Roland PORTICHE : La machine Ernetti

0
433
Roland PORTICHE : La machine Ernetti
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Mars 1938. Le physicien italien Ettore Majorana disparaît au large de la Sicile. Avec lui, le projet secret sur lequel il travaillait depuis des années.

Automne 1955. On retrouve par miracle les notes du physicien disparu. Elles inspirent au père Ernetti une idée folle : construire une machine à voir dans le temps. Un chronoviseur.

Sur ordre de Pie XII, le prêtre plonge deux mille ans en arrière. L’objectif est simple : prouver l’existence du Christ.

Commence alors une course folle entre le Vatican, la CIA, le KGB et le Mossad. Car ce que le père Ernetti va découvrir, en pleine Guerre froide, pourrait changer l’ordre du monde.

Ce roman est fondé sur une histoire vraie.

Roland Portiche est réalisateur et auteur de documentaires et de magazines pour la télévision, dont Temps X ou Les grandes énigmes de la science. La machine Ernetti est son premier roman.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Albin Michel
Date 4 juin 2020
Éditions Le Livre de Poche
Date 31 mars 2021
Pages 448
ISBN 9782226451545
Prix 21,90 €

L'avis de Stéphane FURLAN

La machine Ernetti, de Roland Portiche : l’antidote idéal à la claustrophobie !

Aujourd’hui, je vous propose un pas de côté en abordant ce roman qui parvient à mêler les codes du thriller, de la science-fiction, de la littérature historique et du fantastique. Ça fait beaucoup, me direz-vous, mais Roland Portiche possède un talent indéniable pour brouiller les pistes, géographiques comme temporelles, pour nous offrir un livre qui colle aux doigts.

L’auteur nous prévient dès l’entame. Ce récit s’inspire d’une histoire vraie, celle du moine italien Pellegrino Ernetti qui, entre 1956 et 1965, affirme avoir inventé une machine à voir dans le temps. Intrigué, je n’ai pu résister à en googleliser le nom pour constater que ce personnage a bien existé. En s’amusant à remplir les blancs, Roland Portiche suppose qu’après avoir découvert les travaux d’Ettore Majorana, un physicien qui a fait croire en sa mort pour pouvoir poursuivre tranquillement ses études sur la physique des particules dans un monastère italien, le secrétaire particulier du pape Pie XII, l’évêque Montini (également futur pape Paul VI) sollicite deux prêtres passionnés de science, Ernetti et son vieux mentor, le père Léonardo, pour tenter de construire un chronoviseur (dont le nom est tiré d’une nouvelle de Isaak Asimov 😉 !!!), un appareil capable de voir le passé en exploitant certaines caractéristiques des neutrinos. Bon, à ce stade, j’avoue que mon imagination commençait à partir en vrille devant le potentiel narratif de ce socle et je ne pouvais déjà plus détacher mes yeux de ce satané bouquin. Premier pari réussi pour l’auteur ! Voyons si la suite est à la hauteur des questions soulevées…

La première partie du récit raconte comment les deux compères en soutane parviennent à surmonter chaque difficulté pour arriver à fabriquer leur engin, notamment en incitant les plus grands savants de leurs temps, en contrepartie d’un pécule conséquent et surtout de la signature d’un contrat les contraignant au secret, à rejoindre un stage payé par le Vatican pour les aider à trouver des solutions aux problèmes pratiques qu’ils rencontrent, tout en leur faisant croire qu’il ne s’agit que de travaux purement spéculatifs. Dans un même temps, de l’autre côté de la Méditerranée, Natacha, une archéologue israélienne survivante de la Shoah, analyse les manuscrits de la Mer morte découverts récemment à proximité du site de Qumrân, en Cisjordanie. En réalisant que certains passages anticipent les paroles de Jésus, la jeune femme formule l’hypothèse que l’origine du christianisme résiderait dans les préceptes de la communauté des esséniens. Sacrilège ! Comment ça, le messie ne serait donc qu’un adepte de cette secte dont il se serait contenté de diffuser les croyances ? Confrontée à la soudaine réticence du père dominicain Hubert de Meaux, son directeur de thèse, Natacha suppose une censure du Vatican et n’en est que plus déterminée à faire éclater la vérité. Enfin, aux antipodes, un cardinal brésilien proche de la théologie de la libération avance ses pions pour accéder à la charge suprême. Son but ? Entraîner la chrétienté du côté des réprimés et de la révolution sociale. Pour l’atteindre, il n’hésite pas à s’appuyer sur ses alliés soviétiques dans un monde terrifié par la guerre froide. Informé de l’existence du Chronoviseur, il voit aussitôt comment l’utiliser pour trouver dans le passé la preuve que la puissance séculière de l’Église a été usurpée. Une fois tous ces ingrédients rassemblés, Roland Portiche nous concocte le plus addictif des mets en développant son intrigue dans une partie d’échecs passionnante, à la fois continentale et temporelle.

