Michel DUFRANNE : Bruxelles Noir

Belgique

INFOS ÉDITEUR

bruxelles noir - Michel DUFRANNE
[amazon template=image&asin=2918767522]

Parution aux éditions Asphalte en avril 2015

« Non à Bruxelles ! », « La faute de Bruxelles ? », « Les dernières décisions de Bruxelles »… Tant d’expressions galvaudées par les politiciens, les éditorialistes et la presse. Mais de quelle Bruxelles parle-t-on ? Qui connaît les multiples visages de ce millefeuille surréaliste où se croisent au quotidien des dizaines de cultures ?

Assurément les treize auteurs de ce recueil. Stars du polar ou jeunes plumes prometteuses, scénaristes de bande dessinée ou journalistes, tous ont Bruxelles dans le coeur et vous entraîneront de kabberdouch en stamcafés dans les rues et quartiers où ils vivent. Bienvenue dans les méandres du Palais de justice ou dans les serres du Palais royal ; welkom dans les Marolles et rue d’Aerschot ; Willkommen parvis de Saint-Gilles et boulevard Reyers…

Avec des textes de Barbara Abel, Ayerdhal, Émilie de Béco, Paul Colize, Jean-Luc Cornette, Patrick Delperdange, Sara Doke, Kenan Gorgün, Edgar Kosma, Katia Lanero-Zamora, Nadine Monfils, Alfredo Noriega, Bob van Laerhoven.

(Source : Asphalte – Pages : 256 – ISBN : 9782918767527 – Prix : 21,00 €)

L’AVIS DE LUCIE MERVAL

Je n’ai jamais eu l’occasion d’aller à Bruxelles. Ce recueil m’a permis de découvrir plusieurs aspects de la capitale belge car chaque auteur situe sa nouvelle dans un quartier, une rue différente de la ville. Certains auteurs de ce recueil ne me sont pas inconnus comme Barbara Abel, Paul Colize, Nadine Monfils, Ayerdhal… Mais j’ai aussi découvert de sacrés talents qui me donnent envie de parcourir leurs parcours littéraires personnels. Avant d’écrire cette chronique, je ne savais pas si je devais écrire sur chaque nouvelle ou écrire de façon globale. Je choisis cette deuxième option mais sachez seulement que ce recueil est hautement addictif et qualitatif.

Certaines nouvelles sont des rencontres, d’autres vont vous faire angoisser à force de pressentir une chute terrible, certaines intrigues vont emmener vers un futur peut être pas si lointain, vous allez avoir parfois le sourire aux lèvres, vous allez être transportés dans un univers fait de contes et légendes, votre vision sur des questions actuelles pourrait être troublée… Un très bel assortiment de sensations !

Concrètement, de quoi ça parle ? De Bruxelles en tant « Capitale de l’Europe », centre décisionnel… Des conséquences de l’affaire judiciaire qui a marqué toute la Belgique dans les années 90 (faut-il que je précise laquelle ?) et du rôle des médias dans cette affaire. Une autre affaire issue de faits réels nous entraînera au cœur du palais de justice… Est évoquée les divergences entre wallons et flamands… On va aussi s’aventurer dans les rues où les néons éclairent des vitrines où s’exposent des travailleuses du sexe… On va découvrir au travers de vapeurs d’alcool des mythes folkloriques… Dans certains quartiers, si on dépasse une rue, on peut très bien passer d’un monde confortable à un monde où traînent les canailles, ce qui peut faire exploser un cocon familial… On évoque des grandes questions de société : les ogm, la religion ou comment certains en détourne le sens, la surveillance des employés d’une entreprise, le traitement que l’on subit si on est riche ou pauvre, belge ou immigré…

Merci à Estelle Durand des éditions Asphalte pour cette très belle et noire balade dans la capitale belge !


L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

Escale à Bruxelles pour ce nouvel opus de la série « Asphalte noir ». Chaque auteur a son quartier de Bruxelles pour laisser libre court à son imagination. Une fois encore un recueil ville noir réussi.

