patrick PECHEROT : Belleville-Barcelone (Folio) Paris, 1938. Dans les locaux de l’agence Bohman, un détective s’ennuie. Il ne sait pas encore que le monde bascule, mais les évènements vont faire de lui un gibier de premier choix. Le Front populaire vit ses derniers jours. En Europe le péril monte. L’embrasement général s’annonce. On chante Tout va très bien, Madame la Marquise tandis que la Cagoule multiplie les attentats. La République chancelle. Une fille de bonne famille a disparu avec son soupirant. Ils ont fait leur nid sur une poudrière. Leur chemin sera celui de la guerre. Il mène vers l’Espagne…
  • Franklyn PELL : La colline du Pendu (Verger) En cette mi-février 1945, dans les rangs de l’US Army, tout près de Colmar, un groupe de correspondants de presse veille à informer le monde libre. Lors d’une sortie pour couvrir une attaque, l’un d’entre eux est assassiné.
  • Stanislas PETROSKY : Ravensbrück mon amour (Atelier Mosesu) Dans ce roman noir, Stanislas Petrosky pénètre au cœur de Ravensbrück et en décrit implacablement chaque recoin, afin de ne jamais oublier.  

QR

  • Christopher REICH : Course contre la montre (Archipel) Juillet 1945. Depuis deux mois, l’hydre nazie est vaincue. Anéantie sous un tapis de bombes. Le monde libre célèbre la fin du cauchemar. Pour Erich Seyss, officier SS et ancien champion d’Allemagne du 100 mètres, c’était un rêve. Celui du « Reich de mille ans » promis par le Fürher. Il n’est peut-être pas trop tard pour le faire advenir et saboter la paix armée que préparent les Alliés.
  • Alain ROQUEFORT : Sous le velours, l’épine (Les Nouveaux Auteurs – Prix du roman Femme Actuelle 2014) Le roman commence par la rencontre fortuite d’une dame et d’un homme plus jeune, dans un café de la gare Matabiau, à Toulouse. Prétextant une ressemblance frappante avec son frère disparu, Rose se sert de cet événement de sa vie pour dérouler son passé, conditionné par la Seconde guerre mondiale.
  • Tatiana de ROSNAY : Elle s’appelait Sarah (Livre de Poche) Paris, juillet 1942 : Sarah, une fillette de dix ans qui porte l’étoile jaune, est arrêtée avec ses parents par la police française, au milieu de la nuit. Paniquée, elle met son petit frère à l’abri en lui promettant de revenir le libérer dès que possible. Paris, mai 2002 : Julia Jarmond, une journaliste américaine mariée à un Français, doit couvrir la commémoration de la rafle du Vél d’Hiv. Soixante ans après, son chemin va croiser celui de Sarah, et sa vie va changer à jamais. Elle s’appelait Sarah, c’est l’histoire de deux familles que lie un terrible secret, c’est aussi l’évocation d’une des pages les plus sombres de l’Occupation.
  • Joel N. ROSS : Le secret de la double croix (Lattès) Décembre 1941 : après l’assaut incessant du Blitz, l’Angleterre affaiblie est en mauvaise posture. Son seul atout : la « double Croix », le Comité vingt, réseau d’espionnage qui a infiltré les services secrets allemands.
  • Bartomiej RYCHTER : Le dernier jour de juillet (Prisma) Dans le Varsovie de 1944, à la veille de l’Insurrection, un officier allemand et un polonais mènent deux enquêtes parallèles au péril de leur vie.

