Sorj CHALANDON : Enfant de salaud

0
30
Sorj CHALANDON : Enfant de salaud

Présentation Éditeur

Depuis l’enfance, une question torture le narrateur :
– Qu’as-tu fait sous l’occupation ?
Mais il n’a jamais osé la poser à son père.
Parce qu’il est imprévisible, ce père. Violent, fantasque. Certains même, le disent fou. Longtemps, il a bercé son fils de ses exploits de Résistant, jusqu’au jour où le grand-père de l’enfant s’est emporté : «Ton père portait l’uniforme allemand. Tu es un enfant de salaud ! »

En mai 1987, alors que s’ouvre à Lyon le procès du criminel nazi Klaus Barbie, le fils apprend que le dossier judiciaire de son père sommeille aux archives départementales du Nord. Trois ans de la vie d’un « collabo », racontée par les procès-verbaux de police, les interrogatoires de justice, son procès et sa condamnation.

Le narrateur croyait tomber sur la piteuse histoire d’un « Lacombe Lucien » mais il se retrouve face à l’épopée d’un Zelig. L’aventure rocambolesque d’un gamin de 18 ans, sans instruction ni conviction, menteur, faussaire et manipulateur, qui a traversé la guerre comme on joue au petit soldat. Un sale gosse, inconscient du danger, qui a porté cinq uniformes en quatre ans. Quatre fois déserteur de quatre armées différentes. Traître un jour, portant le brassard à croix gammée, puis patriote le lendemain, arborant fièrement la croix de Lorraine.

En décembre 1944, recherché par tous les camps, il a continué de berner la terre entière.
Mais aussi son propre fils, devenu journaliste.
Lorsque Klaus Barbie entre dans le box, ce fils est assis dans les rangs de la presse et son père, attentif au milieu du public.
Ce n’est pas un procès qui vient de s’ouvrir, mais deux. Barbie va devoir répondre de ses crimes. Le père va devoir s’expliquer sur ses mensonges.
Ce roman raconte ces guerres en parallèle.
L’une rapportée par le journaliste, l’autre débusquée par l’enfant de salaud.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Grasset
Date 18 août 2021
Pages 336
ISBN 9782246828150
Prix 20,90 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Je me souviens des images aux infos du procès de Klaus Barbie en 1987…

La morgue et le cynisme qu’il dégageait…

Chalandon retranscrit à merveille ce moment historique, la rogue de l’accusé, la détresse des victimes.

Mais Enfant de Salaud n’est pas que cela, non, c’est aussi l’histoire d’un homme dont son grand-père lui a dit qu’un jour il étant un enfant de salaud. Alors il a voulu comprendre pourquoi, ce qu’avait vraiment fait son géniteur pendant la guerre, il y a ce qu’il raconte, ce qu’il fantasme, les rôles qu’il joue, et ce qu’il a vraiment fait.

Le fils est journaliste, il couvre le procès pour Libé, le père y assiste dans le public, l’un est mal à l’aise, écœuré par ce qu’il entend, ce qu’il voit, l’autre s’en amuse. Ils en parlent, le père est toujours à raconter ses « exploits », le fils enquête, découvre, tente de comprendre.

Un roman, avec une grande part autobiographique, qui vous submerge d’émotions, une écriture magnifique, les émotions se bouscules au fil des pages. Tu arrives à un moment où tu t’interroges toi-même, si ton père avait été un salaud comme le sien, comment tu aurais réagi ?

Un livre à lire, pour l’Histoire, celle de la guerre, celle des hommes, ceux qui étaient du côté, ceux qui étaient du mauvais.

Enfant de salaud est à la fois bouleversant et magnifique…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.