Luca TAHITIEAZYM : Elise

0
483
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

Luca TAHITIEAZYM - Elise
Elise

Parution aux éditions CZY en aout 2017

Quatre murs ont été érigés autour d’elle par son geôlier. Tout ce que connaît Élise, elle le tire de ses nombreuses lectures.
Et l’épilogue est proche.
Voici l’histoire de celle qui voyageait avec les mots.

(Source : CZY – Pages : 338 – ISBN : 9791096772155 – Prix : 16,90 €)

L’AVIS DE LAURENT FABRE

Elise de Luca Tahtieazym est un chef d’oeuvre absolu, un amour de thriller, un récit poignant, brillant et addictif !!!

Elise est une petite fille de 5 ans, elle est pleine de vie, elle croit encore au Père Noël comme toutes les autres petites filles de son âge sauf que … elle vit recluse dans un petit réduit de 20 mètres carrés appelé le « Refuge », au milieu de nulle part ou presque, qu’elle n’a pas le droit de sortir…

Une femme, Mama Sim, vient la voir quotidiennement pour lui apporter à manger, de l’eau, vider ses seaux de toilette et l’aider à faire ses ablutions.

Pour la petite Elise, son seul réconfort réside dans la lecture.

Un homme qui se dit être son « père » lui rend visite de temps à autre, il ne cesse de lui répéter que sa place est là, qu’elle est « malade », que c’est pour son bien…

Les années passent et un jour, une autre fille, Claire, la rejoint…

Avec ce 5ème thriller (Chaos, L’ombre, Le roman inachevé et Versus), Luca Tahtieazym atteint une forme de quintessence, une maîtrise impressionnante dans l’art de raconter des histoires, de vous faire tournebouler comme jamais, de vous donner des sentiments forts, puissants, à vous faire dresser les cheveux sur la tête, à vous poser des questions encore et encore, à vous faire vaciller vos certitudes plus que jamais, à vous tourner en bourrique, à vous donner le tournis, à vous donner des émotions à faire pleurer les chaumières, à vous faire enrager, à vous sortir de vos gonds plus d’une fois, à vous donner le vertige, à vous faire douter de vous-même, vous en voulez encore ?

Tout comme Elise, elle est insatiable, elle découvre les livres, d’abord des albums à images puis à mesure qu’elle grandit, des auteurs parmi les plus illustres et connus apparaissent dans son champ de vision, à travers ses yeux, son imagination fertile, Elise a trouvé une échappatoire, une fenêtre sur le monde extérieur dans sa petite prison pas dorée pour un sou, une forme d’exil imaginaire, les livres et Elise ne font qu’un, Elise fait face, elle doit composer avec une certaine solitude, elle est livrée à elle-même, va-t-elle réussir à s’en sortir ? A trouver la force nécessaire ? A affronter ses geôliers ?

Elise est moi, tu, elle, il, nous, vous et ils

ELISE est ils, vous, nous, il, elle, tu et moi

La plume est magnifiée par un style intense, dense, incisif, tout est parfaitement ressenti, chaque mot valant son pesant d’or, récit orchestré de main de maître, l’ambiance malsaine qui règne dans cette petite prison, la relation d’Elise avec les livres est tellement touchante, bouleversante, une forme d’hommage rendu par l’auteur à d’autres qui l’ont inspiré, l’empathie à l’égard d’Elise vous saisit à la gorge dès les premières lignes, la narration à la première personne établit une proximité, un dialogue invisible entre l’héroïne et son lecteur, les pages se tournent d’elle-même à une vitesse sidérante, difficile de ne pas éprouver de l’amour envers Elise, de lui insuffler de l’énergie pour trouver des ressources et des forces, de lui prendre la main, de lui faire un câlin…

Elise incarne la pureté, l’innocence dans toute sa petite vie, déjà si vive et intelligente, d’une naïveté confondante et tellement touchante et désarmante…

De l’accompagner dans cette solitude forcée, l’aider à affronter la peur des autres, à lutter contre les démons « extérieurs », lui redonner encore et toujours l’envie de vivre, de survivre, de renforcer sa foi en elle-même, à partager ses rêves de parcourir le monde, à adoucir sa souffrance intérieure.

