Xavier-Marie GARCETTE : La vierge noire et le voyou

Xavier-Marie GARCETTE : La vierge noire et le voyou

Présentation Éditeur

Dès qu’il s’agit de Poulenc, revient immanquablement ce mot du critique Claude Rostand : « Il y a chez Poulenc du moine et du voyou ». Francis lui-même reconnaissait la véracité de cette analyse, qu’il imputait à sa double ascendance : un père aveyronnais d’origine, assez austère et très viscéralement chrétien, une mère parisienne raffolant de l’atmosphère canaille des guinguettes…

Mais Poulenc, quel que soit le domaine, était tout et le contraire de tout : parisien et campagnard, mondain et popu, primesautier et neurasthénique, volage et fidèle, masculin et féminin…

Le voici donc tel qu’en lui-même, depuis son premier grand succès public, le ballet Les biches en 1924, jusqu’à son apothéose, l’opéra Dialogues des carmélites en 1957 : Francis avec ses succès et ses doutes, ses désespoirs et ses amours, et par-dessus tout une passion indéfectible pour celle qu’il a découverte en 1936 : la Vierge noire, Notre-Dame de Rocamadour.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Des Auteurs des livres
Date 23 janvier 2023
Pages 168
ISBN 9782492375156
Prix 16,60 €

L'avis de Nicolas Bücher

Xavier-Marie Garcette est un auteur français, qui s’est rapidement passionné pour les Arts. Son parcours personnel lui a permis de voyager, quittant la capitale pour le Massif central. Il est particulièrement attaché à Brive-la-Gaillarde. Il s’est par ailleurs installé dans le Quercy, qui est une région authentique et naturelle. Ce lieu revient fréquemment dans ses œuvres, dont l’excellent roman Trévizac ou bien Le Marquis de Saint-Sozy. Dans ses récits, l’écrivain s’avère souvent nostalgique. C’est pourquoi ses textes invitent parfois l’Histoire avec un grand « H », mêlant des personnages fictifs à des icônes nationales comme l’éminent peintre Renoir ou encore le compositeur de légende Wolfgang Amadeus Mozart. La plume très appliquée, élégante et la sensibilité de l’auteur rendent l’expérience de lecture vraiment enrichissante.

Qui est Francis Poulenc ?

En bon romancier-historien, Xavier-Marie Garcette présente une biographie palpitante, qui retrace le parcours atypique et enflammé de l’artiste Francis Poulenc. Ce compositeur et pianiste a participé au rayonnement de la France au XXe siècle. Il est particulièrement reconnu pour son opéra Le Dialogue des Carmélites, qui est d’ailleurs mentionné dans les derniers chapitres du livre intitulé La Vierge Noire et le Voyou, publié aux éditions Des Auteurs Des Livres. Le sous-titre est le suivant : Une brève histoire de Francis Poulenc… Sur 166 pages, l’auteur présente un récit passionnant et un homme, un artiste qui l’est tout autant.

Quatorze chapitres qui mettent en lumière les accomplissements, mais aussi les échecs, les peurs les plus profondes et les amours d’un prodige de la musique… L’œuvre débute en l’an 1924. C’est l’hiver : un personnage appelé Roberto balaie les rues. Un élégant dandy lui demande du feu. Il s’agit de Francis Poulenc. Grâce à une introduction efficace, le lecteur ne peut pas s’ennuyer une seconde. C’est ainsi que commence la biographie, sous un angle très original. L’auteur parvient à s’identifier à cette icône torturée, au point de parler en son nom, tout en incluant des propos qui sont bien les mots authentiques, employés par Francis Poulenc. Pour cela, Xavier-Marie Garcette a réalisé un travail et une enquête approfondie sur son sujet. Entre les pages, certains passages sont donc les véritables paroles du personnage principal…

« Et pourquoi suis-je aussi toujours torturé par l’intime conviction, qui revient régulièrement, telles les grandes marées d’équinoxe, que tout ce que j’ai composé ne vaut pas grand-chose et pourrait être mis au feu ? »

