Yannick PROVOST : Tu joues, tu meurs ?!

0
237
Yannick PROVOST : Tu joues, tu meurs ?!
-

Présentation Éditeur

Une bande de jeunes gamers cosmopolite se déchaîne sur console afin de remporter un tournoi de jeu de stratégie, réputé ingagnable. Hélas la partie est moins innocente qu’il n’y paraît, et la victoire est amère. L’agence conceptrice du jeu Clean-planet n’est autre qu’un groupe politique sulfureux qui tente de maîtriser définitivement le monde informatique… Paniqués par la maîtrise technique dont font preuve ces incroyables geeks, le Chanoine, dirigeant de cette sinistre officine, et ses commanditaires décident donc d’éliminer tous les joueurs… Fantine, l’héroïne, cible prioritaire des  assassins va être secourue par un ancien sniper…

Origine Flag-FRANCE
Éditions Lajouanie
Date 9 avril 2021
Pages 328
ISBN 9782370471727
Prix 19,00 €

L'avis de Chrsitophe DUBOURG

Une bande cosmopolite de jeunes gamers se déchaîne sur consoles afin de remporter un tournoi de jeu de stratégie, réputé ingagnable. Hélas, la partie est moins innocente qu’il n’y paraît, et la victoire est amère. L’agence conceptrice du jeu Clean-Planet n’est autre qu’un groupe politique sulfureux qui tente de maîtriser définitivement le monde informatique… Paniqués par la maîtrise technique dont font preuve ces incroyables geeks, le Chanoine, dirigeant de cette sinistre officine, et ses commanditaires décident donc d’éliminer tous les joueurs… Fantine, l’héroïne, cible prioritaire des assassins, va être secourue par un ancien sniper…

Le techno thriller est un genre très prisé, notamment aux États-Unis où l’un des papes du genre et certainement l’un des plus connus aussi, Tom Clancy, lui donna ses lettres de noblesse à travers plusieurs romans et films, la série des Jack Ryan entre autres. Ce n’est donc pas une mince affaire pour qui veut se frotter au genre – on notera le « Blackstone » du français Guillaume Richez chez feu l’éditeur Fleur Sauvage – car il suppose souvent une bonne connaissance géo politique, une documentation sans failles et se fend d’un glossaire parfois très technique, voire obscur pour le profane, et souvent très fourni. Bref, rien de rédhibitoire pour un genre qui reste de ce fait, un peu à part dans le grand monde de la littérature noire.

Je suis loin d’être spécialiste en la matière mais il me semble que le techno thriller est un peu laissé de côté en France, célébrons donc la parution de ce roman comme il se doit !

Quoiqu’il en soit, c’est après avec pris beaucoup de plaisir que je termine la lecture de ce roman, le premier de l’auteur, par ailleurs chroniqueur émérite et grand amateur de whiskies ! Comme le spécifie la quatrième de couverture, « Tu joues, tu meurs ! » s’apparente à un thriller d’action. Les chapitres sont courts, l’écriture est limpide, le jargon, maitrisé, et l’on sent manifestement que Yannick PROVOST a pris beaucoup de plaisir à dérouler l’intrigue. L’auteur s’est bien documenté et ne nous noie pas pour autant dans d’indigestes et interminables tunnels de dialogues explicatifs et techniques. On ne doute pas un seul instant que Yannick a bossé son manuel du « Parfait petit espion » et Anton ainsi que Grey-Ink sont à ce titre, assez justement décrits. Mieux encore, sur l’ensemble de l’ouvrage l’auteur donne l’impression de savoir de quoi il parle quand il écrit. Ça, c’est extrêmement important, une grande qualité qui fait aussi le sel du bouquin. Il n’y a en effet rien de pire que de se rendre compte d’inexactitudes ou pires, d’erreurs dans tel ou tel domaine quand on referme la dernière page d’un roman. Ce n’est pas le cas ici, là, on y croit. Bien entendu, il ne faut pas s’attendre à de l’ultra-réalisme, le roman ne vise d’ailleurs pas à ça. C’est un récit qui va vite, une histoire qui suppose de ranger parfois sa « suspension d’incrédulité » au placard (notamment dans sa dernière partie) et d’embarquer sans réfléchir pour ce « road tripes » (pardon !) où l’action prédomine. Ce n’est pas un reproche, c’est surtout la loi du genre « action », avec tout ce qu’elle peut comporter d’invraisemblances mais aussi de contentements lorsqu’elle est bien exécutée comme c’est le cas ici. De réflexion contemporaine, il en est aussi question dans le roman, à travers le regard des puissants (ici le Chanoine), mais aussi de notre rapport à la technologie, celui de nos enfants, hyper connectés, et du monde de demain qui se profile, pas meilleur que celui d’aujourd’hui ou l’ancien mais inéluctable.

