Serge BRUSSOLO : Cendres vives

0
76
Serge BRUSSOLO : Cendres vives
-

Présentation Éditeur

Jérémie, 13 ans, vit au Chili, à la lisière de la forêt amazonienne. Son frère aîné, Jonah, est en proie à de curieuses idées fixes et exerce sur lui un harcèlement que sa famille refuse de prendre au sérieux. Lors d’une excursion insensée dans la jungle, Jonah disparaît et est bientôt présumé mort. Ravagés par le chagrin, ses parents accusent Jérémie d’avoir assassiné son propre frère par jalousie. Ne supportant plus sa présence, ils expédient l’adolescent aux USA dans un mystérieux pensionnat militaire où lui seront inculquées les techniques d’infiltration et d’assassinat qui constituent le bagage de tout vrai patriote au service de son pays. Jérémie va alors passer de l’autre côté du miroir et pénétrer dans le cercle très fermé de ceux qui tirent les ficelles du monde et ne reculent devant rien pour parvenir à leurs fins.

Avec Cendres vives, Serge Brussolo signe un thriller d’une redoutable efficacité.

Origine Flag-FRANCE
Éditions H&O
Date 320
Pages 320
ISBN 9782845473515
Prix 8,90 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Il y a des écrivains, des romanciers, des auteurs, mais il y a aussi des conteurs. Des types qui t’embarquent dans leur monde, tu ne lis pas leur livre, ils te les murmurent à l’oreille, et en y mettant le ton, excusez du peu !

Brussolo est de ceux-là.

Dans Cendres vives, il t’embarque dans un roman palpitant, qui flirte avec l’espionnage, l’anticipation, le noir, l’horreur, comme le dit Hupp du Nouvel Observateur, « Serge Brussolo est un genre littéraire à lui tout seul. » C’est ça… Que dire de plus ?

Que Brussolo te nargue tout au long du roman ? Que d’une page à l’autre, tu ne sais plus ce qui est vrai ou faux ? Si le narrateur est cinglé ou juste dans un merdier inimaginable ?

Non, je sais ! Ce que je peux dire, c’est qu’avec ce roman, Brussolo nous donne une leçon, il nous explique ce que se doit d’être un thriller ! Un roman d’aventure qui part en vrille. Un type qui d’un coup se retrouve catapulté dans un univers parallèle, où chaque évènement que le personnage central va vivre est « moins pire » que celui qui arrive.

Comme l’écrivait Henri Calet dans Monsieur Paul en 1950 : « La vie, c’est une tartine de merde dont il faut manger une bouchée tous les jours. » Ben Jérémie, il s’est tapé un sacré casse-dalle, tu peux me croire !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.