L’histoire de Poulenc, c’est aussi et surtout une sensation d’insatisfaction chronique. Une soif de réussir, de se sentir en adéquation avec soi-même… De se lancer dans des projets pharaoniques et de les concrétiser. Le texte offre une chronologie linéaire, en partant des années folles à Paris. Le lecteur découvre donc Marie-Blanche de Polignac, dans un hôtel particulier, ainsi que les Noailles. Poulenc fréquentait de grandes figures, aujourd’hui considérées comme des monuments du patrimoine français, dont Cocteau. Grâce aux descriptions authentiques et crédibles délivrées par Xavier-Marie Garcette, le lecteur s’imagine aisément les soirées costumées, en hommage à Proust. Il appréciera également les clins d’œil à Coco Chanel ou encore la rivalité entre Cocteau et Eluard. Une opulence, le luxe, le champagne qui coule à flots… Difficile d’envisager que la Seconde Guerre mondiale approche à grands pas.

L’homosexualité comme fardeau

Même si cette orientation sexuelle est aujourd’hui majoritairement acceptée en France et dans d’autres pays dans le monde, s’éprendre d’un homme lorsqu’on en est un n’est pas chose aisée en 1928. Après avoir déclaré sa flamme à une femme appelée Raymonde, Francis réalise qui il est vraiment. Souffrant de sa différence, il s’adonne à des relations scandaleuses, comme l’avait fait Oscar Wilde avant lui. D’ailleurs, dans son entourage, il n’est pas le seul à se laisser aller avec la gent masculine. Proust lui-même préférait la compagnie virile au charme des dames… Mais le portrait de Francis est brut, passionné, sans limites. Il s’éprend si fort qu’il effraie. Il enchaîne les amants, jusqu’au jour où il décide d’honorer son éducation très pieuse. Il se rend à Rocamadour, pour contempler la fameuse Notre-Dame de Rocamadour…

« Vivre conjointement sa foi catholique et ses pulsions homosexuelles est un drame intime dont les témoignages sont nombreux : c’est presque un leitmotiv littéraire du XXe siècle. »

Conservatisme et passion amoureuse « différente » ne font pas bon ménage. Pourtant, Francis Poulenc a continué de croire en Dieu, habité par la présence divine lors de ses transcendances face à la Vierge Noire. Évoluant dans un milieu privilégié où il ne manque de rien, le héros a atteint les sommets de la félicité, sans cesse entouré mais se sentant si seul. Tantôt égocentrique, aimant, dépendant des autres et bouleversant de sensibilité, l’artiste présente toutes les caractéristiques du génie maudit. À la manière de l’albatros de Baudelaire, « ses ailes de géant l’empêchent de marcher ». En définitive, cette biographie écrite par Xavier-Marie de Garcette est à la fois originale, touchante et détaillée. Grâce à ses connaissances pointues, l’auteur réussit à séduire son lectorat, tout en faisant honneur à une figure réputée de la grande musique.

Le site de l’auteur : https://xaviermarie-garcette.fr

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Jean-Christophe Chauzy et Pierre Pelot : L’été en pente douce

L‘été en pente douce adapté en BD, d'après le roman culte de Pierre Pelot. A ne rater sous aucun prétexte !

Constance DEBRÉ : Offenses

Offenses, c’est l’histoire du meurtre d’une vieille dame qui n’avait rien demandé à personne...

Gelli : Mangez-le si vous voulez d’après le roman de Jean Teulé

Roman graphique adapté de l’œuvre de Teulé, Gelli n’utilise que le noir et blanc, teinté de rouge pour la victime.

Carl PINEAU : Nuits Nantaises – Greg Brandt

1976. Un braquage particulièrement sanglant met la ville en émoi, les gangsters ont assassiné deux convoyeurs de fond à l’arme lourde.
Nicolas Bücher
Nicolas Bücher
Journaliste et passionné de littérature

Jean-Christophe Chauzy et Pierre Pelot : L’été en pente douce

L‘été en pente douce adapté en BD, d'après le roman culte de Pierre Pelot. A ne rater sous aucun prétexte !

Constance DEBRÉ : Offenses

Offenses, c’est l’histoire du meurtre d’une vieille dame qui n’avait rien demandé à personne...

Gelli : Mangez-le si vous voulez d’après le roman de Jean Teulé

Roman graphique adapté de l’œuvre de Teulé, Gelli n’utilise que le noir et blanc, teinté de rouge pour la victime.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.