Ranpo EDOGAWA : L’île panorama

0
324
Ranpo EDOGAWA - ile panorama

Présentation Éditeur

A cet instant précis, une gigantesque corolle dorée troua nettement le velours noir du ciel, et le jardin fleuri~ la source chaude, les deux corps enchevêtrés furent noyés sous une cascade de poussière d’or. Le visage blafard de Chiyoko, avec son filet de sang aussi brillant que la laque rouge, était désormais empreint d’une beauté tranquille.

Pour réaliser un rêve fabuleux, un étudiant, passionné par les œuvres d’Edgar Poe, entreprend la construction d’une île idéale conforme à son imagination : usurpation d’identité, assassinat, délires mentaux, mystifications et mises en scène fantastiques nous entraînent dans un monde étrange et merveilleux, un paradis sur terre qui pourrait bien s’appeler aussi l’enfer.

Pour s’en faire une idée, le lecteur devrait sans doute puiser dans ses cauchemars les plus extravagants, les plus cruels, mais aussi les plus beaux.

Origine
Éditions Piquier
Date 1 janvier 1991
Éditions Piquier
Date 25 juin 1999
Traduction Rose-Marie Makino-Fayolle
Pages 156
ISBN 9782877304405
Prix 7,00 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Un jeune étudiant à des idées bien à lui sûr l’architecture, la beauté de la nature, la façon dont doit être le paradis. Par un tour de passe-passe macabre, il va prendre la place d’un milliardaire pour créer ce monde auquel il rêve.

Mais sa vision du paradis, de son utopie pourrait bien être un enfer pour les autres.

L’univers d’Edogowa est particulier, il tente d’emmener le lecteur dans de drôles de cauchemar, pas de l’horreur avec des créatures cruelles, ou des meurtres abjects, non, il se base sur des images qui pourrait venir de nos rêves d’enfants et leur offre une distorsion malsaine.

Prendre vos plus beaux souvenirs et en faire vos craintes, voilà ce qu’aimait faire cet auteur japonais, créer une utopie pervertie.

Quand on lit cet ouvrage, il faut garder à l’esprit qu’il a été écrit en 1926, les bases du roman policier n’étaient pas les mêmes, on se permettait parfois des fins un peu expéditives…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.