Lise PRADÈRE : En quête d’Elena

0
169
France
Lise PRADERE - En quete Elena
-
  • Éditions Iggybook le 29 juin 2017
  • Éditions Flamant Noir le 29 avril 2019
  • Pages : 280
  • ISBN : 9791093363530
  • Prix : 20,00 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

PUTEAUX, région parisienne. Elena Vassiliev, jeune et brillante géologue, est retrouvée morte dans son appartement, le visage couvert d’ecchymoses, la tête dans une flaque de sang. Le commandant Gignac du SRPJ, policier solitaire et bourru, arrive sur place. Aucune trace d’effraction n’est relevée, mais une fouille rapide lui permet de trouver un carnet contenant des photos et des pages manuscrites, certaines écrites en langue étrangère, mélangées à des croquis et autres éléments ; un objet suspect qu’il va devoir décrypter. Des bureaux feutrés de la Défense, aux vallées oubliées de l’Isère, en passant par une plateforme pétrolière norvégienne, le commandant Gignac tentera d’en savoir davantage sur la victime et ses relations. Mais l’histoire de cette femme, qui fait écho à sa vie personnelle, risque de troubler sa vigilance. Un visage peut en cacher un autre…

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Merci aux Éditions Flamant noir de me donner une nouvelle fois l’occasion de découvrir une autre plume de leur (déjà très bon) vivier d’auteur(e)s.. C’est toujours un plaisir de lire de nouveaux écrivains, dans le registre du polar, du thriller ou du roman noir.

Lise Pradère dont c’est le premier roman, nous emmène dans une enquête, somme toute convenue de prime abord. Le commissaire Gignac, flic bourru à l’ancienne et dépassé par les nouvelles technologies, va mener son enquête sur le meurtre d’une jeune géologue russe nommée Elena Vassiliev, retrouvée morte dans son appartement en région parisienne. Si Gignac s’interroge sur le mobile du crime, il va au cours de celle-ci découvrir bien des zones d’ombres, que ce soit sur la victime elle-même que sur son entourage privé et professionnel. Dès lors, n’hésitant pas à se déplacer par monts et par vaux, Gignac, aidé de ses fidèles enquêteurs, va remonter la piste du crime et découvrir une vérité pas très reluisante.

Si on peut trouver l’intrigue somme toute peu originale (la résolution d’un meurtre), c’est la nature des personnages, de leurs sentiments envers la victime et pendant toute l’enquête qui donne envie de s’accrocher à ce récit et d’en retirer toute la force. En effet, derrière cette enquête criminelle, il y a des personnages, des vrais, des humains. Pas toujours gâtés par la vie (exils, étrangers et étrangères dans un pays d’adoption, séparation et vie de couple difficile…) les différents protagonistes de cette histoire forcent l’admiration dans leurs ressentis face aux aléas de la vie. Principalement , le commissaire Gignac, flic dont on s’attache très vite et qui nous donne envie, comme lui, de connaitre le fin mot de l’histoire. Avec un récit qui avance au fil des pages sur un rythme soutenu tout au long de l’enquête (pas de précipitation, de moments de lenteurs exagérés), on prend plaisir à lire ce polar à l’intrigue qui est au final plus tortueuse que prévue.

Une enquête criminelle doublée d’un petit message (volontaire ou non) sur l’écologie, sur l’environnement que l’on ne cesse de gaspiller et la cupidité de l’homme.

Un bon premier roman et une nouvelle plume qui ne demande qu’à être confirmée. La directrice de cette bonne maison d’édition a eu, une nouvelle fois, la main heureuse.

Flamant noir éditions, en quête… de nouveaux talents assurément.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.