Sarah HILARY : De l’autre coté de la nuit

0
216
Etats-unis

INFOS ÉDITEUR

De l'autre côté de la nuit

Parution aux éditions JC Lattès en juin 2017

Traduit par Carole Delporte

Dans un lotissement de la banlieue de Londres, on retrouve les corps de deux jeunes garçons, enfermés dans un bunker, sous le jardin d’une des maisons.

Leur identité reste un mystère mais leur mort remonte à cinq ans.

Une enquête terriblement difficile pour Marnie Rome et son fidèle sergent Noah Jake. D’autant que deux nouveaux enfants disparais- sent…

(Source : JC Lattès – Pages : 380 – ISBN : 9782709645720 – Prix : 20,00 €)

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Deux petits cadavres retrouvés dans un bunker sous le jardin d’un particulier dans Londres suscitent l’émoi et la stupeur. Le propriétaire de la maison, lui-même papa de deux enfants et dont la femme attend un troisième enfant est effondré. Qui ne le serait pas ? Marnie Rome va prendre en main cette enquête difficile avec son coéquipier Noah Jake et vont découvrir une histoire des plus sordides.

La mort remonte à cinq ans, cependant Marnie Rome ne dispose que de très peu d’indices, et se demande pourquoi elle ne retrouve aucun signalement concernant la disparition d’enfants datant de cinq années.

Parallèlement, l’auteur nous invite dans la prison de Lawton Down où deux femmes Esther et Alison purgent leur peine et sont soignées. Alison a beaucoup de haine pour Esther, de plus, la culpabilité la ronge et l’habite. Ce récit parallèle insuffle au roman une bonne dose de mystère.

Roman dérangeant de par la nature du crime, il suscite l’effroi quand le lecteur comprend très vite que la responsable de la mort des enfants est leur propre mère. Il est toujours très difficile d’imaginer un parent et de surcroît une mère commettre l’irréparable. Cependant, il existe un terme en médecine et en psychiatrie en particulier pour parler de ce genre de psychose ; Il s’agit de la psychose puerpérale. Différente de la dépression du post-partum, la psychose puerpérale est une maladie mentale très grave enfermant la mère dans une confusion et un délire psychotique pouvant mener à l’infanticide.

Dans ce roman, la mère coupable, enfermée et soignée, est difficilement cernable par le lecteur. Est-elle sincère quand elle dit regretter son geste ? est-elle capable de vivre normalement après des années de soin et de thérapie ?

L’inspecteur Marnie Rome va se retrouver devant une enquête d’une grande sensibilité. J’ai apprécié ce roman car l’enquête progresse vite. Différents personnages troublants viennent compléter le tableau, permettant au roman d’avoir une bonne dynamique. De plus, l’inspecteur Marnie a un passé douloureux qu’elle s’efforce de surmonter tant bien que mal.

Ce roman nous invite donc dans les souterrains londoniens : bunkers enfouis, et autres endroits atypiques permettant de se cacher ou d’enfermer quelqu’un. Le choix du Bunker enseveli est intéressant : le Bunker servant à se protéger ou à se cacher devient ici le tombeau de deux petits êtres innocents.

La lecture de ce roman m’a donné envie de lire le premier roman de Sarah Hilary mettant en scène les deux mêmes policiers.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.