Jérôme Noirez : Brainless

2
446
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

jerome noirez-brainless

Parution aux éditions Gulf Stream en mai 2015

Jason, adolescent médiocre surnommé Brainless, habite Vermillion, petite ville du Dakota du Sud où la jeunesse s ennuie. Tous les jours, Brainless se fait une injection de formol, pour ne pas pourrir. Depuis qu il est mort, étouffé par une ingestion massive de maïs, les deux hémisphères de son cerveau peinent à communiquer. Son estomac ne digère que de la viande crue. Il a cessé de dormir et de respirer. En dehors de cela, son quotidien n a pas beaucoup changé depuis qu il est atteint du SCJH le syndrome de coma homéostasique juvénile, une nouvelle maladie touchant les adolescents, de plus en plus répandue aux États- Unis depuis qu il est un zombie, autrement dit… Il lui arrive seulement, de temps à autres, de se deman¬der quel goût a le cerveau humain. Mais parmi ses camarades de classe, certains ont des projets bien plus macabres.

(Source : Gulf stream – Pages : 256 – ISBN : 9782354882488 – Prix : 16,00 €)

L’AVIS DE LEA D.

Tout d’abord, merci à Babelio de m’avoir donné l’opportunité de lire ce livre ! J’ai participé un beau jour à un de leur rendez-vous, où nous avions la possibilité de gagner le livre et de rencontrer l’auteur.

Ce qu’il faut savoir tout de suite, c’est que Brainless n’est pas n’importe quel livre : sorti chez les éditions Gulf Stream, c’est le premier titre à paraître dans leur nouvelle collection Electrogène. Voulant élargir leur lectorat, Electrogène va se consacrer à toucher majoritairement un public adolescent, avec tout un tas de genres différents (SF, fantastique, anticipation, etc). Tout en restant bien sûr destiné aux autres lecteurs de Gulf Stream ! Et le petit détail en plus ? La grande attention à l’objet livre en lui-même, notamment avec ces tranches colorés qui permettent aux livres de se démarquer.

Mais sinon, Brainless, de quoi ça parle ? Jason, surnommé Brainless par toutes les personnes qu’il connait, vit dans une ville du Dakota du Sud où il n’y a pas grand-chose à faire. Un jour, il va mourir. Sauf qu’il ne va pas rester mort et se relever sous la forme d’un zombie. Il ne mange plus que de la viande crue, soit s’injecter du formol, a souvent du mal à réfléchir et aurait parfois envie de manger des cerveaux. Mais à part ça, tout va bien ! Il va vivre sa vie de zombie en essayant d’être le plus « normal » possible, et surtout sans se faire repérer, sauf qu’un ado reste un ado, même mort !

Je ne connaissais ni Gulf Stream ni Jérôme Noirez avant d’ouvrir ce livre, mais je ne vais pas en rester là maintenant que je les aie découvert. Je ne peux pas juger de la qualité des autres titres sortis chez Gulf Stream, mais s’ils me plaisent autant que celui-ci, je n’ai pas d’inquiétude à me faire. Et pour Jérôme Noirez, il a déjà une bonne histoire, assez classique peut-être, mais qu’il réussit à rendre vraiment originale, le tout servi par une excellente plume. Brainless n’était pas très différent des autre ados de sa ville. Le fait d’être mort lui a apporté une petite originalité (qu’il est obligé de cacher), et ça fait de lui un héros un peu différent : il n’est pas beau, plutôt lent (physiquement, mais surtout mentalement), il ne sent pas la rose et peut commencer à pourrir s’il oublie de s’injecter sa dose de formol. Et c’est ça qui m’a énormément plu chez lui ! Je lis très peu de romans dont les héros sont des zombies, donc je suis ravie de me retrouve avec des créatures surnaturelles qui change de mes lectures habituelles !

Il y a ce côté fantastique qui est très bien traité, surtout avec le fait que l’on ne sache jamais ce qui cause cette maladie. Nous ne pouvons que faire des hypothèses, mais jamais de certitude. A côté de ça, Jérôme Noirez a fait fort en développant tout ce qu’il y a autour. Car Brainless a beau être un zombie, il n’échappe pas à la vie ordinaire des gens et autres problèmes liés à l’adolescence. Heureusement qu’il rencontre Cathy, une jeune fille végétarienne et gothique, un excellent personnage que j’ai trouvé très attendrissante. Parce que les autres personnages adolescents ne sont pas aussi gentils. Il y a Cassidy, une petite peste parfaitement ignoble que j’ai adorée détesté, il y a les sportifs et les pom-pom girl (« Save the cheerleader, save the world. » Hiro, sors de là !), un principal qui mène son lycée à la baguette… On ne peut pas dire que Jérôme Noirez soit toujours gentils avec ses personnages, surtout lorsqu’on voit certaines évolutions au cours de l’histoire !

Brainless a beau être destiné à un jeune public, je ne le recommanderai pas forcément à des ados de 13 ans, je dirais plus à partir d’environ 15 ans. Il y a bien évidemment des scènes parfois un peu sanglantes (comment ? Serait-ce possible qu’on ait droit à des gouttes de sang avec un livre sur les zombies ?), mais c’est surtout la description de la tragédie qui va frapper le lycée (je n’en dis pas plus pour ne pas tout dévoiler), ainsi que cette critique de la société et des adolescents qui peut parfois être un peu plus difficile à encaisser. Brainless est une histoire zombiesque, mais pas seulement : il y a toute une réflexion, très bien amené et poussant à réfléchir, ce qui est un point très positif.

Donc Brainless s’est révélé une très bonne lecture : une histoire de zombie originale, une histoire de sociétés aussi, et qui peut être lu par un très large public. Une excellente lecture !

Advertisement

2 Commentaires

  1. Tu m’avais déjà tentée avec ton billet sur ton blog, et ta chronique me donne encore plus envie de lire ! Ca sent le p’tit tour en librairie demain ça (pour une fois qu’il l’a en stock :p ) !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.