Marin LEDUN : Leur âme au diable

0
233

« Leur âme au diable m’a pris à la gorge dès l’entame, m’a poussé dans les cordes, et j’ai bien failli défaillir, puis il est devenu très rapidement addictif. »

Marin LEDUN : Leur âme au diable
-

Présentation Éditeur

L’histoire commence le 28 juillet 1986 par le braquage, au Havre, de deux camions-citernes remplis d’ammoniac liquide destiné à une usine de cigarettes. 24 000 litres envolés, sept cadavres, une jeune femme disparue.

Les OPJ Nora et Brun enquêtent. Vingt ans durant, des usines serbes aux travées de l’Assemblée nationale, des circuits mafieux italiens aux cabinets de consulting parisiens, ils vont traquer ceux dont le métier est de corrompre, manipuler, contourner les obstacles au fonctionnement de la machine à cash des cigarettiers. David Bartels, le lobbyiste mégalomane qui intrigue pour amener politiques et hauts fonctionnaires à servir les intérêts de European G. Tobacco.

Anton Muller, son homme de main, exécuteur des basses œuvres. Sophie Calder, proxénète à la tête d’une société d’évènementiel sportif.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Gallimard, Série Noire
Date 4 mars 2021
Pages 608
ISBN 9782072875816
Prix 20,00 €

« Ambition, corruption, violence. Sur la route de la nicotine, la guerre sera totale. »

L'avis de Yannick P.

Une fresque sur deux décennies sur l’industrie du tabac. Le tabac et ses additifs. Le sucre, le menthol, le miel, le cacao, les hydrocarbures, le benzène, l’oxyde d’azote, l’acide cyanhydrique, l’ammoniac, le mercure ajoutons à cela des métaux, dont le plomb, le mercure et le chrome et saupoudrons le tout d’engrais ou de pesticides. Et n’oublions pas la nicotine qui rend le fumeur addict. La clope, un marché mondial, sans foi où les lois sont contournées, où les sommes en jeu sont hallucinantes. Une seule règle, il n’y en a aucune.

Marin Ledun dessine une fiction trop riche pour être innocente.

Leur âme au diable démarre sur une enquête sur un braquage sanglant d’un convoi d’ammoniac. Mais à suivre la route de l’ammoniac, celle du tabac et de la nicotine, le lecteur que je suis remonte à l’essence même du marketing et de sa capacité de manipulation, aux faiblesses des hommes face au pouvoir et à l’argent.

A travers ses personnages, peu nombreux, mais diablement riches, car évoluant sur quasiment 20 ans, David Bartels, énarque sans scrupule et l’inspecteur Nora de la Brigade financière de Nanterre, il démonte tout le système mis en place par les lobbys. Quelques soient les lois, la machine à cash des cigarettiers ne doit pas cesser de tourner même si pour cela il faut avoir recours à des hommes de main comme Anton Muller ou à des femmes charmantes comme Valentina et Helene. Mantra unique ne pas hésiter à détourner les lois, corrompre les élus et manipuler tous ceux qui peuvent l’être.

Alors des circuits automobiles, aux usines du Montenegro, des couloirs de l’Assemblée nationale aux environs de Harfleur, des bureaux de tabac de quartier au Parlement européen, ce très documenté opus déballe le système mis en place par European G. Tobacco. J’imagine que la vérité n’est pas si loin. Changeons les noms et soyons surpris !

Dans une démocratie partie en fumée, il demeure un scandale sanitaire (il n’y a pas pire qu’un fumeur repenti pour être furieux) bâti sur des mensonges et des milliards. Leur âme au diable, met à jour les arcanes du lobbying et les méthodes de manipulation mis en place par ces industriels sans scrupule et leurs boites de consultant en market’ et comm’. Tout le monde touche et le système doit continuer quelles que soient les conséquences.

Leur âme au diable, un roman passionnant d’un écrivain passionné. Si je n’avais pas arrêté la cigarette, à mon avis, je l’aurais écrasé à la fin de ce bouquin !

L'avis de Stéphane FURLAN

« Leur âme au diable » de Marin Ledun : le plus dur, c’est la première…

Sur deux décennies débutant au milieu des années quatre-vingt, Marin Ledun nous propose un roman noir et policier autour du commerce des cigarettes manufacturées et de ses enjeux (financiers et sanitaires). Exprimé ainsi, le sujet peut sembler un poil rébarbatif, d’autant plus pour l’ancien fumeur que je suis et qui n’a réussi, pour l’instant, à soigner sa dépendance que dans le vapotage… Cela dit, il m’a suffi de risquer un doigt dans l’engrenage pour être aussitôt happé par une histoire dont la puissance narrative m’a souvent rappelé celle de « La griffe du chien » de Don Winslow (immense compliment, pour moi, tant j’ai apprécié ce dernier livre !). Les deux évoquent le marché de la drogue et les cadavres abandonnés dans son sillage. En fait, ils ne sont séparés que par une question de degrés. Car si, à la différence de la nicotine, le commerce de la cocaïne est réprimé, il n’en demeure pas moins que la nocivité du tabac engendre toujours plus de contraintes légales et de taxes qui ont également fini par rendre son trafic très juteux. Et quand il y a de l’argent en jeu, la corruption et les drames humains ne tardent pas à poindre… Ils se déploient en France, en Italie, dans le Monténégro et jusque sur les circuits de F1. Voilà pour le cadre.

