Sébastien BOHLER : L’homme qui haïssait le bien

0
36
Sebastien BOHLER - homme qui haissait le bien
-

Présentation Éditeur

Le crime était une maladie. On a découvert le traitement.
Qu’y a-t-il dans la tête de Franck Corsa, le psychopathe le plus dangereux de France ?
Pour la première fois, grâce aux progrès fulgurants de l’imagerie cérébrale, quelques scientifiques peuvent le savoir. Ils proposent alors un marché au prisonnier : effacer les causes du mal dans son cerveau par une opération chirurgicale jamais tentée à ce jour.
Lorsque Corsa se réveille, il n’est plus le même homme. Bonté, compassion, douleur : toute une gamme de sentiments humains lui est brusquement révélée.
Seul problème : être un homme bon ne faisait pas partie de ses plans.

Origine France
Éditions Robert Laffont
Date 20 avril 2017
Pages 416
ISBN 9782221192160
Prix 21,50 €

L'avis de Yannick P.

L’Homme qui haïssait le bien est la suite de Neuroland. C’est donc un thriller politico-scientifique qui reprend les personnages du 1er tome. Une fois n’est pas coutume, il me parait indispensable de lire le 1er opus.

Résumé : Franck Corsa est le plus dangereux psychopathe de France. Il l’a prouvé. Pour la première fois, grâce à l’imagerie cérébrale, des scientifiques prennent le parti que le crime peut-être une maladie. Une opération, la greffe de cellules dans le cerveau pourrait guérir ces malades. Effectivement, quand Corsa se réveille, c’est un homme nouveau. Mais si certains voient dans ce traitement, une manne financière, d’autres un prix Nobel, personne ne se demande si Franck est bien prêt à endosser une nouvelle vie où la compassion peut avoir court ?

On retrouve les protagonistes de Neuroland, Franck, Maria et Vincent. Mais aussi Le Cret et Levareux. Certains courent après le prix Nobel – Le Cret, le directeur de laboratoire, d’autres après la rédemption – Marie, ou un blanchiment – le Ministre de l’Intérieur, Levareux ou sa vie d’avant – Franck. L’Homme qui haïssait le bien est donc un polar avec un brin de science, toujours le fameux traitement neuronal mais avec cette fois, en tache de fond, l’exploitation de la misère.

Les faiblesses d’un précédent roman se trouvent à mon avis renforcées. Une gestion du temps pas suffisamment marquée, des personnages posés qui auraient mérités un approfondissement et la sensation que Bohler a eu les yeux plus gros que le ventre, à vouloir embrasser trop grand. Certes, cela déborde d’intrigues et de rebondissements ; c’est assez addictif mais cela à mes yeux trop ambitieux. Sébastien Bohler, à force de vouloir enrichir les thématiques, s’est un peu pris les pattes dans le tapis, mêler scandale politique, exploitation d’une pauvre tribu nicaraguayenne et processus de guérison des psychopathes, faisait beaucoup. Moralité, il y a dans ce livre quelques approximations et parfois des incohérences. Le rendez-vous n’a pas eu lieu pour moi-même si ce fut un bon moment de lecture, plus léger que le 1er tome (qui fut je le rappelle, une manne de savoir pour moi).

Néanmoins, le procédé d’une potentielle guérison liée aux criminels de haut-vol, les psychopathes et les questions qui s’en suivent sont d’un grand intérêt. Sommes-nous prêt, nous qui représentons la société, à accepter ce défi ?

J’avoue … je n’ai pas la réponse.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.