Jess KAAN : Punk friction

0
208
France

INFOS ÉDITEUR

Jess KAAN - Punk friction
Punk friction

Parution aux éditions Lajouanie en juillet 2017

Auchel, nord de la France. Le corps d’un jeune marginal brûle au petit matin dans le cimetière municipal. Acte gratuit, vengeance, meurtre ? La police ne sait quelle hypothèse privilégier, d’autant qu’on découvre très vite un nouveau cadavre, celui d’une étudiante, sauvagement assassinée. La population aimerait croire que le coupable se cache parmi la bande de punks squattant dans les environs…

Le capitaine Demeyer, quadragénaire revenu de tout, et le lieutenant Lisziak, frais émoulu de l’école de police, du SRPJ de Lille sont chargés de cette enquête qui s’annonce particulièrement sordide. Une jeune lieutenant, en poste dans la cité, ne veut pas lâcher l’affaire et s’impose à ce duo pour le moins hétéroclite.

(Source : Lajouanie – Pages : .. – ISBN : 9782370470843 – Prix : 18,00 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Une nouvelle découverte des auteurs qui composent cette très sympathique maison d’édition, aux ouvrages très diversifiés, c’est toujours un bon plaisir de lecture à prendre.

Et celui-ci ne déroge pas à la règle : certes on se retrouve avec une intrigue somme toute classique, mais l’ambiance du Nord de l’Hexagone, avec ses habitudes, ses us et coutumes, son tempérament et ses personnages atypiques font de ce polar un moment de lecture fort appréciable. L’auteur qui a déjà produit de nombreux ouvrages, a écrit un roman noir fort appréciable, avec des personnages auxquels on s’attache très vite. Ceci est un point fort que j’apprécie dans mes lectures, que ce soit dans le genre polar ou autre. Les personnages, tout autant que l’histoire et son écriture, sont une partie prenante du récit à lire et ils ne doivent pas être négligés.

Une intrigue somme toute classique, comme je le disais au début de cet article, mais qui néanmoins, possède toutes les qualités que l’on attend d’elle : du suspens, des rebondissements, et une mise en ambiance particulière pour cette enquête moins facile à élucider qu’il n’y paraît. Des suspects en veux-tu, en voilà et des défilés d’interrogatoires sous la houlette de notre trio de flics, tous les trois très différents dans leurs comportements et leur quotidien de policiers. Entre le vieux flic aguerri, la jeune recrue, tout juste sortie des bancs de l’école de police et une jeune lieutenante qui n’a pas froid aux yeux, il va sans dire que l’enquête à résoudre ne sera pas aisée.

Un style propre, net, sans bavure (qu’elle soit policière ou non). Une intrigue bien menée tout au long de ce roman noir qui devrait ravir tous les amateurs (et amatrices) du genre.

Un auteur à suivre, une maison d’édition qu’il faut suivre également…

Alors qu’attendez-vous ?


L’AVIS DE STANISLAS PETROSKY

La première chose que l’on apprend dans ce livre, c’est que le punk brûle mal… No futur comme comburant, c’est certain…

Oui, le punk, aussi tête de bois soit-il ne consume pas bien, la preuve on en a retrouvé dans le cimetière d’Auchel…

C’est la découverte de ce cadavre qui lance le dernier roman noir, mais pas que de l’ami Jess Kaan. Dans une cité ouvrière où l’ascenseur social n’a jamais été réparé les flics vont tenter de connaître la vérité. Une enquête bien difficile, avec moult fausses pistes et rebondissements. Mais d’ailleurs est-ce que cette intrigue policière est le point clé, l’armature de ce livre ?

Pour ma part non…

Non, l’histoire de ces homicides, car oui, il y a d’autres meurtres bien sanguinolents dans ce bouquin, est secondaire…

L’important c’est d’aimer chante Obispo, ben là c’est pareil, l’important c’est d’aimer ce livre, peu importe si on sort heureux de sa lecture pour la trame policière, ou pour le regard de l’auteur.

Car ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est ça : l’œil de Jess sur des gens qui n’ont pas forcément eu le bol d’avoir les bonnes cartes en mains au départ. Des petites gens comme l’on dit. Je vois déjà la cohorte des bien-pensants se lever et dire : oui, mais c’est facile de se servir des clichés éculés sur une région, sur une couche de la population, etc.

En effet c’est facile, mais le faire avec talent, avec connaissance de la région, c’est déjà plus difficile, et Jess Kaan se sort plutôt bien de l’exercice… J’ai apprécié le côté social de polar, même si, exprès je présume, les traits sont parfois forcés, comme pour ce procureur de la république…

Pour conclure, Punk Friction est un roman policier qui sort des sentiers battus, que vous ne pourrez savourer qu’en connaissance de cause.

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici