M. C. BEATON : Série Hamish Macbeth – 03 – Qui s’y frotte s’y pique

0
54
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Obligé de remplacer un policier local dans les confins inhospitaliers de Cnothan, Hamish a le mal du pays et de sa chère Priscilla… mais, il est à peine arrivé que l’homme le plus détesté du village est assassiné et jeté en pâture à un élevage de homards qui n’en font qu’une bouchée avant d’être expédiés vers les restaurants les plus chics de Londres. Pour retrouver son village, Hamish Macbeth devra affronter l’horrible inspecteur-chef Blair et sa charmante voisine (l’un bien décidé à couvrir l’affaire, l’autre à le séduire !)… et débusquer l’assassin.

Vous aimez Agatha Raisin ? Vous allez adorer Hamish Macbeth ! Comme sa grande soeur Agatha, cet Hercule Poirot à la sauce écossaise entraîne le lecteur dans des aventures totalement déjantées sorties tout droit de l’imagination de M.C Beaton. Avec, en prime, le charme des lochs, des highlanders mystérieux et des châteaux hantés. Aussi savoureux qu’un single malt !

Origine Ecosse FLAG
Éditions Albin Michel
Date 2 octobre 2019
Traduction Marina BORASO
Pages 252
ISBN 9782226435941
Prix 14,00 €

L’AVIS DE ANNE-LISE

Petit changement agréable dans la série : Hamish, en tant que simple agent de police d’un petit village, est considéré comme accessoire et peut donc être envoyé couvrir un territoire plus grand le temps des vacances de son collègue (au demeurant très désagréable, ainsi que sa femme). Naturellement dépité, il l’est plus encore en arrivant, puisqu’il peut vérifier que Cnothan est vraiment à la hauteur de sa réputation: sombre, triste, méfiant et sous la coupe d’une vision de la religion particulièrement axée sur le péché. En plus, il est tout seul pour un territoire bien plus vaste qu’il le pensait.

La victime, Mainwaring, s’avère être aussi ignoble que l’on peut l’attendre d’un Anglais. Non content d’être un nouveau venu, il ne peut s’empêcher de fourrer son nez partout, à grand renfort de moqueries et de commentaires, ce qui bien sûr, lui attirera les ennuis à caractère définitif qu’on lui connaît.

Le changement de lieu est la grande force de ce tome 3. J’ai également trouvé assez drôle les considérations très traditionnelles (nous sommes dans les années 1980 tout de même) de Macbeth quant à ses relations avec les femmes.

Cependant, l’ingérence continuelle de l’inspecteur-chef et de ses acolytes, les atermoiements de Macbeth concernant Priscilla commencent à me rappeler un peu trop les ressorts fatigués d’Agatha Raisin et j’ai peur que cela continue chez Hamish Macbeth. À voir dans les romans suivants…

Heureusement qu’il y a l’Écosse !

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.