Hervé GAGNON : La mort du temple – 01 – Secretum templi

0
47
Herve GAGNON - La mort du temple - 01 - Secretum templi
-

Présentation Éditeur

Depuis que le transport du trésor a débuté, quelque chose a changé à la Villeneuve du Temple. Tous les frères qui y vivent savent ce que trame le roi Philippe et, à l’intérieur des murs, la tension, mêlée de défaitisme, d’un sentiment de trahison, de résignation et de rancoeur, est palpable. Bientôt, l’Ordre des Pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon cessera d’exister sous la forme qui a fait sa gloire depuis presque deux siècles. Il survivra sans doute, mais personne ne s’illusionne : les choses ne seront plus jamais pareilles. Qui plus est, nul n’est dupe : parmi les frères, les victimes seront nombreuses.

Hugues de Malemort n’est pas différent des autres. L’obéissance a régi sa vie au Temple et il se contente de servir Dieu et son Ordre de son mieux, sans poser de questions. Si les soldats du roi viennent l’arrêter, il déposera les armes et les suivra car telle sera la volonté divine. Mais comme les autres, il est habité par le pressentiment d’une apocalypse imminente qui ne le quitte plus.

Origine Canada
Éditions Hugo & Cie
Date 5 mars 2020
Pages 387
ISBN 9782755647242
Prix 17,95 €

L'avis de Cathie L.

Hervé Gagnon, né le 26 août 1963 à Chicoutimi au Québec, est un historien et romancier québécois. Il est titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en histoire, ainsi que d’une maîtrise en muséologie historique, travaillant plus spécialement sur la mise en valeur de la culture et du patrimoine.

Il est l’auteur de nombreux romans pour la jeunesse, consacrés au genre historique, dans lesquels il ne dédaigne pas d’ajouter une touche d’ésotérisme et de fantastique, permettant à ses lecteurs de se divertir tout en acquérant des connaissances générales en histoire.

En 2014, il amorce une série de polars historiques consacrés aux enquêtes du journaliste Joseph Laflamme dans le Montréal de la fin du XIXe siècle, avec six titres publiés. Mais c’est avec les thrillers historico-ésotériques qu’Hervé Gagnon donne toute la mesure de son talent de conteur avec différentes séries, dont Vérité, Malefica, Vengeance et La Mort du Temple.

Secretum Templi, tome 1 de La Mort du temple, a été publié par les éditions Hugo roman en 2020. Le style est fluide, agréable à lire. Les scènes d’action sont bien ficelées :

« Il n’eut pas le temps de ressentir la satisfaction qu’un nouveau truand lui tombait dessus. Il para un coup destiné à sa tête, puis un autre à son côté droit. L’homme était plus costaud que le précédent et se lança dans une attaque furieuse à laquelle Hugues eut du mal à résister. Il dut reculer et se retrouvé adossé au mur. Dans ses épaules et ses bras, les muscles commençaient à brûler tandis que son souffle se raccourcissait et que ses membres se faisaient lourds. » (Page 102).

Construction : le voyage dans le temps que propose La Mort du Temple commence pendant le règne de l’empereur romain Tibère tandis qu’il continue en 1307, d’abord à Villandraut, résidence du pape, puis, pour l’essentiel à Paris, dans les entrailles de la Commanderie du Temple. Les chapitres, relativement courts, s’enchaînent au rythme de l’action qui ne laisse pas le lecteur respirer une seconde. A noter, certaines scènes d’anthologie, comme celle où Hugues récupère le cadavre de Baldric le Borgne dans un tas d’immondices répugnantes et puantes, racontée avec force détails.

Fil rouge: réputation des Templiers => Comme un signe avant-coureur, Hervé Gagnon évoque, tout au long du roman, la réputation entachée des Templiers, perçus désormais par la population non plus comme des sauveurs mais des brigands, donnant une image sans doute plus proche de la réalité que celle arrivée jusqu’à nous :  » Pour les artisans de Paris, l’Ordre représentait souvent leur principal client, sinon le seul. Il achetait les marchandises à vil prix pour son propre usage ou pour les revendre à profit dans son vaste réseau commercial. » (Page 166)… « Il est vrai que cela doit surprendre quand on a l’habitude de vivre bien isolé dans la luxueuse commanderie de Paris…Cette pauvreté, sergent Hugues de Malemort, est celle que votre Ordre encourage et maintient en achetant tout à vil prix et en appauvrissant d’autant la populace dont il ne se soucie point. » (Page 183).

« En deux siècles d’existence, l’ordre du Temple a accumulé puissance, gloire et richesse. Mais depuis la perte de la Terre sainte par les royaumes d’Occident, il est devenu une menace, véritable Etat dans l’Etat. »

Hugues de Malemort, simple sergent, s’est vu confier une mission qui a attisé sa curiosité: en quelques mois, il a accompagné trois convois de caisses et de barriques. S’il s’agit de vin et de denrées alimentaires, pourquoi le commandeur en personne a insisté pour que lui et ses compagnons se déguisent en marchands et se montrent le plus extrêmement discrets ?

Face à la menace qui pèse sur l’avenir de l’ordre guerrier, dont le roi Philippe le Bel a ordonné la destruction, la plus grande richesse du Temple, à savoir la Magna Clavem qui verrouille une porte donnant sur la perdition des hommes, doit absolument être mise en sûreté.

Bientôt, Hugues se trouve face à de nombreuses questions qui ne lui laissent pas une minute de repos: qui a égorgé le palefrenier Guillaume, dans l’enceinte même du Temple, réputée inviolable? Est-ce en rapport avec la confidence qu’il a faite à son ami peu de temps plus tôt? Le fait que Guillaume ne se soit pas défendu, impliquant qu’il connaissait suffisamment son agresseur pour ne pas se méfier, met Hugues très mal à l’aise.

Qui est le moine encapuchonné qui déambule librement dans les couloirs de la commanderie et semble bien connaître le grand maître ? Qui sème autour de lui des cadavres atrocement mutilés chaque fois accompagné d’un symbole représentant un oeil dans un triangle ? Quelle est la signification de ces meurtres ? Hugues, avec l’aide de Gersande, parviendra-t-il à remonter la piste et à éviter les nombreux dangers qui le guettent dans sa quête ?

L’intrigue de ce thriller ésotérique repose sur un thème mainte fois évoqué, que ce soit au cinéma ou dans la littérature: le fameux trésor des Templiers qui, selon la légende, auraient accumulé d’énormes richesses dont la plupart aurait été dissimulée dans un lieu secret avant le démantèlement de l’ordre. L’écueil de traiter un thème éculé est de se fourvoyer dans des hypothèses toutes plus farfelues les unes que les autres, afin de maintenir le lecteur en haleine. Écueil habilement évité par Hervé Gagnon qui s’appuie sur un élément inédit, non historique mais tout à fait plausible : les Premiers Apostats, groupe occulte dont la mission est de protéger la Magna Clavem.

Le + : la confrontation de deux mondes vivant en parallèle sans imaginer une seconde l’existence de l’autre: celui sûr et codifié des Templiers; celui marginal périlleux des miséreux, incarné par Gersande.

Les scènes d’action rythmées, les personnages hauts en couleur, la reconstitution historique soignée et l’intrigue empreinte de mystère constituent les qualités de ce thriller dont vous aurez plaisir à tourner les pages, désireux de savoir à quelles aventures vont se trouver confrontés le bourru mais sympathique Hugues de Malemort et ses amis.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.