Mikkel BIRKEGAARD : La librairie des ombres

0
64
Danemark

Mikkel Birkegaard maîtrise parfaitement son sujet dans un style fluide très agréable à lire.

INFOS ÉDITEUR

librairie_des_ombres_po

Parution aux éditions Fleuve Noir en février 2010

Parution aux éditions 10/18 en février 2011

Traduit par Inès JORGENSEN

Nichée au coeur de Copenhague se trouve une vieille librairie au nom italien : Libri di Luca. Son propriétaire, Luca Campelli, vient de mourir de manière très abrupte et pour le moins… étrange. C’est Jon, son fils, avec qui il a rompu tout contact depuis 20 ans, qui hérite du magasin.

Entraîné malgré lui dans l’histoire familiale, Jon découvre bientôt que cette librairie renferme un secret fabuleux. Son père était en fait à la tête d’une société de « lettore », des personnes dotées d’un pouvoir exceptionnel leur permettant d’influencer la lecture des autres, de créer des mondes merveilleux, de donner naissance à des histoires extraordinaires… mais aussi de manipuler jusqu’au meurtre.

Plus Jon avance dans ses recherches, plus il se persuade que la mort de son père n’a rien de naturel. Dissimule-t-elle une lutte de pouvoirs au sein de cette société secrète ?

Y a-t-il un traître parmi ses membres ?

Quelqu’un cherche-t-il à s’emparer de leur don incroyable ?

Afin de rassembler les morceaux épars de son passé et retrouver les assassins de son père, Jon se lance dans une quête acharnée qui va se révéler risquée… Et si Luca l’avait volontairement écarté de cette société aussi mystérieuse qu’inquiétante, ou les livres ont le pouvoir de changer le cours de la vie ?

(Source : 10/18 – Pages : 507 – ISBN : 9782264052407 – Prix : 8,80 €)

L’AVIS DE CATHIE L.

La librairie des ombres, premier roman de Mikkel Birkegaard, intitulé Libri di Luca en langue originale, est paru en 2007 au Danemark et en 2010 en France. Il remporte aussitôt un immense succès et est traduit en 17 langues. Pourtant, le parcours de ce manuscrit fut, selon les aveux de l’auteur, compliqué: il l’a écrit en deux ans, l’a retravaillé deux années supplémentaires puis a cherché un éditeur pendant les trois années suivantes, essuyant de nombreux refus !!!

Ce roman policier atypique se situe à mi-chemin entre le polar et le récit fantastique. Il constitue un véritable plaidoyer pour la lecture et les livres. “D’une façon ou d’une autre, les classiques ont quand même plus de classe qu’un CD-rom. Donc je supposa qu’on a besoin d’une librairie ancienne comme celle-ci…”.

L’intrigue

Luca Campelli, propriétaire d’une librairie dans le centre de Copenhague, décède brusquement et de façon plutôt étrange. Jon, son fils qu’il n’a pas vu depuis vingt années, hérite de la boutique. Remer, un des clients du cabinet où travaille Jon, veut absolument que le jeune homme la revende. Il insiste tellement que Jon décide de la garder et de découvrir ce qui se trame là-dessous. Il découvre alors que son père était à la tête d’une société insolite de lettore, des personnes dotées de l’extraordinaire pouvoir d’influencer la lecture des autres, de créer des mondes et des histoires merveilleux…mais aussi de les manipuler jusqu’au meurtre.

Après que la librairie soit victime d’un incendie sans gravité à cause d’un cocktail-molotov jeté dans la vitrine, Jon comprend que la Société est en danger : “Ces derniers temps, nombre d’événements inquiétants sont venus perturber nos cercles. Libri di Luca n’est pas la seule librairie ancienne à avoir subi des attaques. Le mois dernier, une librairie de Valby a brûlé, et plusieurs de nos contacts dans les bibliothèques de la ville ont été soit importunés, soit licenciés sans préavis.”

Plus Jon avance dans ses recherches, plus il est persuadé que la mort de son père est suspecte. Il veut des réponses à ses questions: pourquoi son père l’a banni de sa vie après la mort de sa mère? Pourquoi ce dernier a-t-il été assassiné ? Qui s’en prend aux membres de la Société ? Existe-t-il un traître parmi eux ? Qui cherche à s’emparer de leur don extraordinaire ?

Ce n’est que lorsque l’activation de Jon est réalisée, et révèle ses pouvoirs extraordinaires, que ce dernier comprend comment des lettore mal intentionnés pourraient prendre sur le monde une ascendance maléfique et qu’il jure de consacrer toute son énergie à les combattre. Mais Remer le kidnappe et l’emmène à Alexandrie, en Egypte…

La Société des Lettore

Qu’est-ce qu’être lettore : “Chez quelques-une d’entre nous, cette activité cérébrale s’étend à des zones du cerveau qui nous rendent capables d’influencer psychiquement notre auditoire (…) Nous sommes en mesure d’influencer les gens sans qu’ils s’en aperçoivent, d’influencer leur perception du texte, de son message ou de tout autre chose.”

Luca, le père de Jon, était l’un des meilleurs lettore; et comme ce don inné se transmet de père en fils, et que Luca le tenait de son père Arman qui lui le tenait de son propre père, il est fort probable que Jon le possède également… Ce qui est le cas ! Les lettore sont organisés en société secrète afin de protéger ses membres qui agissent pour le bien en favorisant le développement de la lecture, mais dans l’ombre.

“A l’origine, la société bibliophile était le point de rassemblement des émetteurs et des récepteurs. C’était en grande partie face à ton grand-père et à ton père qui ont maintenu tant qu’ils ont pu les deux groupes unis. Mais, il y a vingt ans, une série d’événements, très similaires à ceux d’aujourd’hui, ont eu lieu…Il devint évident que certains utilisaient leurs aptitudes de façon offensive. Les récepteurs nous ont accusés d’être responsables…”

Les récepteurs : Comme l’avait précisé Inversen, Katerina était réceptrice ce qui signifiait qu’elle entendait et, à un certain degré, voyait ce que d’autres lisaient. Et, ce qui semblait plus incroyable encore, elle pouvait agir sur le vécu du lecteur.”

Les personnages

  • Luca Campelli : vieil homme, libraire depuis plus de 50 années.
  • Iversen : assistant et ami de Luca.
  • Jon Campelli : fils de Luca, âgé de 33 ans, brun, mesure plus d’1m80; avocat.
  • Muhammad Azlan : client de Jon, concouriste sur internet.
  • Franck Hallbeck : associé de Jon.
  • Otto Remer : client du cabinet où travaille Jon.
  • Marianne : mère de Jon, danoise.
  • Kortmann : chef des émetteurs.
  • Tom Norregaard : ami de Luca, exclu vingt ans plus tôt de la Société des Lettore.
  • Patrick Vedel : récepteur.
  • Détails concernant Jon : son enfance: “Avant la mort de sa mère, la boutique était son lieu préféré. Quand Luca et Inversen étaient trop occupés pour lui lire des histoires, il partait à la découverte dans les locaux et vivait les histoires que renfermaient les livres. L’escalier figurait une montagne dont il devait faire l’ascension, les étagères se transformaient en gratte-ciel de villes futuristes.” Mais après le suicide de sa mère, Jon,âgé de 13 ans, est tenu volontairement à l’écart de son père et de sa boutique, celui-ci rompant tout contact avec son fils.

Les lieux, l’ambiance

La librairie de Luca est située à Copenhague, dans le quartier de Vesterbro, non loin du centre-ville historique. Il l’a reçue en héritage de son père, Arman Campelli. “La galerie (…), large d’un bon mètre et demi, courait le long des quatre murs et avait très vite été baptisée “le Ciel” par les clients réguliers, puisque là se trouvaient exposés les pièces les plus rares et les plus précieuses, protégées dans des armoires vitrée.”

La pièce souterraine qui renferme la collection de son père “d’une trentaine de mètres carrés, était basse de plafond, et un épais tapis sombre recouvrait le sol. Au milieu quatre fauteuils de cuir qui semblaient confortables encadraient une table basse en bois foncé. Tous les murs étaient recouverts d’étagères et d’armoires vitrées remplis de livres aux reliures diverses, même si la plupart étaient reliés de cuir. Un éclairage voilé en haut des rayons faisait baigner les volumes et le reste de la pièce dans une douce lumière dorée.” => Quel passionné de lecture n’a jamais rêvé de posséder un tel endroit ??

Mon avis

Premier roman tout à fait intéressant par le thème développé et passionnant par son écriture. En effet, l’intrigue est construite autour de l’existence d’une société secrète dont le but est d’œuvrer pour la protection et le diffusion des livres et de la lecture, développant le thème que seuls l’obscurantisme et l’ignorance maintiennent les peuples sous le joug du totalitarisme et de l’asservissement moral. Il faut se battre pour préserver notre culture, notre droit à la connaissance, notre liberté d’expression et de pensée…Message que je suis prête à relayer encore, encore et encore jusqu’à plus soif ! Même si je regrette que l’auteur n’ait pas un peu plus développé l’aspect “humanitaire” de la société et de s’être un peu trop concentré sur le rôle négatif d’une faction de membres assoiffés de pouvoir, thème universel et intemporel…

Passionnant parce que Mikkel Birkegaard maîtrise parfaitement son sujet dans un style fluide très agréable à lire. Les personnages sont attachants; leurs états d’âme et leurs questionnements font avancer l’intrigue de manière à conduire le lecteur dans une certaine direction tout en maintenant un suspense parfois insoutenable. Les scènes d’action sont décrites avec réalisme et compétence, entraînant le lecteur dans des lieux aussi divers que le centre de Copenhague ou l’Alexandrie égyptienne. Le concept d’une société secrète, même s’il n’est pas innovant, est ici renouvelé par la présence des fameux lettore aux pouvoirs extraordinaires. J’apprécie beaucoup ce réalisme teinté d’une touche de fantastique, véritable originalité de ce roman très intéressant.

C’est un grand moment de lecture et de divertissement que nous propose ici Mikkel Birkegaard, nouveau venu dans la sphère prolifique des romanciers scandinaves de polars et de thrillers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici