Richard MARLET : Mort, qui es-tu ? Identifier les victimes de catastrophes

Richard MARLET : Mort, qui es-tu ? Identifier les victimes de catastrophes

Présentation Éditeur

Ils sont policiers et gendarmes, techniciens de scène de crime, odontologistes et médecins légistes. Ils sont tous habitués à la mort violente. Elle est leur quotidien. Tous volontaires, ils savent qu’à n’importe quel moment, ils pourront partir, peut-être au bout du monde, quitter leurs proches en quelques heures et pour les uns voir ce qu’ils n’avaient encore jamais vu et pour les autres entendre pendant des heures la souffrance et la détresse. Ils devront leur faire comprendre que le facteur « temps » est essentiel et que seules la quantité et la qualité des informations recueillies abrègeront les délais, toujours trop longs, et apporteront la malheureuse certitude. Tous ils partiront pour accomplir leur devoir, redonner une identité aux victimes disparues, leur restituer leur nom et leur histoire et permettre aux familles d’entamer leur deuil. Il y a un indéniable aspect éthique et humanitaire à la détermination de l’identité. Elle nous constitue et nous prolonge au-delà de la mort. Mais ce fatal passage nous fait « changer de statut » au regard du droit civil. La déclaration de décès entraîne de facto un certain nombre de conséquences : dissolution du mariage, ouverture de la succession, liquidation des assurances-vie ou décès, etc.

Les scènes de catastrophe sont extrêmement hétéroclites. Leurs dimensions sont variables. Plusieurs pays dans le cas du tsunami qui a ravagé l’Asie du Sud Est en décembre 2004, quelques kilomètres dans l’incendie du tunnel du Mont Blanc en mars 1999, quelques centaines de mètres pour les attentats des terrasses et du Bataclan le 13 novembre 2015.

Le nombre des victimes est variable. De quelques dizaines à plusieurs centaines de milliers (plus de 200 000 victimes après le tremblement de terre à Haïti en janvier 2010). Parfois, certains membres survivent et déplorent la mort d’un père, d’une mère, d’une sœur, d’un frère ou d’un enfant. D’autres fois ce sont des familles entières qui disparaissent dans une catastrophe aérienne.

L’état des dépouilles dépend de la nature de la catastrophe : corps rejetés par la mer après y avoir séjourné, déchiquetés par une explosion ou un crash aérien, broyés sous les roues d’un poids lourd lancé à pleine vitesse, brulés par un incendie, rendus méconnaissables par l’utilisation d’armes de guerre.

Elles ont toutes en commun de provoquer une émotion collective que les moyens modernes de communication rendent internationale quelques minutes seulement après le drame. Elles font intervenir un nombre extrêmement important d’intervenants directs (secours, policiers) ou indirects (familles, journalistes, curieux…).

Origine Flag-FRANCE
Éditions Fage
Date 2 décembre 2022
Pages 96
ISBN 9782849757314
Prix 11,80 €
Commander

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Jérome PEUGNEZ
Jérome PEUGNEZ
Co-fondateur de Zonelivre.fr. Il est le rédacteur en chef et le webmaster du site.

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.