Jacques TARDI et Jean VAUTRIN : Le cri du peuple (INT)

0
31
Jacques TARDI et Jean VAUTRIN : Le cri du peuple (INT)
-

Présentation Éditeur

7 mars 1871, il neige sur Paris. Dans la Seine, on recueille le cadavre d’une femme. Dans sa main, énigmatique, un oeil de verre portant le numéro 13. Le commissaire du quartier lance l’enquête. Pourtant, ce n’est pas l’aaire de la noyée du Pont de l’Alma qui l’inquiète le plus, mais plutôt le vent de révolte qu’on sent gronder dans les quartiers populaires… Adapté du célèbre roman de Jean Vautrin, Le Cri de peuple est, au-delà de l’enquête policière et de la formidable gouaille de ses multiples personnages, une spectaculaire et poignante chronique de La Commune de Paris. Quelques semaines d’insurrection et de liberté totale au cours desquelles le peuple parisien a entrepris de vivre l’utopie sans attendre.

Origine Flag-FRANCE
Éditions Casterman
Date 16 novembre 2005
Date 24 février 2021
Pages 176
ISBN 9782203198265
Prix 25,00 €
Jacques TARDI et Jean VAUTRIN : Le cri du peuple (INT)
Jacques TARDI et Jean VAUTRIN : Le cri du peuple (INT)
Jacques TARDI et Jean VAUTRIN : Le cri du peuple (INT)

L'avis de Stanislas Petrosky

Mieux vaut tard que jamais, j’ai enfin lu ce roman graphique, l’édition intégrale de ce « lourd » roman graphique sur la Commune de Paris.

Ce n’est pas une bande dessinée, mais une fresque.

Une fresque qui te raconte, dans les moindres détails, la naissance et le mouvement de révolte qui s’est emparé de Paris dans la République de Thiers en 1870, tout juste quand venait de s’effondrer le Second Empire suite à sa défaite contre la Prusse.

Comment les Versaillais, pendant 71 jours, ont tenté de réprimer cette révolte dans le sang.

Nul besoin de parler du trait de Tardi, tout le monde le connait, inimitable, ces « gueules » magnifiquement cabossées par la vie.

Certains reprocheront le parti pris des auteurs, tous les Versaillais sont mauvais, seuls les Communards sont bons, ça ne m’a pas gêné plus que cela, sachant qu’à l’époque plus de la moitié des Parisiens vivaient dans une « pauvreté voisine de l’indigence », même s’ils travaillaient jusqu’à onze heures par jour. Il y a un moment, ça devait finir en émeute non ?

Fort instructif, très intéressant, une leçon d’Histoire donnée de mains de maîtres par Vautrin et Tardi, le genre de truc que tu dois lire pour ne pas oublier ce qui s’est passé, ce n’était pas si loin…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Advertisement
Auteur de romans. Né en Arménie, Stanislas Petrosky quitte son pays à l’âge de dix-sept ans pour rejoindre la France. Les articles sur Stanislas PETROSKY présent sur Zonelivre ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.