Qu’en est-il des personnages ? Difficile d’en repérer des sympathiques, en fait…

Le principal, David Bartels et sa propension à consumer sa vie au rythme des cigarettes qu’il enchaîne. Toujours actif, voire hyperactif, flairant les bons coups pour le compte de ses clients, l’entreprise European G. Tobacco. Son but ? Accroître sa fortune et son pouvoir. Rien de bien répréhensible à l’époque du capitalisme débridé… Sa méthode ? Le marketing flirtant avec la corruption. Plus précisément ? D’abord convaincre des scientifiques (un chèque dans une main, une prostituée dans l’autre, une matraque dans la troisième) à engager leur réputation pour contrer le discours adverse concluant en l’extrême dangerosité du produit. Ou encore infiltrer toutes les strates de l’État (ministère, parlement et j’en passe) pour retarder les mesures de santé publique visant à baisser la consommation de cigarettes. Pour cela, celui qui apparaît progressivement comme une sorte de Parrain (ou de Seigneur du ciel, référence à la Griffe du chien) s’appuie sur les services de Sophie Calder, alias Valentina, maquerelle à la tête d’une agence de relation publique, pour ne pas dire de putes de luxe. Et si la persuasion ne donne rien, il appelle Anton Muller, son pitbull dévoué. Dangereux, fidèle, efficace, ce mercenaire exécute ses ordres sans discuter. Sa seule erreur ? Épargner un témoin gênant quand il s’agit de régler son compte à Hélène Thomas, une gamine qui en sait trop et peut les relier au braquage des trois camions d’ammoniaque (et du massacre consécutif). Alors oui, notre tueur peut faire preuve d’empathie, il a sans doute trop visionné de Disney dans sa jeunesse. Et puis, il y a aussi Eduardo Rojas, l’associé qu’on a imposé à Bartels après son premier faux pas, un cadre de European G. Tobacco, un beau parleur intelligent et charismatique, commercial hors pair qui sait galvaniser ses troupes de représentants lancées à l’abordage des buralistes pour privilégier la marque qu’il sert, et parmi eux Raphaël, son préféré et amant, obsédé de sexe et de reconnaissance.

Face à cette mafia, les forces de l’ordre s’organisent en prenant leurs temps, peut-être un peu trop au regard des millions de victimes générés par cette industrie. Un moine-soldat les dirige, Simon Nora. Frustré par la déroute de sa première enquête, dans les années quatre-vingt, avortée grâce au génie de Bartels, il ne vit bientôt plus que pour l’abattre et, à travers lui, dénoncer les méthodes criminelles des cigarettiers. Nora ne s’est jamais vraiment remis de son premier échec et depuis il suit la fumée. Il ne s’arrête jamais, sacrifie tout à son sacerdoce, ne vit que pour lui. Il ne se doute pas qu’un second grimpeur escalade l’autre versant de la montagne de fric. Le lieutenant Brun recherche d’abord la jeune fille disparue, dans les années quatre-vingt, puis il renonce à la ramener chez ses parents lorsqu’elle lui explique l’enfer vécu dans sa famille. Quand il la recroise des années plus tard en traquant un réseau de proxénétisme, il devient touchant dans sa propension à vouloir la protéger, quitte à menacer toute la résolution de l’affaire.

Parlons à présent de la manière : dans un style épuré, Marin Ledun mitraille son histoire. Chacune de ses phrases évoque une rafale de kalachnikov propice à créer rapidement une ambiance hallucinatoire. Un peu comme un boxer à la limite du KO ou un junkie flirtant avec l’overdose, l’enchaînement des chapitres m’a placé dans une transe rappelant celle offerte par cette substance au cœur du récit, la nicotine, quand je la consommais sans modération, certaines nuits, entres potes puis en boîte, une cigarette entre les doigts tout en sautant sur la piste de danse en gueulant les refrains de L’Homme pressé, m’instillant ainsi ce surplus d’énergie nécessaire à me transporter jusqu’à l’aube, heureux mais enroué. Tout ça sans baisser de régime pendant 608 pages. Bref, Leur âme au diable m’a pris à la gorge dès l’entame, m’a poussé dans les cordes, et j’ai bien failli défaillir, puis il est devenu très rapidement addictif. Un point pour lui. Un livre dont le sujet s’accorde à la forme, ce n’est pas si commun. Et surtout, ça fleure bon la grande littérature !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Passionné de littérature noire, science-fiction et fantastique, Stéphane Furlan écrit depuis de nombreuses années.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.