Simone GELIN : Le Journal de Julia

3
377
France

INFOS ÉDITEUR

journal de julia - gelin

Parution aux éditions Anne Carriere en mars 2013

En 2003, à bord d’un cabriolet Alfa Romeo des années 1970, Nino et son grand-père Emilio, un immigré espagnol ayant combattu le régime franquiste, sillonnent la France du Pays basque aux routes de Provence. Ils sont décidés à rendre justice à leur manière.

Le journal de Julia, la mère de Nino, accompagne leur voyage. Avant de mourir de chagrin, Julia y avait relaté les événements dramatiques qui ont foudroyé sa passion pour Lucio, le père de Nino, et brisé sa vie. Accusé par erreur du meurtre d’une fillette, condamné par une justice hâtive, Lucio a été condamné à mort et guillotiné.

(Source : Anne Carriere – Pages : 320 – ISBN : 9782843377044 – Prix : 19,00 €)

L’AVIS DE PEPITA SONATINE

L’histoire se passe en deux temps, en deux endroits.

1975, c’est en Provence, Julia nous raconte sa vie dans une petite bourgade du Sud-Est, puis son histoire d’amour avec Lucio, l’étranger du village comme ils disent ; un coup de foudre ,une  passion , de courte durée malheureusement.

Un jour, le drame….une petite fille assassinée, il faut un coupable à tout pris : Lucio sera celui-là !

2002, c’est au Pays Basque, Nino, le fils et Emilio, le grand-père survivent. La vie les a terriblement éprouvés, déçus, malenés. Un besoin de vengeance les anime .  Ce mal récurrent qui vous obsède et vous pousse au delà des limites du raisonnable. Il leur faut comprendre pourquoi, un jour, le sort s’est acharné sur ce couple heureux et sans histoire.

Jusqu’où irions pour rétablir la vérité ; de quoi serions nous capables afin de sauver l’honneur d’un être cher condamné à mort, à tort ?

Simone Gélin nous écrit un roman noir d’une sensibilité extrême. C’est bouleversant, poignant. Tant d’émotion dans ces quelques pages qu’il nous est difficile de ne pas être révolté devant tant d’injustice. L’erreur judiciaire est-elle acceptable ? Des vies brisées, des destins broyés, l’auteur dénonce ainsi la peine de mort et ses conséquences irréversibles. Les mots sont justes , l’écriture est directe et fluide, l’amour et la haine font bon ménage pour nous convaincre du bien d’une vengeance inéluctable.

Cette histoire m’a rappelé celle de Christian Ranucci, dernier guillotiné de France en juillet 1976,  que Gilles Perrault nous avait raconté dans son célèbre livre Le Pull-Over rouge ».

Un grand moment de lecture, de tristesse et de dignité retrouvée malgré tout.

Sponsor

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici