Sam EASTLAND : L’icône rouge

4
537
Flag-ETATS-UNIS

Romans d’aventures historiques, avec une bonne dose de mystères au héros charismatique, évasion dans les froides plaines blanches de la Russie

INFOS ÉDITEUR

icone rouge - sam eastland

Parution aux éditions Anne Carrière en février 2016

Traduit par David Fauquemberg

Au plus fort des combats, deux soldats russes cherchent refuge dans la crypte d’une église allemande. Ils y découvrent une icône d’une valeur inestimable, que tout le monde pensait détruite. Une fois informé, Staline ordonne à son meilleur détective, Pekkala, de découvrir comment elle a pu se retrouver là. L’enquête de « l’Œil d’Émeraude » le met rapidement sur la piste des Skoptsy, une secte chrétienne dont les membres ont été pourchassés par le passé par la police secrète bolchévique. Les rares survivants se sont regroupés et se cachent dans les forêts de Sibérie.

Alors que l’icône resurgit, les Skoptsy sont prêts à tout pour remettre la main sur ce qu’ils estiment être leur plus grand trésor, et menacent l’ensemble du peuple russe d’une nouvelle arme terrifiante.

(Source : Anne Carrière – Pages : 322 – ISBN : 9782843377648 – Prix : 22,00 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Une mystérieuse icône (un tableau nommé « le berger ») est retrouvée sur le lieu du conflit opposants allemands et russes en 1945…

20 ans auparavant, au temps du règne du tsar Nicolas II, cette icône que l’on pensait détruite, refait surface à la surprise de tous.

Staline au pouvoir du peuple russe pendant la seconde guerre mondiale, fait de nouveau appel à son enquêteur Pekkala (qui connait très bien le fameux tableau retrouvé) pour faire la lumière sur ce spectaculaire rebondissement…

En voilà une surprise pour le lecteur que je suis : plonger dans les steppes et le froid glacial de la Grande Russie des années du tsar Nicolas II est une nouveauté pour moi. Jamais je n’avais eu occasion, depuis que je lis (mis à part les Jules Verne peut être, et encore…) de plonger par le biais du roman historique ou d’aventure, dans les plaines glacées du pays soviétique.

C’est donc avec une vive émotion que j’ai plongé avec délectation dans ce roman mélangeant aventure, espionnage et un brin de mystère et d’ésotérisme : Sam Eastland vient de publier en 2016 aux Editions Anne Carrière (une maison d’édition qui publie de très grands auteurs dans tous les genres) la sixième aventure de son héros récurrent, l’enquêteur Pekkala, surnommé « l’Oeil d’émeraude » en raison de ses facultés de déduction et d’analyse lors de ses différentes enquêtes. Un excellent détective au service de sa majesté Nicolas II et qui l’est maintenant pour le tyrannique Staline dont la réputation sinistre sur sa façon de gouverner le pays russe n’est plus inconnue.

Pekkala est le digne pendant de son homologue anglais, le fabuleux Sherlock Holmes. Héros de fiction tous deux, ils excellent chacun dans l’art de l’enquête et de la résolution de celle ci via des déductions et analyses efficaces. Aidé de ses fidèles acolytes, Pekkala va braver les dangers pour remettre la main sur cette mystérieuse icône, vénérée par la famille tsarine et qui avait disparue… Celle ci réapparait et « L’Oeil d’émeraude » sur ordre de Staline va devoir enquêter sur cette subite redécouverte du tableau nommé « le berger ». Mais Pekkala n’est pas le seul sur l’affaire : une mystérieuse organisation secrète va vouloir aussi remettre la main sur cette icône.

Cette première lecture des enquêtes du détective russe fut un immense plaisir : des personnages historiques aux personnages de fiction, des plaines de la Sibérie au palais royal des tsars, ce roman invite au voyage et à la découverte. Ajoutez à cela, une excellente histoire et une trame originale, contée sous forme de flashbacks (entre les années 20 et les années de la seconde guerre mondiale, au moment du conflit entre Allemands et Soviétiques) et vous obtenez un excellent plaisir de lecture ! Des personnages bien travaillés, un scénario en béton, des péripéties et scènes d’action bien réparties tout au long du récit, une bonne dose de suspens et de mystère, tout cela donne à ce roman d’aventures, une excellente occasion d’évasion ! Donc pas de déception en ce qui me concerne pour cette découverte de la plume de l’auteur, qui oscille entre les USA et l’Angleterre.

Dès à présent, n’hésitez plus ! Si vous aimez les romans d’aventures historiques, avec une bonne dose de mystères et un héros charismatique, et avez des envies d’évasion dans les plaines blanches et froides de la Russie, jetez sur ce livre récemment paru dans une maison d’édition de qualité bien de chez nous !

Moi j’y retournerais c’est certain !!

Advertisement
Passionné et grand lecteur

4 Commentaires

  1. Sam Eastland, c’est: L’œil du tsar rouge, Cercueil rouge, Rouge Sibérie, Le papillon rouge, l’icone rouge et Berlin red (qui reste en anglais).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.