Jack HEATH : Série Timothy Blake – 01 – Mange tes morts

« Mange tes morts, en plus d’avoir un personnage principal qui décape, nous offre des péripéties et des rebondissements perpétuels. »

Jack HEATH - Mange tes morts

Présentation Éditeur

Cameron Hall, 14 ans. Disparu en rentrant de l’école ; rançon exigée. L’horloge tourne, la police est impuissante : c’est une mission pour Timothy Blake.

Timothy (nom de code « le pendu ») a un don. Il lit dans l’esprit des gens. Comprend tout avant tout le monde. Résout les énigmes les plus ardues. Le genre à s’ennuyer avec un Rubik’s Cube ou à connaître votre numéro de sécurité sociale par cœur. Mais Timothy a aussi un problème. Pas le fait d’être pauvre, non. Pas le fait d’être affublé d’un coturne toxicomane et parano prénommé Johnson. Un vrai problème, un problème, disons, comportemental. Qui fait que même le FBI répugne à travailler avec lui. Une vie sauvée, une récompense : ainsi fonctionne Timothy. Mais cette fois, et malgré l’appui de l’agent spécial Reese Thistle, il se pourrait que notre sympathique génie psychopathe ait trouvé à qui parler.

Ce thriller survolté et sans tabou ne vous laissera aucun répit. Accessoirement, il se pourrait qu’il vous incite à devenir végétarien.

Origine Australie
Éditions Super 8
Date 22 mars 2018
Éditions 10/18
Date 4 avril 2019
Traduction Charles BONNOT
Pages 400
ISBN 9782264073822
Prix 8,90 €

L'avis de Léa D.

Timothy Blake est un homme particulier. Sorte de Sherlock Holmes, il est en mesure d’assembler des détails et des indices, de découvrir des secrets, d’élucider des énigmes et des casses-têtes. Mais Timothy est aussi très pauvre, forcé de cohabiter avec un toxicomane parano. Mais en plus de tout ça, il cache un autre secret – beaucoup plus important – ce qui l’a conduit à conclure un traité avec quelques personnes, notamment au sein du FBI. A chaque fois qu’il sauve une vie, il a droit à une récompense… très particulière !

Aujourd’hui, on a besoin de lui pour une nouvelle affaire : résoudre la disparition de Cameron Hall, un garçon de 14 ans. Disparu en rentrant de l’école, une rançon est exigé. Timothy se voit assigné l’agent spécial Reese Thistle pour cette mission, qui s’avère plus déroutante et plus compliquée qu’il ne l’aurait imaginé au départ.

Depuis quelques années, je suis les éditions Super 8 avec grand plaisir et intérêt. Même si je suis loin d’avoir lu tout leur catalogue (cela promet de futures excellentes lectures), je n’ai eu aucune fausse note pour le moment. Des lectures très plaisantes dans l’ensemble, avec quelques coups de cœur.

Et je dois dire que Mange tes morts se classe définitivement dans les excellentes découvertes !

Le postulat de départ est certes une classique disparition d’un adolescent, mais la manière de procéder et de résoudre l’enquête s’avère très rafraîchissante. Même si c’est le FBI qui dirige les investigations, la personne qui s’occupe de ce cas est un homme pour le moins en décalage. Intelligent, hors-norme, à tendance psychotique…

Et pourtant, je me suis profondément attachée à lui ! Timothy a beau ne pas être comme tout le monde, et j’aurais tendance à me méfier si jamais je devais rester seule avec lui, on n’arrive pas à le trouver antipathique, au contraire. Jack Heath nous dépeint un personnage surprenant, atypique, qui n’hésite pas à employer les grands moyens pour trouver une piste. Il a eu une enfance très dure, et une vie actuelle qui ne l’est pas moins. Il a été privé de ses parents, a vécu en foyer, dans la rue, il n’hésite pas à mentir, à voler et bien plus.

Je vous laisse découvrir son « petit » secret, une révélation que l’on pouvait peut-être voir venir, mais je préfère pour ma part vous laisser la surprise ! Un personnage qui est tout sauf ennuyant. De plus, j’apprécie beaucoup son tandem avec Reese Thistle, une agente qui fait partie des rares personnes à lui faire confiance, au sein du FBI et dans la vie.

En outre, Mange tes morts, en plus d’avoir un personnage principal qui décape, nous offre des péripéties et des rebondissements perpétuels. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant, et j’en redemande ! Au vu de la fin, on pourrait se poser la question d’une éventuelle suite : je suis TOTALEMENT pour, et je ne demande que ça. Pitié, ramenez-moi Timothy Blake pour de nouvelles aventures !

Vous ne connaissez pas encore Timothy Blake ? Ni les éditions Super 8 ? MAIS QU’ATTENDEZ-VOUS ?!

Merci à Super 8 !

L'avis de Stanislas Petrosky

Il faut toujours écouter un libraire…

Le libraire n’est pas un simple vendeur de livres, il connait son « produit » – le livre- et sait te conseiller. C’est donc lors d’une séance de dédicaces, qu’Ivan, libraire à Lyon, m’a parler de ce roman de telle façon que je ne pouvais pas passer à côté !

Le meilleur moyen de te le résumer est assez simple : imagine que Thomas Harris et Tarentino passent une soirée ensemble, qu’ils prennent des acides, où autres substances illicites et fortement hallucinogènes et qu’ils décident de faire ensuite un roman à quatre mains. He bien cela donnerait certainement un livre de ce genre-là !

Timothy, un type qui a des « dons » pour voir le détail qu’aucun autre investigateur ne verra, un Sherlock des temps modernes qui bosserait de temps à autre pour le FBI. Jusque-là tout va bien, c’est de la façon dont est « rémunéré » qui pose problème, son régime alimentaire est particulier, très particulier…

Le talent d’un auteur, c’est de prendre une intrigue assez simple, dans le cas présent un kidnapping, retrouver l’otage et découvrir qui est derrière, du déjà vu mainte et mainte fois, mais le style, les personnages, l’ambiance font que ce livre restera dans la mémoire de celui ou celle qui l’aura lu.

Un thriller avec une grosse dose d’humour noir, de l’action en veux-tu en voilà, qui fait fi de nombreux tabous, mais qui est complètement addictif. Barré à 200 % pour notre plus grand plaisir, et surtout, l’auteur te fait aimer un salopard de première, car tu l’apprécies Timothy, tu veux qu’il s’en sorte, alors qu’il ne mérite que de passer le restant de sa vie à l’ombre des barreaux…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

Richard MALKA : Le droit d’emmerder Dieu

Une écriture magnifique sur la liberté de penser et d’être, comprendre que la vie est ce qu’il a de plus beau, de plus important.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.