Sonia ALAIN : Les contes interdits – Le petit chaperon rouge

0
500
Sonia ALAIN - Les contes interdits - Le petit chaperon rouge
-

Présentation Éditeur

Dans cette version contemporaine du Petit Chaperon rouge, la candeur est bafouée et les fantasmes deviennent cauchemars. Après cette lecture interdite, les bois ne vous sembleront peut-être plus aussi sûrs… Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille. Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance. Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage. Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel. Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Origine Canada
Éditions AdA
Date 11 juin 2018
Pages 204
ISBN 9782897864101
Prix 10,00 €

L'avis de Léa D.

Il y a une grand-mère, une vieille Tsigane qui, en entrant en communication avec l’esprit de sa fille, va mettre en branle des événements marquants. Il y a sa petite-fille, que l’on va retrouver errante seule dans les bois. Et il y a un loup, un animal surprenant… Tout les ingrédients sont réunis pour réinterpréter l’histoire du Chaperon rouge ! Dans cette version, attention à ce que vous allez lire.

Angelika n’a que neuf ans lorsque sa grand-mère est assassinée. Retrouvée dans les bois, elle est placée en famille d’accueil et protégée par l’avocat de sa grand-mère, dans l’espoir qu’elle soit à l’abri de ceux qui se sont acharnés sur sa famille. A 18 ans, la jeune femme sort du circuit d’accueil, et commence à planifier sa vengeance. Pour venger sa grand-mère. Pour venger sa mère. Et pour toutes les innocentes qui sont tombées entre les mains de ces hommes pervers, des pédophiles, des meurtriers. Et pour cela, elle est prête à tout. Connue sous son nom de code, La Louve a mis au point un plan sans faille.

J’aime beaucoup lire des contes, comme ceux des frères Grimm par exemple. Alors quand je suis tombée sur la série Les Contes Interdits, j’avoue avoir lorgné un moment dessus : j’étais curieuse de voir comment les contes de notre enfance pouvaient être revisités, j’avais peur que ce soit trop hard… Je me suis finalement lancée dans l’histoire du Petit Chaperon Rouge.

Et je préfère prévenir les âmes sensibles que c’est effectivement assez hard, notamment au niveau des scènes d’agressions sexuelles, qui peuvent être très éprouvantes… Ce n’est pas de l’érotisme ou du BDSM, ça va beaucoup plus loin : c’est glauque, sombre, dur. Si vous ne vous sentez pas dans ces thèmes, ne vous lancez pas ! Il y a des scènes qui m’ont vraiment mise mal à l’aise, qui m’ont parfois choquée aussi. (Ou alors, c’est que je suis vraiment une grosse sensible !)

Pour ce qui est de l’intrigue en elle-même, elle flirte entre le fantastique et la policier. Le côté fantastique est assuré notamment par le côté Tsigane de la grand-mère, par la présence d’esprit et de fantôme. Il y a également une intrigue policière avec la présence d’Olivier, un policier cherchant à démanteler un réseau de pédophile, et qui va souvent croiser la route de La Louve.

Pour ce qui est de la revisite du conte, je dois dire que j’ai apprécié comment Sonia Alain a construit son roman : on y retrouve les éléments essentiels du Chaperon Rouge, avec une patte personnelle, moderne et violente. Mais qui a dit que les contes de fées étaient roses ? Souvent, quand on creuse bien, ce sont des histoires souvent sombres… Cette version va encore plus loin !

Maintenant que j’ai commencé à me plonger dans l’univers des Contes Interdits, je vais commencer à fouiller pour savoir lequel lire ensuite. Je dois dire être particulièrement tentée par Peter Pan, La petite sirène et Raiponce !

L'avis de Stanislas PETROSKY

L’idée de départ de la série est fort intéressante, une version contemporaine de fables de notre enfance, version + de 18 ans, trash-gore. Pourquoi pas, vu que la vraie version de ces textes n’est pas forcement pour les enfants ?

De même, l’idée de réécriture du petit Chaperon rouge n’est pas dénuée de bon sens, une enfant abandonnée dans les bois qui cherche à venger sa grand-mère Tzigane… Jusque-là, ça va…

Il est un détail à ne pas oublier : faire du gore, de l’horreur, du trash, est un genre à part entière, il ne suffit pas de faire se succéder des scènes violentes, choquantes, contre-nature pour réussir l’exercice, loin de là. Il faut que l’histoire tienne la route, que l’on ait de l’empathie, ou de l’antipathie pour les personnages lors de la lecture, que l’on ressente quelque chose envers eux.

Il faut aussi une certaine crédibilité dans le récit, ce qui, soyons honnête, est fort compliqué dans ce genre littéraire, il suffit de relire quelques opus ratés de la collection Gore du Fleuve Noir. Le roman gore et le roman pornographique sont certainement les styles les plus compliqués pour avoir un texte abouti, c’est certainement pour cela qu’ils s’enlacent souvent au fil des pages tels deux amants maudits, le vieux mythe d’Éros et Thanatos.

Peu d’auteurs ont gagné le pari de faire un texte original dans cette niche, je me souviens du Festin séculaire de G.-J. Arnaud, de Bloody Glove de Chris Anthem, Comme une odeur de mort de Jean-Pierre Andrevon, Purgatoire de Pierre Pelot…

Certes, je n’ai pas apprécié ma lecture, mais je reconnais le courage de l’auteure de s’être aventurée dans l’un des genres les plus difficiles de la littérature.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Auteur de romans. Né en Arménie, Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Les articles sur Stanislas PETROSKY présent sur Zonelivre ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.