Pour conclure : l’action est soutenue, – et même survitaminée par instants – et le récit fonce à cent à l’heure. Des personnages bien définis, (j’ai beaucoup apprécié Anton et Fantine, assez touchants dans leur histoire et leurs non-dits, ainsi que le duo formé du Chanoine et d’Irina) pour une histoire qui ne révolutionne certes pas les codes du genre – il y a du « Jason Bourne » ou du « Fugitif » dans le bouquin –, mais qui emprunte avec bonheur les codes du genre thriller d’action cinématographique pour, non les pervertir, mais les accommoder à sa sauce. Et n’ayez crainte, avec Yannick aux manettes (pardon dis !), cette dernière prend très bien, elle est relevée comme il faut !

L'avis de Hélène

SI comme moi vous n’est pas du tout branchés jeux vidéo et informatique, vous risquez d’avoir très peur au début de ne rien comprendre. Merci Yannick de fournir un glossaire qui nous éclaire sur les termes techniques du monde des gamers et des geeks. J’ai été rassurée de constater que je connaissais finalement pas mal de vocabulaire.

Fantine, 14 ans, fait partie d’un crew réunissant 4 autres fans de jeux vidéo comme elle, si un des gamers ne vit pas loin de chez elle, les autres sont dans d’autres pays. Clean Planet est le nom du jeu, et il ressemble à des tas de jeux mettant à profit la coopération de plusieurs joueurs afin d’arriver à trouver une solution à un problème. Seulement Clean Planet n’est pas un simple jeu mais une machine derrière laquelle se cachent des forces obscures qui détournent ce jeu à des fins économiques et politiques. La société est incarnée par des personnages intéressants comme le Chanoine et Irina une rousse folle furieuse qui dégaine plus vite que son ombre. Fantine, la plus jeune du groupe des gamers, débrouillarde, n’a pas froid aux yeux et est prête à tout pour sortir de ce guêpier. Les personnages ont le mérite d’être de fortes personnalités ce qui donne à toute l’intrigue une belle dynamique.

Je vous préviens tout de suite que vous allez décoller avec ce thriller explosif et captivant. Pas de temps morts, j’ai eu l’impression d’être dans un film d’action : traque de Fantine, course-poursuite, exfiltrations musclées, scènes de lutte, fusillade, tout ceci allant plutôt crescendo, pour nous livrer un final dynamique qui tient toutes ses promesses …. L’écriture est très agréable, on sent que l’auteur connait bien son sujet et on passe un bon moment de lecture. Si vous voulez lire un bon roman qui mélange action, suspense et nouvelles technologies, je vous le conseille fortement.

L'avis de Hélène B.B.

Yannick PROVOST est un amateur de polar et de jeux vidéo, il participe activement au comité de lecture Zonelivre et signe ici son premier roman.

Henri Chavre de Camartin est à la tête du programme Clean-Planet et cherche à récupérer les données d’un petit groupe de gamers. Ces derniers ont, en effet, réussi à gagner un jeu inviolable et risquent ainsi d’empêcher les projets lucratifs du groupe Clean-Planet.

Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas du tout « branchée » monde des gamers et j’avoue que le prélude m’a laissée bien sceptique : on est plongé d’emblée dans une terminologie et une atmosphère propres aux jeux vidéo. Mais la particularité de ce roman c’est que même si l’univers des jeux n’est pas trop votre tasse de thé, vous allez être vite happé par l’intrigue. En effet, on se laisse facilement entraîner dans ce polar d’abord parce les personnages ont un capital de sympathie relativement élevé et ensuite parce que le scénario est plutôt bien ficelé. Le style d’écriture est cependant assez sec, parfois elliptique et cela peut être considéré comme efficace dans la mesure où cela amène une fluidité de lecture, mais cela peut aussi être un défaut pour un lecteur cherchant une voix plus chaleureuse.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Enseignante de lettres, une formation en Analyse criminelle et comportementale. Grande lectrice de polars depuis des années...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.