Olivier GUEZ : La disparition de Josef Mengele

0
263
France
Olivier GUEZ - La disparition de Josef Mengele
-
  • Prix Renaudot 2017
  • Éditions Grasset le 16 aout 2017
  • Pages : 240
  • ISBN : 9782246855873
  • Prix : 18,50 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

1949  : Josef Mengele arrive en Argentine.

Caché derrière divers pseudonymes, l’ancien médecin tortionnaire à Auschwitz  croit pouvoir s’inventer une nouvelle vie à Buenos Aires. L’Argentine de Peron est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et le médecin SS doit s’enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance de planque en planque, déguisé et rongé par l’angoisse, ne connaîtra plus de répit… jusqu’à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979.

Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet, trente ans durant  ?

La Disparition de Josef Mengele est une plongée inouïe au cœur des ténèbres. Anciens nazis, agents du Mossad, femmes cupides et dictateurs d’opérette évoluent dans un monde corrompu par le fanatisme, la realpolitik, l’argent et l’ambition. Voici l’odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

L’AVIS DE YANNICK S.

« Le plus grand mal, à part l’injustice, serait que l’auteur de l’injustice ne paie pas la peine de sa faute. » -Platon-

Que dire de ce livre d’Olivier Guez, prix Renaudot 2017, si ce n’est qu’il est tout simplement EXCELLENT 👌🏻
Un travail de recherche remarquable avec une bibliographie complète, l’auteur s’est rendu personnellement dans certaines villes comme Günzburg mais aussi en Argentine et au Brésil ce qui rend le récit authentique et sans faille.

Inutile de vous dire qui était Josef Mengele, surnommé « l’Ange de la mort d’Auschwitz », ses crimes abjectes et les « expériences » dont il est à l’origine..
Ici il est question de la fuite de l’ancien docteur SS en chef vers l’Amérique du Sud et plus particulièrement en Argentine, au Paraguay et au Brésil..

22 juin 1949 : Buenos Aires, Argentine : arrivée du fugitif au-delà des océans.
Parti depuis le port de Gênes, un certain Helmut Gregor débarque à Buenos Aires…
Fausse identité
Divers pseudonymes
Hautes sphères corrompues dans lesquelles ils retrouvent d’autres anciens SS tels que Rudel ou Adolf Eichmann
« À la fin des années 1940, Buenos Aires est devenue la capitale des rebuts de l’ordre noir déchu »
Le président argentin Perón et sa femme couvre un criminel de guerre..

Une nouvelle destination : Le Paraguay.
La chasse aux nazis
Une insécurité permanente ressentie
L’occident d’Adenaueur
Le Mossad..

Destination finale : Le Brésil
Une nouvelle identité : Peter Hochbichler
« Un cachot à ciel ouvert »
Un véritable « moine reclus » qui implose à petit feu..
7 février 1979..

Criminel de guerre
Criminel contre l’humanité
Impénitent
L’incurable symbole de la cruauté nazie par excellence.

Les amis, de son entrée dans la SS en 1938 en passant par son divorce, son départ vers le Paraguay et le Brésil revivez à travers ce livre, la cavale de l’un des criminels les plus terrifiants de l’histoire 😱

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

J’avoue avoir une certaine passion pour la Seconde guerre mondiale. J’ai lu des caisses de livres sur cette période historique. Je suis d’une génération où le grand-père expliquait à ses petits-enfants ce qu’il avait vécu…

Guez nous parle de l’après conflit, lorsque que les dignitaires nazis ont commencé à fuir l’Allemagne, histoire d’éviter d’avoir des comptes à rendre.

Cette fuite éperdue vers l’Amérique du Sud, « SS in Uruguay » comme le chantait Gainsbourg…

Un roman très documenté, qui explique la fuite de « l’ange de la mort », comment il a réussi à passer à travers les mailles du filet, ses accointances avec le gouvernement argentin, ses contacts dans l’économie sud-américaine…

Peron qui savait les « monstres » qu’il hébergeait, Peron favorable au régime nazi…

Une page de l’Histoire pas forcément connue, souvent lorsque l’on continue l’après seconde guerre mondiale, on parle des tribunaux, de Nuremberg, mais rarement, et surtout aussi bien, de ce que sont devenus certains des salauds de la solution finale…

Entre journalisme et littérature, Olivier Guez nous guide dans une cavale infernale…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.