Verity BRIGHT : Lady Eleanor Swift – 02 – Mortelle mascarade

Verity BRIGHT : Lady Eleanor Swift - 02 - Mortelle mascarade

Présentation Éditeur

Plus à l’aise dans la savane africaine que sur une piste de danse, Lady Eleanor Swift est confrontée à un sérieux problème : le jeune et beau Lancelot l’a invitée à un bal masqué. Dans la foule de personnages costumés, masqués et grimés, elle cherche désespérément son cavalier. Lorsqu’elle le découvre enfin, la scène est atroce : Lancelot est debout, brandissant un chandelier en argent au-dessus d’un cadavre. Au mur, un coffre-fort ouvert et vide ! Quelques instants plus tard, le jeune homme est arrêté pour meurtre et vol de bijoux. Mais Eleanor est persuadée qu’il est innocent. Avec l’aide d’une brochette d’amis, des gars de la haute société qui conduisent vite et boivent encore plus vite, elle mène l’enquête. Mais en voulant innocenter Lancelot, elle se retrouve en première ligne et risque bien de sortir de scène les pieds devant…

Origine Flag-ROYAUME-UNI
Éditions City
Date 8 juin 2022
Éditions City
Date 31 mai 2023
Traduction Karine XARAGAI
Pages 304
ISBN 9782824622200
Prix 8,40 €

L'avis de Cathie L.

Mortelle Mascarade de Verity Bright, Death at the Dance dans la version originale parue en 2020, a été publié par les éditions City en 2022. C’est le second opus de la série Les Aventures de Lady Eleanor Swift. Le style est très agréable à lire, les nombreux dialogues entre Lady Swift et les différents protagonistes faisant progresser l’intrigue de manière cohérente et vivante, parfois drôle :

« Donc, vous l’avez suivi à l’étage ? -Oui, comme je vous l’ai déjà dit, je l’ai suivi dans l’escalier. -Et qu’a-t-il fait? Franchement, je n’en sais rien. A mon arrivée sur le palier, il avait disparu. Seldon se caressa la mâchoire. -Savait-il que vous le suiviez? -Non, il me devançait largement. » (Page 38)…

1920. Début juin. Deux mois après les événements survenus dans Meurtre à l’Anglaise. Invitée au bal masqué organisé par Augusta Fenwick-Langham, Eleanor erre dans le manoir à la recherche de Lancelot qu’elle finit par découvrir dans une situation pour le moins compromettante : un chandelier en argent dans la main droite, penché au-dessus d’un corps sans vie, le coffre-fort grand ouvert… et vide ! Comme le coffre n’a pas été forcé et qu’il s’est passé un laps de temps trop court avant l’apparition de l’inspecteur, il en conclut que le voleur connaissait la combinaison.

Autre argument en défaveur de Lancelot: en tombant, la victime a brisé sa montre qui s’est arrêtée à 8h23, exactement deux minutes avant l’arrivée de la police. Personne n’a donc eu le temps matériel de sortir de la pièce. Selon le commissaire Seldon, le colonel, entré dans le bureau pour une raison quelconque, a surpris Lancelot la main dans le sac, en train de voler le collier de sa mère.

Mais Eléanor, bien que figurant parmi les suspects, est bien déterminée, avec l’aide de Clifford, à prouver l’innocence de son ami, et la sienne par la même occasion. Lady Swift se demande si le colonel, homme particulièrement antipathique et doué pour se créer des ennemis, n’aurait pas été tué par vengeance.

Le + : les dialogues entre Eléanor et Cifford donnent le ton de ce cosy mystery drôle :

 » Clifford sonna deux fois sur le cordon de sonnette, au niveau de la tête de lit. -Pas d’inquiétude, ces dames auront vite fait de tout débarrasser, vu les circonstances. -Les circonstances? -Il vous reste exactement trente-sept minutes avant que nous partions. -Trente-sept minutes? Bigre, ce n’est pas beaucoup! Parce que nous partons? Mais où? Clifford ajusta les manchettes de ses gants. -Je vous rappelle, madame, que les Fenwick-Langham donnent un bal masqué et que c’est moi qui vous y conduis dans la Rolls. » (Page 6)… »

Une fois la chambre remise en ordre, Mrs Butters esquissa une révérence. -Y aura-t-il autre chose, madame ? Polly doit-elle vous aider à vous habiller ? -Surtout pas ! Enfin, non merci, veux-je dire. Je ne sais pas encore avec quel cilice de brocart je vais me mortifier les chairs toute la soirée. La gouvernante gloussa et, d’un regard appuyé, ordonna à Polly de sortir de la chambre. Clifford toussota poliment. -Peut-être serait-il avisé de se « magner la fraise », madame. C’est comme cela qu’on dit, je crois? -Tss-tss! La fraise ne se porte plus depuis longtemps, voyons. » (Page 8)

Dans ce second opus aussi plaisant et drôle que le premier, nous retrouvons avec un égal bonheur une Eléanor toujours aussi fantasque et anticonformiste confrontée à un cas épineux: prouver l’innocence de Lancelot et la sienne dans une affaire de vol de bijoux et de meurtre. Avec l’aide de l’indispensable Clifford toujours toujours prêt à voler au secours de sa protégée et lui rappeler le cas échéant ses devoirs de Lady.

On se retrouve au prochain rendez-vous ??

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Elodie Alauzet : Le maître Golem – 01 – De Terre et de Pierre

Un voyage que l'on entame avec la promesse de l'émerveillement, et que l'on termine avec la certitude d'avoir été, quelque part, transformé.

Françoise Le Mer : L’héritage maudit de Ouessant

Avec L'héritage maudit de Ouessant, Françoise Le Mer nous concocte un excellent divertissement en lecture où l’argent fait la loi

Christian Durieux, Denis Lapière, Daniel Couvreur : Le faux Soir

Ce passionnant récit interroge le pouvoir des mots et de la satire comme arme de résistance contre toutes les oppressions.

François ROLLIN : Dictionnaire amoureux de la bêtise

Le professeur Rollin a rendu des hommages et poussé des coups de gueule, ce qui donne un ouvrage frais et souvent drôle.
Cathie L.
Cathie L.https://goo.gl/kulVbu
Ecrivain de romans historiques, chroniqueuse et blogueuse, passionnée de culture nordique et de littérature policière, thrillers, horreur, etc...

Elodie Alauzet : Le maître Golem – 01 – De Terre et de Pierre

Un voyage que l'on entame avec la promesse de l'émerveillement, et que l'on termine avec la certitude d'avoir été, quelque part, transformé.

Françoise Le Mer : L’héritage maudit de Ouessant

Avec L'héritage maudit de Ouessant, Françoise Le Mer nous concocte un excellent divertissement en lecture où l’argent fait la loi

Christian Durieux, Denis Lapière, Daniel Couvreur : Le faux Soir

Ce passionnant récit interroge le pouvoir des mots et de la satire comme arme de résistance contre toutes les oppressions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.