« Nous avons voltigé sur les toits de Paris au terme d’une montée en l’air, aux côtés de policiers non moins exceptionnels, sous le charme d’une créature de rêve ;
Nous avons tout appris – ou presque – de la façon de détruire un chargement de drogue et d’ainsi ôter le pain de la bouche de laborieux dealers ou comment être à l’écoute peut mener à la fortune, seule morale de cette histoire ;
Nous avons traversé le Moyen-Orient et l’Europe avec une tonne d’explosifs aux fesses, rassurés d’être attendus par les limiers de l’anti-terrorisme. De fait, la Tour Eiffel est toujours la reine de Paris ;
Nous avons appris à faire parler un disque dur, nous n’ignorons presque plus rien des méthodes contemporaines de la police ;
Nous nous sommes laissés emporter par la tourmente qui souffle sur la causse et par les tourments des solitaires qui tentent d’y vivre ;
Nous avons suivi avec angoisse et peur le cheminement criminel d’un innocent et avons été effrayés par l’innocence d’un criminel ;
Bref, nous avons lu avec passion, nous avons succombé une nouvelle fois au vertige romanesque des six auteurs finalistes.
Rien que pour cela, et pour tout le reste, merci et bravo. »

C’est avec ces mots que Hervé le Corre (président du Jury du Prix Landerneau Polar 2017) ouvre la cérémonie. Cela fait maintenant 5 ans que la catégorie « Polar » récompense des auteurs, des personnes qui sont des valeurs sûres de la littérature Noire. Parmi les précédents lauréats, nous pouvons notamment citer Caryl Ferey, Paul Colize ou Fred Vargas, entre autre !

Mais place au vainqueur de cette édition. La lutte a fait rage, les six derniers finalistes étaient Ingrid Astier (Haute Voltige, Gallimard), Cédric Bannel (Kaboul Express, Robert Laffont), Hannelore Cayre (La Daronne, Métailié), Colin Niel (Seules les bêtes, Le Rouergue), Hervé Jourdain (Femme sur écoute, Fleuve) et Frédéric Viguier (Aveu de faiblesses, Albin Michel).

Colin NIEL - Seules les betes
Seules les bêtes

Pour avoir discuté avec quelques membres du jury, la décision n’a apparemment pas été facile à rendre… Mais, finalement, c’est Colin Niel pour Seules les bêtes, qui a été sélectionné !

Déjà couronné par le prix Polar en séries 2017 du Festival Quais du polar de Lyon, Seules les bêtes peut se vanter d’ajouter une nouvelle corde à son arc ! Le prix, doté de 6000 euros, a été remis le 25 avril 2017 à l’auteur à l’hôtel Montalembert dans le 7ème arrondissement de Paris. Une remise de prix sous les yeux des membres du jury et du public.

Outre de promouvoir le talent de l’auteur et de la qualité de son texte, le livre bénéficiera d’une campagne de publicité dans la presse et d’une mise en avant dans les 216 magasins de l’enseigne.

Très ému, Colin Niel avait préparé un discours, ou plutôt une lettre, écrite par un des personnages principaux de son roman, qui décrivait sa réaction à l’annonce de ce prix. Un discours émouvant, et qui ne pouvait envie de découvrir l’auteur, le livre, et l’ensemble de sa bibliographie !

Félicitation encore à Colin Niel, un prix amplement mérité.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici