Stéphane BELLAT : La chambre d’Hannah

0
358
France

INFOS ÉDITEUR

chambre-hannah- stephane bellat

Parution aux éditions MA en mars 2014

Paris, février 1992. Pierre Descarrières, 11 ans, est malheureux coincé entre une vie terne et des parents qui se déchirent quotidiennement. Seul dans sa chambre, il rêve d’un frère ou d’une soeur qui viendrait rompre sa solitude. Paris, février 1942. Hannah Klezmer, 11 ans, étouffe dans l’espace confiné de son appartement, mise à l’écart parce qu’elle est juive. Leurs routes n’auraient jamais dû se croiser. Et pourtant, c’est arrivé. Car il existe entre eux un lien plus fort que le temps et la folie des hommes.

Si La Chambre d’Hannah plonge ses racines dans l’Histoire la plus sombre, c’est aussi le roman sensible et lumineux d’une amitié entre deux enfants qui n’ont, au premier abord, rien en commun : ni leur condition, ni leur époque. Avec, en filigrane, ces deux questions essentielles : jusqu’où aller par amitié ? Sommes-nous prêts à croire l’impossible ?

(Source : MA Editions – Pages : 256 – ISBN : 9782822402972 – Prix : 17,90 €)

L’AVIS DE LAETITIA

1992. Pierre a 11 ans et il est de ces enfants qui, dans l’ombre, subissent l’intolérable déchirement de leurs parents. Pierre n’a que peu de poids face à la haine entretenue entre ses géniteurs qui à longueur de journée s’insultent, se dénigrent, se maltraitent. Pierre, enfant unique qui se replie dans sa chambre et qui pense à quitter un monde qu’il ne côtoie qu’à peine.

1942. Hanna a également 11 ans et doit faire face à une absurdité qui la dépasse. Parce qu’elle est juive, elle ne peut plus aller à l’école ; parce qu’elle est juive, on lui confisque son vélo ; parce qu’elle est juive, elle doit porter une étoile jaune sur son gilet. Hannah ne comprend pas ce nouveau monde où l’on doit faire la queue des heures pour obtenir un morceau de beurre. Hanna vit une guerre de la haine.

Ces deux enfants séparés par 50 années vont se rencontrer dans cette chambre où ils se confinent. Une même chambre à deux époques totalement différentes.

Je ne peux en raconter plus sans en dévoiler trop, mais je peux vous dire que l’auteur a su exploiter le maximum que cette rencontre pas comme les autres peut le permettre.

Il s’agit en premier lieu d’une histoire d’amitié et d’entraide, un lien au delà du réel. On y retrouve également le grand écart fabuleux entre notre société de consommation actuelle et les préoccupations vitales des années 40. Et au dessus de tout ça, une formidable leçon d’histoire pour que l’on n’oublie pas. Qu’on n’oublie pas le chaos de cette deuxième guerre mondiale, qu’on n’oublie pas la folie humaine des camps de concentration, qu’on n’oublie pas que 6 millions de juifs sont morts durant cette tourmente démente.

« La réflexion qu’Hannah avait entendue, le jour où elle avait dû quitter sa classe, me revint en mémoire. « Bien fait ! » Ce gamin avait notre âge ; que savait-il exactement ? Rien de plus que ce qu’il avait entendu autour de lui. Il n’aimait pas les juifs parce que d’autres ne les aimaient pas. C’est ainsi que des années plus tard, j’ai compris le mécanisme du racisme. C’est une boule de neige qui dévale une pente et grossit sans cesse tout au long de sa trajectoire. (…) L’ignorance est le terreau de la haine, qui vient ensuite nourrir le racisme. »

Ah mais je vous vois venir avec votre « pfff ! pas envie de lire un cours d’histoire ! ». L’auteur n’a pas fait l’erreur d’alourdir son récit avec des explications à la Décaux, non, non. Tout cela est très habilement imbriqué dans la belle rencontre de Pierre et Hannah.

J’ai donc lu un joli conte tout en révisant mon devoir de mémoire. Et c’est là que je dis que ce livre doit être lu par les plus jeunes. Il est fait pour les ados et pré-ados, une lecture accessible dès 11 ans, à mon avis. Tiens, c’est l’âge de Pierre et Hannah… et de mon fils.


L’AVIS DE BRUNO CHANSON

Je ne sors que rarement du monde des thrillers, mais je peux dire que à chaque fois que j’en sors et que je lis une perle telle que LA CHAMBRE D’HANNAH, je ressort totalement bouleversé, enchanté.

Une magnifique histoire d’amitié temporelle merveilleusement racontée par Stéphane Bellat. j’avais découvert l’auteur avec le non moins superbe LES PASSAGERS PERDUS

Dans la chambre d’Hannah, on vit une belle amitié à travers les yeux juvéniles d’un garçon de 11 ans vivant en 1992, désespéré par les incessantes disputes de ses parents. Il fait la connaissance d’une jeune fille répondant au prénom d’Hannah à peu près du même âge que lui et vivant en……. 1942. Je ne dévoilerais plus rien de ce magnifique roman fantastique à tout point de vue.

Un roman tout à la fois dramatique, fantastique et historique. La violence du contexte historique y est relégué au second plan. Pas de scènes de violences malsaines. C’est ce qui fait que ce livre est unique en son genre.

Il y a 3 raisons pour lire ce sublime roman:

  1. Une magnifique écriture de l’auteur Stéphane Bellat
  2. Une merveilleuse histoire d’amitié
  3. Une très belle façon d’apprendre des choses sur un des évènements les plus tristes de l’histoire de la 2nde guerre mondiale.

Je ne saurais que conseiller vivement à tous ceux qui n’aurait pas encore lu ce topissime chef-d’oeuvre de vite réparer cette erreur. Stéphane Bellat fait partie de ce cercle d’auteurs français au talent incroyable. Nous pouvons nous considérer comme chanceux en France car nos écrivains sont exceptionnels et ce n’est pas MR Bellat qui me fera changer d’avis.

Merci Stéphane Bellat de m’avoir procuré autant de plaisir dans la lecture

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.