Cette fois nous avons 13 auteurs pour 13 nouvelles. Le panachage des auteurs est intéressant car nous retrouvons des Belges, des auteurs étrangers, des grands noms du polar et d’autres plus confidentiels. Tous ont néanmoins un lien avec Bruxelles, ce qui fait l’intérêt d’un recueil de ce type. Quoi qu’il en soit c’est une bonne occasion pour découvrir un auteur et voir la confirmation de l’écriture d’un autre.

Au-delà de la découverte des auteurs, nous naviguons dans Bruxelles, et je dois avouer que je prends goût à cette collection car c’est une véritable bonne idée de mêler littérature et urbanisme. Nous connaissions le guide vert ou le guide du routard, et bien nous voilà avec un guide touristique d’un nouveau genre, et ce genre me plait particulièrement.

Je ne ferais pas le tour de toutes les nouvelles, mais certaines ont plus attiré mon attention. C’est un des avantages des recueils de nouvelles : nous trouvons toujours notre bonheur !

Et je l’ai trouvé avec plusieurs d’entre elles.

Tout d’abord avec Paul Colize. Une fois de plus cet auteur vise juste et frappe fort. Il reprend ici le thème des fous du Brabant, thème qu’il avait déjà visité avec son livre « 3ème vague ». C’est une nouvelle approche de cette affaire qui défraya la chronique belge dans les années 80. Pour le coup cette nouvelle est bien ancrée dans la ville et le traitement est intéressant. Que peut ressentir une victime collatérale en confrontant l’homme qui a détruit sa vie ?

Ensuite, « La Perruche » de Barbara Abel est également fort bien construite, prenante et agréable à lire. Elle se déroule dans le quartier Saint Gilles, ses pigeons, ses sdf et son côté résidentiel. Quand tout cela se mélange, ça peut donner un résultat particulier et pas forcément celui qui était attendu. Parfois vaut mieux dire les choses plutôt que de fomenter des plans à l’issue incertaine.

Je retiens enfin la nouvelle « Ecuador » d’Alfredo Noriega. Ce récit se déroule à Ixelles et dépend une commune charmante, mais diabolique. Nous avons 3 histoires entremêlées dans cette nouvelle : le passage à tabac en plein jour d’un jeune en pleine séance de graffiti, l’assassinat d’une femme noire par la police belge lors de son expulsion, et tout cela sur fond d’un néo-bruxellois qui peine à trouver ses marques dans cette métropole et qui est perdu au milieu de tout cela.

Je pourrais également parler des textes d’Ayerdhal, Bob Van Laernoven ou d’Edgar Kosma. Ces 3 nouvelles se lisent également avec beaucoup de plaisir.

Pour finir, je dirais que ce recueil est d’une grande qualité, et me convainc de plus en plus de la qualité de cette collection. Si vous aimez des textes courts de qualités, n’hésitez pas et allez faire un petit tour à Bruxelles.

News

Nathalie Achard : Les crevards

Les crevards, de Nathalie Achard, un petit bijou d’humour noir qui oscille entre le pamphlet et le roman noir.

Riff Reb’s : Le vagabond des étoiles, d’après l’oeuvre de Jack London

Riff adapte, en deux tomes, ce chef d’œuvre de London, où la force de l’esprit est plus forte que la souffrance endurée

Isabelle Mergault : Un escargot tout chaud

Un huis-clos de bras cassés, de personnages que la vie n’a pas forcément épargné, qui vont se révéler au fur et à mesure de l’intrigue.

René Frégni : La fiancée des corbeaux

Il faut lire Frégni, un romancier qui dans un même livre va de la blanche à la noire, de la noire à la blanche, avec pour seul bâton de pèlerin sa seule poésie.
Pierre-Marc PANIGONI
Pierre-Marc PANIGONI
PM, gestionnaire qui préfère le polar aux livres de comptes

Nathalie Achard : Les crevards

Les crevards, de Nathalie Achard, un petit bijou d’humour noir qui oscille entre le pamphlet et le roman noir.

Riff Reb’s : Le vagabond des étoiles, d’après l’oeuvre de Jack London

Riff adapte, en deux tomes, ce chef d’œuvre de London, où la force de l’esprit est plus forte que la souffrance endurée

Isabelle Mergault : Un escargot tout chaud

Un huis-clos de bras cassés, de personnages que la vie n’a pas forcément épargné, qui vont se révéler au fur et à mesure de l’intrigue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.