Jacques Expert : Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils

1
399
France

INFOS ÉDITEUR

Jacques Expert - Ce soir je vais tuer assassin de mon fils
Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils

Parution aux éditions Anne Carrière en janvier 2010

Parution aux éditions Livre de Poche en mai 2011

Quand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu’il le vengera. Tandis que l’enquête piétine durant des mois, il en vient à soupçonner un cadre supérieur de sa propre entreprise, dont l’attitude à son égard lui paraît suspecte.

Pourtant, un jour, les gendarmes l’informent qu’ils viennent d’arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l’homme est même passé aux aveux. Mais ce n’est pas le même individu.

Dans ce roman à quatre voix – Antonio et sa femme, Sylvia, Jean-Pierre, le fuyard, et son épouse, Christine -, se noue un ballet macabre sur le thème de la justice personnelle, au rythme crescendo d’une question qui fera basculer leur destin à tous : qui Antonio Rodriguez tuera-t-il ce soir ?

(Sources : Anne Carrière – Pages : – – ISBN : 9782843375644 – Prix : 18 €)

L’AVIS PAR SOPHIE PEUGNEZ

Que justice soit faite !

Il s’appelle Jean-Pierre Boulard, il a trente-huit ans, c’est un homme important dans son entreprise. Il déborde d’énergie et son carburant c’est les petits verres avec les potes le soir. Même si sa femme ne supporte pas ça mais il est plus malin qu’elle, que tous… Elle a beau le harceler au téléphone, c’est ce qu’elle a fait ce fameux soir où le gamin s’est jeté sous ses roues… Il n’allait pas s’arrêter, le gosse n’avait qu’à faire attention… Et puis maintenant, l’alcool c’est tellement mal vu…

Il s’appelle Antonio Rodriguez et un soir, brutalement, il a apprend la mort de son fils. Un chauffard l’a projeté dans un champ sans s’arrêter. A sa douleur s’ajoute le mur du silence, le malaise de ses collègues. Et le plus dur, sa femme prisonnière de ce drame.

Ce sont quatre voix qui vont s’élever tour à tour pour évoquer les événements. Chacun avec sa vision propre des faits. Un père et une mère meurtris mais n’arrivant plus à se retrouver. Un meurtrier en puissance et celle que l’on prend pour une simple femme au foyer….

L’enquête piétine et Antionio déclare « Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils ».

Ce roman est surprenant. Un style journalistique, on va a l’essentiel sans négliger les émotions. Ce texte m’a fait donner l’impression d’être dans une émission d’investigation et parfois même le sentiment de vivre les faits en direct.

Très troublant. L’utilisation de la première personne pour chacun des protagonistes rend le récit encore plus réaliste. On a parfois envie de s’enfuir mais on est prisonnier de pensées pas toujours très seines.

L’évolution des personnages est intéressante. On essaie de se faire sa propre idée sur la finalité de l’affaire mais tout à l’air si réel que l’on pourrait avoir l’impression de faire preuve d’impudeur vis-à-vis du couple de parents en deuil.

Dans une telle situation qu’auriez-vous fait ? J’ai véritablement été émue lorsque j’ai entendu Jacques Expert parlé de ce livre à la radio et je n’ai pas été déçue lorsque j’ai découvert cette histoire.

LE TÉLÉFILM

Téléfilm diffusé en première partie de soirée le 31 mars sur TF1

Scénario, adaptation et dialogues de Pierre Aknine et Gérard Walravens. D’après le roman de Jacques Expert. Réalisé par Pierre Aknine.

Avec :

  • Jean-Paul Rouve : Philippe Tessier
  • Sami Bouajila : Antoine Harfouche
  • Audrey Lamy : Christine Tessier
  • Anne Marivin : Sylvie Harfouche

Sponsor

1 COMMENTAIRE

  1. Je n’ai pas lu le livre de Jacques Expert, mais j’ai vu le téléfilm qui m’avait marquée… Un sujet douloureux pour les deux parties, et beaucoup d’humanité dans un drame qui touche ces deux familles. Je lirai sans doute le livre, dès que les images du films se seront un peu éloignées et que j’aurai moins de détails en tête.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.