Ranpo EDOGAWA : La bête aveugle

0
320
Ranpo EDOGAWA : La bête aveugle

Présentation Éditeur

Il y avait quelque chose de troublant à vous donner le frisson que de voir un homme, ne disposant que du toucher, admirer la statue nue de la femme qu’il aime. Ses cinq doigts, menaçants comme les pattes d’une araignée, rampaient à la surface du marbre poli. L’homme s’attarda longtemps sur les lèvres semblables à des pétales de fleur. Puis les paumes caressèrent le reste du corps, la poitrine… le ventre… les cuisses…

Un masseur aveugle, fasciné par la perfection du corps féminin, entraîne ses victimes de rencontre dans des mises en scène cruelles et perverses où les plaisirs sensuels et les amours troubles deviennent très vite des jeux douloureux.

Caresses raffinées pour les plaisirs extravagants d’un esthète qui célébrerait l’art dans un monde de beauté purement tactile.

Origine
Éditions Piquier
Date 1 mai 1998
Éditions Piquier
Date 28 mai 1999
Traduction Rose-Marie Makino-Fayolle
Pages 142
ISBN 9782877304399
Prix 6,10 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Roman japonais sorti la première fois en 1931, hier donc, qui a été réédité, avec deux autres œuvres de l’auteur dans un coffret chez Picquier.

Un masseur aveugle est passionné par les courbes du corps féminin, pour lui, pas de vue, il remplace donc par le toucher pour se faire une idée de la beauté. Mais l’homme est manipulateur et pervers, il réussit ainsi à créer des mises en scènes cruelles où ses victimes seront torturées.

Un roman très court qui permet de découvrir une écriture du polar très éloignées de la nôtre dans la narration, en effet l’atmosphère du livre est pesante, souvent glauque, et l’on a envie de rire. Simplement parce que parfois l’auteur coup son texte, et afin de ne pas entrer dans un long descriptif, il note : « il suffira au lecteur de se représenter un aveugle pleurant sur le corps de sa maîtresse… »

Bien sûr nous avons aussi des auteurs qui interpellent, jouent avec leurs lecteurs, mais pas de cette façon.

Il est toujours intéressant de lire des polars, romans noirs, de diverses origines et époques, premièrement parce que ces genres littéraires sont souvent des témoignages de leurs époques, et surtout, on s’ouvre à de nouveaux horizons.

En conclusion, malgré une narration bien différente de ce que l’on lit habituellement, on a avec Edogawa un univers bien sombre qui flirte avec l’horrifique et la science-fiction.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.