Michel BUSSI, GAËT’S et SALVO : Mourir sur Seine en BD

0
104
France

« Mourir sur Seine » Série en deux tomes adaptée du polar éponyme de Michel Bussi.

Scénario de Gaët’s, Dessins de Salvo

Michel BUSSI GAETS et SALVO - Mourir sur Seine en BD
-
  • Éditions Petit à Petit le 5 octobre 2018
  • Pages : 80
  • ISBN : 9791095670711
  • Prix : 15,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Tome 1

Un meurtre… huit millions de témoins.

Sixième jour de l’Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen ! Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ? Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ? De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ?

Michel BUSSI GAETS et SALVO - Mourir sur Seine en BD
Michel BUSSI GAETS et SALVO - Mourir sur Seine en BD
Michel BUSSI GAETS et SALVO - Mourir sur Seine en BD
Michel BUSSI GAETS et SALVO - Mourir sur Seine en BD
Michel BUSSI, GAET S et SALVO - Mourir sur Seine en BD - tome 2
-
  • Éditions Petit à Petit le 24 mai 2019
  • Pages : 80
  • ISBN : 9791095670858
  • Prix : 15,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Suite et fin de l’adaptation du best-seller de Michel Bussi. Armada, quais de Seine, Rouen. La journaliste Maline, le commissaire Paturel et l’enquêteur Joe Roblin s’engagent dans une course effrénée contre la montre… et contre la mort.

L’AVIS DE JÉRÔME PEUGNEZ

La grande Armada à Rouen. Un homme retrouvé sans vie. Un marin recouvert de tatouages énigmatiques. Meurtre crapuleux, bagarre qui aurait mal tournée ou cela cache t-il quelque chose de bien plus mystérieux ?

Voici une autre adaptation d’un roman de Michel Bussi : « Mourir sur Seine ». Après avoir lu « Nymphéas Noirs »  adapté Fred DUVAL et Didier CASSEGRAIN que j’ai adoré. Et bien, ici c’est pas forcément la même chanson.

Commençons par le découpage que j’ai bien aimé. Chaque chapitre commence pas un extrait du roman de Michel Bussi et se ponctue par un « document » de deux pages sur l’Armada ou sur l’Histoire Normande (en relation bien sûr avec le roman). La maison d’éditions  « Petit à Petit », nous a déjà habitué à ce découpage avec leur collection sur les villes (que je vous conseille au passage). Donc pour revenir au découpage, c’est sympa cela change, par contre c’est le dessin… et là arghhh… cela m’a carrément gâché la lecture.  Au fil des pages je ne voyais plus que ça. Je passe sur les problème de perspectives, après cela peut être un style (euh pas sur en fait). Mais faire une faute sur le nom du bateau, dès le deuxième chapitre, surtout quand vous le mettez au premier plan ! Des visages qui changent d’une case à l’autre, des lunettes rondes ah non tient des lunettes carrées, de soleil en lunette de vue et re-lunette de soleil. Une scène sur une terrasse de café où les gens changent autour des protagonistes mais surtout que leur table est au bord et se retrouvent à la fin de la conversation au milieu de la terrasse. Des pieds sur un bureau qui débordent l’image d’après, le bureau qui rétrécit d’au moins 40 cm. Des éléments du décor qui disparaissent, les photos sur le tableau du commissariat qui ne sont plus disposées de la même façon. Le reflet d’une enseigne dans une vitre qui n’est même pas retournés. Bref je pourrais vous en donner quasiment une à chaque page de ce récit. Les adeptes du « faux raccord » peuvent s’en donner à coeur joie.

Vous l’aurez compris je n’ai vraiment pas été emballé par cette adaptation de « Mourir sur Seine », qui me tentait vraiment surtout venant des éditions Petit à Petit, mais là c’est pas possible beaucoup beaucoup trop d’erreurs. J’espère que cette adaptation en deux tomes trouvera son public avec des lecteurs qui sont moins attachés au dessin.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.