Jean-Luc BIZIEN : Trilogie des Ténèbres – 2 – La Frontière des ténèbres

3
537
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

frontiere des tenebres - bizien

Parution aux éditions Du Toucan en octobre 2011

En répondant à l’appel de son mystérieux homologue coréen, l’ex-grand reporter Seth Ballahan croit s’offrir un séjour d’agrément. Hélas, sitôt arrivé à Seoul avec sa femme et sa fille, il sera confronté à un double homicide. Des meurtres impossibles, perpétrés dans un village-pilote, entièrement géré par l’électronique et la video.

Qui a frappé derrière les murailles du village ?

Qui a pu s’introduire dans cet Eden de façade, ce nirvana sécuritaire ?

Quel monstre est assez puissant pour se jouer des caméras, des gardiens et du système de surveillance ?

Ballahan devra, pour le savoir, réunir toutes les pièces d’un puzzle effrayant…

Et faire équipe, pour l’occasion, avec un homme revenu d’entre les morts.

Ange ou démon, parce qu’il est rescapé de l’Enfer, cet homme est le seul capable de défier les autorités de Corée du Nord. Sous les yeux de Seth, il franchira la terrible frontière du pays le plus fermé du monde, dans le seul but de libérer une femme et un enfant.

Ballahan, impuissant, devra de son côté jouer une véritable partie d’échec avec la mort, au terme de laquelle se dévoilera une autre vérité, plus terrible encore.

(Source : Toucan – Pages : 500 – ISBN : 9782810004508 – Prix : 20 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Corée du Sud, Seth Ballahan a joué une fois de plus à sa femme la fable de la gentille petite famille s’évade. Promesse de retrouvailles, d’instants d’harmonie dans le couple et découverte de son pays d’origine pour la petite…

Mais dans l’ombre de ces vacances familiales se cache une dette à honorer.

Ce n’est pas un conte, il existe en Corée du Sud, un « Eden » sous surveillance permanente pour le bien-être de ses habitants. Equipés d’une puce, tous leurs actes sont suivis et même anticipés. Malgré les écrans de contrôle actifs 24 h sur 24 h, la mort a frappé brutalement. Il va falloir introduire un agent extérieur pour enquêter.

 Lorsque l’on a toutes les qualités requises pour mener ses recherches en Corée du Sud, on peut également avoir assez de courage pour s’introduire en Corée du Nord. On pourrait le croire sorti d’entre les morts, mais un être est prêt à tout pour retrouver sa femme et son fils même s’il risque sa liberté et sa vie…

Seth va devoir accepter d’être un instrument aux mains des Coréens et se laisser guider. Son but, être comme un cordon ombilical, qui maintient en vie « l’homme – ombre ». Mais pas facile d’agir lorsque l’on suit toute la scène grâce à un drone et que l’on se sent parfois impuissant face au danger que subit l’agent infiltré…

Grâce à son roman « La Frontière des Ténèbres », Jean-Luc Bizien nous convie à un voyage « intra-muros » en Corée du Sud puis en Corée du Nord. Frontières culturelles entre les hommes : L’américain Seth doit lutter contre ses automatismes pour collaborer en toute intelligence avec ses hôtes. Frontières entre deux pays qui portent à la base le même nom mais qui sont maintenant deux pays indépendants avec des modes de civilisation bien différents. Consommation versus obéissance dévouée… Sans oublier la Chine toute proche.

Une des forces de cet auteur c’est de nous apporter plusieurs grilles de lecture : le point de vue de Seth, ex-journaliste baroudeur américain, sa délicate épouse mais aussi celui d’un ancien soldat des forces armées de la Corée du Nord.

On découvre non seulement un thriller d’action mais également un texte sur l’évolution des rapports entre les individus : un couple qui vit peut-être sa dernière chance, le développement du lien filiale entre une maman et sa petite fille qu’elle vient d’adopter, « deux frères d’âmes » que la vie a liée au prix de plusieurs morts, le choix d’un homme de sacrifier une liberté difficilement acquise pour retrouver les siens….

Jean-Luc Bizien a réalisé cette oeuvre qui s’inscrit dans une trilogie. Le premier opus étant L’Evangile des Ténèbres. Un style parfois atypique par un homme qui puise notamment dans ses racines asiatiques pour montrer la complexité de l’humain, de ses choix et de son évolution.

Je me suis tellement attachée à certains personnages que j’avais presque les doigts crispés sur le roman… L’image du drone devient floue, va -t-on perdre le survivant ?…. Mais la visite de Séoul n’est pas de tout repos et l’ombre des Imogi sera-t-elle signe de protection ou de disparition …. ?

Franchissez la frontière à votre tour !

Advertisement
Co-fondatrice de Zonelivre.fr. Sophie PEUGNEZ est libraire et modératrice professionnelle de rencontres littéraires. Elle a été chroniqueuse littéraire pour le journal "Coté Caen" et pour la radio.

3 Commentaires

  1. très bel avis Sofy!
    je l’avais lu à sa sortie et JL Bizien a écrit un magnifique roman. C’une suite réussi et celail faut le souligné ce n’est pas si courant avec les suites.
    Nous retrouvons les protagonistes du 1er tome au travers une traversée terrible de la Corée du Nord. Ce qui donne le plus froid dans le dos ce n’est pas la noirceur de ce roman mais les éléments de contexte qui existent quasimment tous.
    Si le 3eme volume monte encore le niveau ça va être du très bon. à suivre donc…

    • Merci beaucoup Pierre-Marc. Cette histoire m’a profondément marqué. Et comme tu le dis si bien, c’est rare les suites réussies et là c’est parfait pour notre plus grand plaisir.

  2. Rien que le plaisir de retrouver Seth Ballahan me fait trépigner d’impatience, et je ne doute pas une seule seconde que ce troisième opus va être aussi bon que les précédents, si ce n’est meilleur encore. Hâte qu’il arrive entre mes petites mains 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.