Et à contrario, comment ne pas éprouver de la colère à l’égard de ses geôliers, de leurs réactions imprévisibles, de leur cruauté, de leur infamie, confronter l’indicible, l’écoeurement, l’inhumain, la barbarie, de pousser des cris de fureur. Jusqu’où l’être humain peut-être vil, abject, odieux dans ses plus basses besognes, les limites de l’entendement humain ?

Un récit qui se découpe en plusieurs parties, un rythme haletant, une construction absolument vertigineuse et d’une implacable logique.

Jusqu’à une fin qui va décupler toutes vos émotions, vous remettre les idées en perspective, vous tenir sur le fil du rasoir, vous laisser pantelant et définitivement abasourdi, interdit.

Je connaissais déjà l’auteur capable de surprendre, de mener le lecteur sur de fausses pistes ou récit trompe-l’oeil mais avec Elise, il s’est encore surpassé. Impressionnant, exigeant, ébouriffant.

Si vous ne le connaissez pas encore, je n’aurai qu’un conseil à vous donner, lisez-les tous (voir liste des livres cités plus haut), chacun de ses romans est un one-shot, une plongée en apnée et dans des eaux profondeurs insondables et dont vous ne soupçonnez à quel point, l’une des valeurs sûres du monde de l’auto-édition et j’oserai dire de la littérature tout court. A l’instar de l’heroïne, je pourrai en lire des centaines, des milliers du même acabit.

La formulation, le style, l’empathie à l’égard de l’héroïne principale, la narration constructive, la mise en abîme imposent le style Luca, la patte Tahtieazym, il n’y a aucun doute à formuler, indubitablement l’un de mes auteurs préférés, j’adhère, je kiffe, j’aime, j’adore, j’admire, c’est bon, jubilatoire comme à chaque fois, un trip littéraire, une extase livresque, un orgasme de thriller comme je les aime, j’ai lu, j’ai vécu, j’ai survécu, j’ai pleuré, j’ai été et suis ému, je suis contemplatif, je n’ai pas de mal à trouver les mots car il faut expurger ce trop-plein d’émotions et d’allégresse, après avoir fini cette lecture, l’une des meilleures de tous les thrillers jusqu’à présent, faire aussi son acte de résilience quelque part et pas du peu, lire un tel roman n’est pas une simple sinécure, lire c’est aussi donner de soi-même, faire acte de foi, vibrer, ressentir au plus profond de son âme, puiser dans ses ressources mentales, se retenir, relâcher ses défenses, inspirer, expirer, souffler, respirer. Ouf !!!

Elise de Luca Tahtieazym n’est pas une simple pépite mais un véritable joyau, un fleuron de la littérature tout court, si si je vous le dis entre nous fans de thrillers et d’autres, sans concession, viscéralement, l’idée de ce que j’attends de lire, que ça me remue grave les tripes, me fends le coeur en deux, me donne des palpitations pas seulement parce que l’air, la vie, les remous, les difficultés du quotidien, les vicissitudes de la vie, la routine du travail, la morosité qui peut parfois vous habiter, la peur de vieillir, la solitude, la tristesse qui peut survenir pour une raison ou une autre, les satisfactions éphémères, lire Elise m’a fouetté, m’a fait bondir de mon siège, m’a consoler, m’a donné de nouvelles forces, m’a conforté dans l’idée que lire des thrillers c’est LIRE, c’est apprendre à se connaître, à se liquéfier pour mieux de solidifier, m’a donné du baume au coeur, m’a fait oublier la solitude, m’a donné des forces, m’a fait vibrer et ressentir des émotions les plus diverses (peur, angoisse, rage, colère, peine, tristesse, joie communicative, naïveté innocente, plénitude, humeur contagieux, différence, solitude extrême, pulsation de vie …), un imbroglio de sons et d’images qui ne peut et ne pourra vous laisser indifférent.

Elise, je ne t’oublierai jamais, tu es dans mon coeur de lecteur à jamais, tu ne seras plus jamais seule…

Un thriller implacable, jouissif, une plume magistrale pour une histoire à jamais exceptionnelle.