S

  • Clara SANCHEZ : Ce que cache ton nom (Livre de Poche) Sandra, jeune femme d’une trentaine d’années, sans véritables attaches, enceinte d’un homme qu’elle vient de quitter, s’installe dans un village isolé de la côte est espagnole. Sur la plage où elle passe ses journées, elle fait la connaissance d’un couple d’octogénaires norvégiens, les Christensen. Rapidement, ils la prennent sous leur aile et la traitent comme la petite-fille qu’ils n’ont jamais eue. Mais un vieil homme tout juste débarqué d’Argentine va venir perturber cette belle entente : Julián, survivant du camp de Mathausen, révèle à Sandra le véritable visage des Christensen. D’abord méfiante, elle finit tout de même par se rendre à l’évidence. Le couple ne semble-t-il pas l’attirer chaque jour davantage dans ses filets ? Mais elle ne se rend pas encore compte que la connaissance de la vérité met sa vie en danger. À moins qu’elle ne lui donne un but, et lui permette de grandir…
  • C. J. SANSOM : Un hiver à Madrid (Pocket) 1940. La guerre civile espagnole a pris fin. Madrid est en ruines, la population est affamée, et les Allemands poursuivent leur offensive à travers l’Europe. Au cœur de ce chaos, Harry Brett, vétéran de la bataille de Dunkerque et interprète à l’ambassade britannique, est chargé par les services secrets anglais d’espionner Sandy Forsythe, un ancien camarade d’école qui se livre à de louches transactions avec des membres de la Phalange, l’organisation nationaliste fascisante.
  • Mitch SILVER : Opération Fleming (10/18) 2005. Amy Greenberg, jeune universitaire américaine, se rend en Irlande pour récupérer le contenu du coffre-fort de son grand-père, tout juste décédé. Pour unique pièce, le coffre contient un manuscrit signé Ian Fleming, auteur de James Bond et officier des forces navales britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Très vite, Amy comprend que Fleming relate, dans son manuscrit, des faits historiques bien réels que de nombreuses personnes influentes, des deux côtés de l’Atlantique, ont intérêt à maintenir dans le secret. De retour aux États-Unis, Amy commence une course folle : décidée à déchiffrer les moindres détails livrés par Fleming, elle doit aussi échapper à ceux qui souhaitent l’empêcher de parler…
  • Georges SIMENON : La neige était sale (Livre de Poche) Sous l’occupation allemande, Frank Friedmaier vit dans une oisiveté dorée, chez sa mère, tenancière de bordel, faisant l’amour avec les filles de la maison ou les épiant, quand elles sont avec les clients. Parmi les compagnons, plus ou moins louches, qu’il fréquente au bar-restaurant de Timo, figure Fred Kromer…
  • Noël SIMSOLO : Paris Chaos – Libération, 1944 (Archipel 2013) Dans la nuit du débarquement des alliés en Normandie, Jean Leblanc, illusionniste et pickpocket, guette l’officier allemand Friedrich Wolf à la sortie d’un cabaret de Pigalle pour lui dérober une enveloppe. Mais celui-ci est abattu sous ses yeux par un homme qui s’enfuit en vélo…
  • Pierre SINIAC : Sous l’aile noire des rapaces (Rivages 1995) Juin 1940. Les Allemands avancent sur Paris. Les ministères ont quitté la capitale et la Banque de France a évacué ses réserves d’or. Mais, par une erreur de libellé sur un bordereau, deux tonnes d’or sont restées dans une chambre forte de Saint-Ouen.
  • Romain SLOCOMBE : L’affaire Léon Sadorski (Robert Laffont collection La Bête Noire 2016) Avril 1942. Au sortir d’un hiver rigoureux, Paris prend des airs de fête malgré les tracas de l’Occupation. Pétainiste et antisémite, l’inspecteur Léon Sadorski est un flic modèle doublé d’un mari attentionné. Mais il est brusquement arrêté par la Gestapo et transféré à Berlin, ou on le jette en prison. Le but des Allemands est d’en faire leur informateur au sein de la préfecture de police…
  • Romain SLOCOMBE : L’étoile jaune de l’inspecteur Sadorski (Robert Laffont collection La Bête Noire 2017) Paris, 29 mai 1942 : une bombe explose devant le Palais de Justice, dans un café fréquenté par les Brigades spéciales, faisant deux morts et plusieurs blessés. Quelques jours plus tard, le cadavre d’une inconnue est découvert en banlieue. Crime passionnel ou politique ?

T

  • Ian TREGILLIS : Les racines du mal (Panini Books). Science-Fiction. Nous sommes en 1939. Un programme secret nazi a permis de développer des soldats surhumains aux capacités extraordinaires : certains peuvent franchir des murs, d’autres lancer des jets de flammes. Mais le meilleur élément reste Gretel, car elle peut voir et manipuler le futur. Pour contrer l’avancée des nazis, les Britanniques doivent faire appels aux derniers sorciers celtes et tenter de sauver ce qui peut l’être encore. Mais cette magie a un prix. Le sacrifice nécessaire pour vaincre l’ennemi compensera-t-il le coût immense de cette sorcellerie impie ?