Vous l’avez compris, je me suis laissé happer par ce récit dont j’ai particulièrement apprécié le potentiel narratif et les rebondissements portés par une écriture simple et efficace. Même si le contexte historique (autant dans le présent des personnages que dans les temps évangéliques) ne sert finalement à l’auteur qu’à tisser un décor fascinant, il n’en demeure pas moins que son important travail de documentation nous offre la possibilité, plutôt rare, de nous cultiver tout en nous divertissant (à condition, bien entendu, d’arriver à repérer les éléments de vérité dans la fiction, mais ce n’est pas si difficile et puis des annotations nous y aide…). En se déployant dans le respect de sa logique interne, le scénario normalise l’extraordinaire et j’ai beaucoup aimé pouvoir jouer le touriste en visitant certains épisodes constitutifs de notre civilisation judéo-chrétienne, le tout servi sur un ton qui n’est pas dépourvu d’une bonne dose d’humour. Ma seule réserve, le personnage du méchant cardinal sud-américain vendu aux communistes qui est capable des pires crimes pour parvenir à ses fins. Mais là encore, en frisant la caricature, son portrait participe au ton comique de l’ensemble et m’a finalement permis d’avaler cette couleuvre sans m’étouffer. D’autant plus que son adversaire principal, le futur pape Pie XII, rétablit souvent l’équilibre dans son machiavélisme assumé. Alors pas d’hésitation, si dans ces temps de réclusion vous rêvez de voyages fantastiques, cet antidote est pour vous !

L'avis de Jean-Marc VOLANT

L’église nous ment depuis 2000 ans…

Conspirationnistes et complotistes de tous rangs, cette histoire est faite pour vous. Que de choses on a dit ou révélé sur ce mensonge éhonté de la grande église et de son pape à propos de l’histoire de Jésus et des récits évangéliques.

à partir d’une histoire vraie (celle d’un prêtre inventeur d’une machine à explorer le passé appelé «chronoviseur» et que le pape Paul VI lui a sommé, après visualisation d’’images « réelles» du Christ et de ses apôtres, de déconstruire et de ranger dans les archives secrètes du Vatican), Roland Portiche saisit la balle au bond pour construire à sa manière une intrigue palpitante sur cette mystérieuse machine.

Reprenant le nom et la fonction du père Ernetti pour en faire le personnage central de son récit rocambolesque, avec moult personnages secondaires tournant autour du prêtre inventeur, l’auteur nous emmène dans les coulisses du Vatican et nous fait lire une histoire dont on devine forcément le sujet : prouver que le Christ a bien existé.

De ce fait, après bien des épreuves, des rebondissements à toutes épreuves, Roland Portiche nous mets devant le fait accompli… Loin de moi, l’idée de spolier quoi que ce soit sur ce récit, mêlant maladroitement SF et ésotérisme. L’ensemble se lit avec un certain plaisir mais il faut reconnaître que tout cela reste bien plat. Tout est joué d’avance, on sait quasiment ce qu’il va se passer sans surprise. Et au final, quelle est la réponse et la vérité à avouer aux chrétiennes et chrétiens du monde entier ? Vous le saurez assez vite si vous vous laissez tenter.

J’ai tenté, j’ai moyennement aimé. Ce roman manque de consistance, alterne les idées reçues sur le sujet et n’apporte rien de nouveau sous le soleil, avec ce sujet maintes fois rabâché sur cette «découverte qui pourrait bouleverser l’ordre du monde religieux.»

Fort de son succès, un deuxième tome est déjà sorti. Pour ma part, je vais en rester là…

Je ne ferai qu’une seule fois le voyage.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Passionné et grand lecteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.