Je termine par la couverture que je trouve, une fois de plus, magnifique, d’une puissance sculpturale, le regard d’Elise en dit long, la première impression est la bonne, Elise est là, bien là, elle attend son heure…

Va-t-elle réussir à échapper à ses bourreaux, à trouver suffisamment d’énergie mentale et physique ?

Vous le saurez en lisant Elise de Luca Tahtieazym, un thriller à lire de toute urgence, sans hésitation ou modération, vous allez l’adorer, l’adopter, vous allez passer des moments inoubliables, mémorables, inoubliables, intemporelles en sa compagnie.

Bonjour tout le monde, je m’appelle Elise.

Un énorme coup de coeur


L’AVIS DE YANNICK S.

« Un enfant n’a jamais les parents dont il rêve. Seuls les enfants sans parents ont des parents de rêve »…
-Boris Cyrulnik-

Quel thriller de Luca Tahtieazym, ÉPOUSTOUFLANT du début à la fin !!!

Une écriture magnifique agrémentée de références bibliographiques d’oeuvres romanesques mythiques que l’héroïne dévorent…

Élise est une petite fille de 5-6 ans, prisonnière de quatre MURS :
Le REFUGE qu’a érigé son geôlier, Achille.

Elle ne sort pas et passe ses journées à se nourrir de lectures…

« Je saisissais qu’en maîtrisant les mots, je pourrais enfin partir d’ici [..] parce qu’on peut voyager dans sa tête »

« J’ai six ans, je suis dans le Refuge et je t’écris des mots qui volent »…

Élise ne connaît rien de l’extérieur tout ce qu’elle découvre en grandissant, elle le fait par ses lectures et son imagination.

« À force d’ennui et de solitude, bein voilà, que j’ai décidé d’avoir un copain, alors je l’ai inventé » : JIMBO
..et puis j’ai grandi [..] j’ai saisi qu’il existait vraiment des copains et des copines, mais que je n’avais pas le droit de les voir ».

Il y a aussi Mama Sim et Claire…

L’encéphalomyélite myalgique se fait sentir alors qu’Élise lutte toujours..

Son imagination est débordante, c’est celle d’une petite fille qui découvre la vie à chaque page tournée d’un roman, qui l’aide à cerner la réalité du fond de sa cachette secrète, en haut de la poutre, où, elle se met à écrire ses malheurs, sur des cahiers quand elle n’est pas battue par celui qui la laisse grandir…et lui vide ses seaux dans lesquels elle fait ses besoins..

ODEUR EMPYREUMATIQUE..

« Je grandis et « Papa » rôde de plus en plus souvent près du Refuge »..
« Souviens-toi Élise, tu es malade, tu as « Le Vice », tu as besoin d’aide pour te laver.. »
Lueur LIBIDINEUSE qui allume le regard d’Achille..
« Il m’osculte d’un oeil concupiscent »..

SYNDROME DE LIMA.

« Ô mon lecteur invisible, ce que j’ai fait de mal, je n’en sais rien, j’ai dix ans et je suis prisonnière, je suis confinée dans ces murs, je lis, je lis, je lis. Et quand j’ai fini de lire, je lis encore ».

-Le Petit Prince
-La belle au bois dormant
-Sa majesté des mouches
-L’île au trésor
-1984
-Des fleurs pour Algernon
-Vipère au poing
-Anna karénine

LE COMTE DE MONTE-CRISTO :

Histoire d’une victime éperdue de liberté, un être qui a soif de vie et qui cherche envers et contre tout à se défaire de ses chaînes et à faire tomber les MURS qui le retiennent prisonnier. Et quand on la lui ôte, cette liberté, il se venge.

Il se venge…

Pensées, imaginations, VOIX RASSÉRÉNANTES, voires SOPITIVES : Céline : ESPOIR ?
Réalité => ENFERMEMENT

Puissiez-vous au détour de ce somptueux thriller, découvrir le sort de ce petit oiseau qui grandit et ne demande qu’à voler vers la liberté, sa liberté, les amis..

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.