U

V

  • Paul VECCHIALI : L’affaire Pallas (Archipel 2014) 27 novembre 1942 : la flotte toulonnaise s’est sabordée. Au petit matin, deux compagnons de la Résistance, Henri Frenay et l’inspecteur Yannick Bellec, découvrent un cadavre agrémenté d’une carte à jouer : la maléfique dame de pique, dite Pallas. Bellec réalise que ce meurtre s’ajoute à une série de neuf autres, non élucidés, perpétrés selon le même rituel.

W

  • Patrick WEBER : Vikings (Pocket) 1944. Malgré la guerre, Pierre Le Bihan, un jeune historien rouennais, poursuit ses recherches sur les origines de la Normandie. Mais il n’est pas le seul à s’y intéresser : l’Ahnenerbe, une division SS qui entend prouver la supériorité de la race aryenne, a chargé le lieutenant Ludwig Storman de retrouver le Marteau de Thor.

XY

Z

  • Markus Zusak : La Voleuse de livres (Pocket) 1939, en Allemagne nazie. Liesel et son jeune frère sont envoyés par leur mère dans une famille d’adoption en dehors de Munich. Sur la route, la Mort s’empare du frère de Liesel et remarque la petite fille. Ce sera la première d’une longue série d’approches. Durant l’enterrement de son frère, la vie de Liesel va basculer : elle trouve un objet singulier, partiellement caché sous la neige, un livre intitulé Manuel du fossoyeur. Avec son père adoptif, elle décide d’apprendre à lire, d’abord le Manuel du fossoyeur, puis, plus tard, des trésors volés, dont un livre banni qu’elle sauve, malgré les dangers, d’un autodafé. Les vols que commet Liesel viennent de sa faim intense de comprendre ce qui se passe autour d’elle. Sans argent pour acheter des livres, elle les subtilise. À mesure que l’histoire avance, la Mort s’empare de nombreuses vies mais Liesel et ses livres continuent à lui échapper. D’après les mots mêmes de la Mort, elle est une  » experte pour se mettre à l’écart « .

2 – BANDE DESSINÉE

  • Fabien NURY et Sylvain VALLEE : Il était une fois en France (Glénat – 6 Tomes) Il était une fois en France conte l’histoire de JOSEPH JOANOVICI, juif roumain devenu l’homme le plus riche de France pendant l’occupation. Ferrailleur, collabo, résistant, il fut pour certain un criminel, pour d’autres un héros. C’est le cheminement de ce personnage ambigu baptisé le “roi de Paris” par ceux qui ont croisé sa route, que relate avec justesse cette saga au thème délicat.
  • Cyrille NERAC, Jean-Blaise DJIAN et Cyrille TERNON : Private Liberty (Vagabondages – 2 Tomes) Des plages du débarquement en passant par Bayeux et Caen, les auteurs nous entraînent dans un thriller haletant avec pour toile de fond le Débarquement du 6 juin 1944, la filiation et le mythe du surhomme…
  • Philippe RICHELLE et Alfio BUSCAGLIA : Les mystères de la Quatrième République (Glénat – 2 tomes) 1946… Suite à la découverte du cadavre enfoui d’un ancien résistant communiste, le commissaire Coste reçoit une lettre anonyme l’invitant à poursuivre les fouilles. C’est un véritable charnier qui est mis au jour. Coste oriente alors ses recherches vers les milieux collaborationnistes… À travers une intrigue riche en rebondissements, Philippe Richelle et Alfio Buscaglia dessinent le portrait d’une France qui tente vaille que vaille de faire table rase d’un passé trop récent pour que ses fantômes abdiquent…
  • Jacques TARDI d’après Léo MALLET : 120, rue de la gare (Casterman) Sur la seule indication d’une adresse soufflée par un mourant, Nestor Burma échafaude une enquête. Mais ou diable se situe ce 120, rue de la Gare, et que doit-on y trouver ?

3 – A DÉCOUVRIR EGALEMENT

  • Jean-Luc BIZIEN : Marie Joly (Sabine Wespieser) C’est dans la maison de Marie Joly, oasis de paix au cœur du bocage normand, que Cécile va trouver refuge, en avril 1944, loin de Caen bombardée
  • Krimi : Une anthologie du récit policier sous le Troisième Reich (Anacharsis) Textes choisis, présentés et traduits de l’allemand par Vincent Platini. Le roman policier allemand – ou Krimi – était prolifique sous le Troisième Reich. Longtemps dédaigné par les autorités, il recueillit des auteurs indociles et prit en charge la critique que la «haute» culture n’assumait plus.

 


Mise a jour : aout 2017

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici