Philippe COLIN-OLIVIER : Qui a tué le maire de Paris ?

0
295
Philippe COLIN-OLIVIER - Qui a tue le maire de Paris
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Un thriller et une charge humoristique contre nos élus, Le portrait d’un maire de Paris à la fois ambitieux, hypocrite et esclave de ses pulsions, Le style de Philippe Colin-Olivier tour à tour savoureux, hilarant et féroce…

Le maire de Paris, bâti comme un dieu, est un menteur providentiel dont le programme électoral irradie une admirable fraternité républicaine. Patinette, trottinette et bicycle sont ses chevaux de bataille. Il a la haine de l’automobile et la passion des poumons clairs. Il veut imposer bonheur et santé à tous.

Pourtant, cinq Parisiens aussi banals que vous et moi, et qui ne se connaissent pas, se mettent à caresser le projet de l’assassiner. Douce chaleur d’une pulsion secrète. Ils ont, chacun, une bonne ou une mauvaise raison de vouloir hâter le décès de l’élu.

… Et voilà que le maire disparaît.

Le monde politique passe de l’émoi à la panique. Les médias s’enflamment. Des milliers de Parisiens fondent en larmes.

Le maire aurait-il été enlevé contre rançon ? Abattu par un commerçant en faillite ? Un chauffeur-livreur excédé ? Un Islamiste ? Un illuminé ? Une fellation de trop l’aurait-elle emporté ? Le grand homme venait, justement, d’honorer une admiratrice de sa libido de champion lorsqu’on l’a perdu de vue.

L’élite de la police, bien sûr, enquête.

L’un des cinq personnages aurait-il mis son projet à exécution ?

Le suspense est insoutenable.

A la fois thriller et charge humoristique contre nos politiciens, il s’agit évidemment d’une fiction. Chaque lecteur, toutefois, pourra s’y retrouver.

Origine France
Éditions Pierre-Guillaume de Roux
Date 11 février 2020
Pages 200
ISBN 9782363713230
Prix ..18,00 €

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.