Interview de l’auteur Philippe BERENGER

0
224

interview philippe berengerInterview de l’auteur Philippe Berenger pour son roman « Les ombres »

Pouvez-vous me décrire en quelques mots votre parcours ?

Après un groupe de rock (freebird) au lycée et quelques mois aux USA, un ancien batteur me demande de chanter en anglais sur deux morceaux destinés au nouveau porno de son père. En le faisant, je le rencontre et il a envie de faire un film d’horreur à huis-clos dans sa propriété Aixoise. Je lui propose d’écrire le script avec lui, puis je suis le tournage. Conquis, je monte à Paris pour faire du cinéma et je suis intégré après un essai à l’équipe de Bertrand Tavernier. Je me lance ensuite dans la réalisation et l’écriture de scénario jusqu’à la proposition de JP Arif d’écrire un roman, ce qui est pour moi un rêve d’enfant.

Comment vous est venue l’envie d’écrire ? A quelle période ?

J’ai lu très jeune et Stevenson et d’autres m’ont plus tard permis de ne pas devenir un vrai voyou. Les chefs de gangs n’étaient pas à la hauteur des héros que je lisais. A quinze ans j’écrivais des poèmes et deux romans que je n’ai jamais vraiment montré, puis des chansons avec mon groupe. J’ai toujours eu envie et besoin d’écrire.

Quel est votre ‘modus operandi’ d’écriture ? (Votre rythme de travail ? Connaissez-vous déjà la fin du livre au départ ou laissez vous évoluer vos personnages ?)

Pour le rythme, Les ombres a été spécial. Etant souvent en tournage, j’ai disposé de quinze jours pour la première mouture. Je pensais avoir plus de temps pour la seconde (et définitive) mais le décès de Claude Chabrol m’a obligé à le remplacer et je n’ai donc eu que trois petites semaines pour terminer le livre. Cela dit, j’avais le gros de la structure et les personnages avant de commencer à écrire proprement dit. Mais je laisse les choses et les gens évoluer pendant mon écriture qui devient presque automatique, comme si mes doigts sur le clavier pensaient pour moi. Dernière chose, j’ignorais la fin exacte, qui allait mourir, combien de personnes etc…

Il y a-t-il des personnages qui existent vraiment, dont vous vous êtes inspiré ?

Oui. Ayant collaboré avec un capitaine de la DCRI, je me suis inspiré de lui mais aussi de moi, ma façon de manager une équipe en tournage… pour les autres, oui, certains sont des gens proches que je connais bien, et d’autres que j’ai pu côtoyer de loin. Seul le hadj est purement inventé. Précisons toutefois qu’à ces personnages vrais, j’ajoute une bonne dose de fiction et d’imagination même si la plupart en lisant pourraient se reconnaître. Par exemple, certains membres du groupe sont inspirés d’amis qui ne sont pas du tout flics. Par contre les cambrioleurs, voleurs et malfrats sont tirés de vraies connaissances et j’espère qu’elles ne se reconnaîtront pas trop… ça pourrait être chaud (sourire).

Le parcours a t-il été long et difficile entre l’écriture de votre livre et sa parution ?

Non, parce que tout s’est fait très vite entre deux tournages, et oui pendant l’écriture car j’avais très peu de temps et je me demandais sans cesse si j’écrivais un vrai livre. J’avais une grosse pression personnelle.

Avez-vous reçu des remarques surprenantes, marquantes de la part de lecteurs ?

Le livre n’étant pas encore sorti, je répondrai ultérieurement.

Avez vous d’autres passions en dehors de l’écriture (Musique, peinture, cinéma…) A part votre métier, votre carrière d’écrivain, avez vous une autre facette cachée ?

J’adore la musique (rock et classique notamment), même le métal de mon adolescence que je partage avec mon fils de 17 ans. J’aime évidemment le cinéma, là aussi dans l’éclectisme, mais le théâtre, la peinture, la BD, tout peut être source de plaisir et d’inspiration. Une autre facette cachée ? Je suis un dingue de l’Olympique de Marseille depuis tout petit et j’adore les chamois ! Le reste est classé secret défense…

Quels sont vos projets ?

Des films avec peut-être un retour au cinéma aussi, finir un roman que j’ai en route sans éditeur pour le moment, l’histoire d’amour de mes parents pendant la guerre d’Algérie et comment ma naissance a sauvé la vie de mon père.

Quels sont vos coups de coeur littéraires ?

Pfff… je lis énormément. Du polar et pas mal d’autres choses, ce serait compliqué de tout citer car cela couvre en plus tous les pays, mais en France je suis un fan absolu de Jean Teulé pour son style et ses sujets. Je rêve de rencontrer cet homme.

Avez-vous un site internet ou un blog où vos lecteurs peuvent laisser des messages ?

Je suis un sauvage, je même n’ai pas encore de iphone et donc pas de blog ou de site. Je projette d’en faire un. J’ai une page facebook que je visite deux fois par an mais si l’on veut me joindre, je promets d’y aller plus souvent avant de créer mon site. En attendant on peut passer par vous ou l’éditeur, je serai disponible ; il est important de transmettre.

Merci à Philippe BERENGER de nous avoir accordé cette interview.

Advertisement
Co-fondateur de Zonelivre.fr. Il est le rédacteur en chef et le webmaster du site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.