Jeremy BOUQUIN : Chien de guerre

2
204
Jeremy BOUQUIN - Chien de guerre
-

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Franck arrive d’Afghanistan. Viré de l’armée pour faute grave. Il se retrouve du jour au lendemain sur un quai de gare, accueilli par sa mère, sa copine et son bébé. Tout le monde comprend que Franck a encore échoué.

Obligé de vivre dans l’appartement de sa mère, il découvre le quotidien, celui d’une vie qui s’est organisé autour des deux femmes, d’un père qui n’a jamais existé et une copine qui n’a été qu’une virgule sentimentale lors de ses permanences.

Franck désespère.

Mais voilà qu’au moment d’aller chercher pour la première fois son rejeton chez la nounou, il apprend qu’un autre homme est déjà venu…

Il échoue dans l’unique bistrot du quartier et au détour d’un verre rencontre un vieux copain d’enfance – Stéphane.

Stéphane lui propose de bosser pour lui : « il a des compétences, faut les exploiter ». Lui connaît des gens qui peuvent avoir besoin de “services”.

Il lui fait rencontrer un vieux type, « le général » qui s’avère très proche d’un homme politique d’extrême-droite. Le général lui propose quelques “extra”, des missions de sécurisation, de chauffeur, jusqu’à aller faire peur…

Et pas qu’un peu…

Origine France
Éditions Les Chemins du Hasard
Date 14 février 2019 Annulé
Éditions Caïman
Date 28 novembre 2019
Pages 228
ISBN 9782919066797
Prix 13,00 €

L’AVIS DE YANNICK P.

Le pire des conflits n’est-il pas celui que l’on ramène avec soi ?

Retour du théâtre d’opération. 10 ans de conditionnement dans les forces d’interventions, de combats et de morts, ça marque un homme. Franck Taupe est parti il y a longtemps. Trop. A son retour en France, il ne connait que les codes qui lui ont été inculqués. Cela le rend inapte à la vie en société. Il est paumé. Ses proches qui souffraient de son absence, subissent tout autant sa nouvelle présence. Reste, ses anciennes fréquentations et son présent. Il a toujours obéit, par choix ou par lâcheté. Il va au plus facile. Il va être l’exécuteur du Général Edouard.

Jérémy Bouquin frappe fort. Dans un style acéré, il donne vie à un personnage dual. Franck, le combattant, celui prêt à tout pour faire ce qu’il sait faire de mieux et le Grand Franck, celui qui est vide, qui se cherche.

Jérémy ne fait pas dans la dentelle. Son type est prêt à tout. Il n’hésite pas à se salir les pognes. Et l’auteur y met du cœur. On plonge dans un polar vigoureux, testostéroné à bloc. Il se désintéresse des effets de style. Ici, les mots sont crus. Le scénario bastonne. Le récit est brut. Les dialogues percutent. Comme le personnage. Jusque-là, on resterait dans un roman noir convenu.

Mais Jérémy ajoute une désespérance réaliste qui offre un second souffle à ce livre. La souffrance post traumatique de l’ex-combattant, celle de la famille qui retrouve une enveloppe qui contient un être totalement éloigné de celui rêvé. Cela donne de la hauteur à ce polar. L’ambivalence de ce type fait de lui, un personnage attachant.

Donc, en résumé, un bouquin (l’autre pas Jérémy) qui se découvre comme une bonne tarte dans la tronche mais qui est plus complexe qu’il ne se donne l’air.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.