Yana VAGNER : Vongozero

0
351
Russie FLAG

L’histoire est captivante. Yana Vagner vous attrape par le cœur pour vous plonger dans l’histoire d’Anna et les siens

INFOS ÉDITEUR

yana vagner-vongozero
Vongozero

Parution aux éditions Mirobole en septembre 2014

Parution aux éditions Pocket en mars 2016

Traduit par Raphaelle Pache

11 personnes luttant pour leur survie, 450 pages de neige, 1 000 km d’une route éreintante.

Une pandémie a décimé la quasi totalité de la planète. Dans Moscou en quarantaine, la plupart des habitants sont morts et les survivants – porteurs de la maladie ou pillards – risquent de déferler sur les alentours. La narratrice Anna, son fils, son mari, son beau-père et quelques autres personnes décident de s’enfuirent vers le nord, à la frontière fin landaise, pour atteindre une île du lac Vongozero sur laquelle Anna et son mari possèdent un cabanon de chasse.

Un roman plein de force et d’humanité, un exode moderne dans une Russie dévastée. Pour ces êtres qui perdent un à un leurs repères, la route se fera sous une neige omniprésente, à travers des villages fantomatiques, en luttant contre les menaces constante, mais aussi contre leurs propres démons…

(Source : Mirobole – Pages : 448 – ISBN : 9791092145274 – Prix : 22,00 €)

L’AVIS DE LAURE CHIRON

C’est en commençant à lire « Le Lac », de la même auteure, que je me suis aperçue que celui-ci avait un grand frère, Vongozero. J’ai donc pris le parti de lire ce dernier avant Le Lac, afin de bien comprendre l’histoire, mais surtout d’apprendre à connaître les personnages de ce huis clos hors du commun.

L’histoire est captivante. Yana Vagner vous attrape par le cœur pour vous plonger dans l’histoire d’Anna et les siens, isolés du reste du monde après le virus qui l’a réduit en poussières, et devant faire face aux forces militaires devenus des pilleurs, comme n’importe quels habitants de Moscou et sa banlieue.

C’est celle d’une femme ordinaire, imparfaite, qui se retrouve confrontée à une tension psychologique permanent dans ce monde qui part en vrille. Choisissant de fuir Moscou à bord d’une voiture et de celle de leurs voisins, Anna et ses compagnons d’infortune ne sont pas non plus des gens lisses et sans reproches, bien au contraire. Quelques-uns d’entre eux sont franchement désagréables et détestables, et leurs actes ne sont pas toujours valeureux.

C’est justement la grande force de ce roman, qui devient totalement réaliste et nous fait réfléchir sur ce que nous ferions nous aussi dans un tel cas. Comment réagirions-nous, que ferions nous ?

J’ai littéralement dévoré ce livre dont l’écriture fluide et l’histoire haletante m’empêchaient de le lâcher. Ce n’est pas juste un roman sur le thème éculé de la fin du monde, mais une histoire tellement réaliste qu’elle nous oblige à nous remettre en question en prenant la place des personnages principaux. Le questionnement qu’il cause en devient même un peu perturbant par moments.

En bref, c’est un coup  de cœur que dont je vous parle là, et je ne peux que vous conseiller de vous y plonger corps et âme !

Enregistrer

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici