Hélène SCHERNBERG et Louise BROWAEYS : Petit manuel de cuisine punk

Petit manuel de cuisine Punk, pour ceux qui en ont ras la crète

Helene SCHERNBERG et Louise BROWAEYS - Petit manuel de cuisine punk
[amazon asin=2360985140&template=image&title=-]

Présentation Éditeur

Ce petit ouvrage percutant considère nos habitudes alimentaires via le prisme de la culture punk. Cuisiner peut devenir un acte de résistance et d’émancipation. C’est même un excellent moyen de lutter contre l’omniprésence d’une alimentation capitaliste, de plus en plus industrialisée et dénaturée. Un ouvrage qui prône le fait-maison grâce à des recettes végétaliennes très simples, à base de produits bio, locaux, bruts, complets, en vrac, crus, fermentés… Punk food vs junk food !

Origine Flag-FRANCE
Éditions Terre Vivante
Date 20 octobre 2020
Pages 78
ISBN 9782360985142
Prix 10,00 €

L'avis de Stanislas PETROSKY

Sur le coup, juste en lisant le titre, tu pourrais te dire que c’est un bouquin bidon, qui surfe sur une vague nostalgique, celle du mouvement punk. Des recettes bidons autour d’un univers musical histoire de se faire un peu de pognon en librairie…

Eh bien non, et bien loin de là !

Si au départ. J’ai acheté ce livre parce que j’aime ce style musical et que ma curiosité est grande, j’ai été fort surpris de la teneur de l’ouvrage. Tout d’abord, c’est quoi le rapport entre la mouvance punk et la manière de cuisiner ?

« Le mouvement. Punk st une critique virulente de la société : du patriarcat blanc, sexiste, raciste, capitaliste et colonialiste. Il s’associe facilement aux principes de l’anarchie. Quel rapport avec nos assiettes ? […] militer en faveur d’une cuisine équitable, anticolonialiste (se priver de certains produits exotiques) […] Il s’agit de proposer une cuisine qui respecte la planète, la faune et la flore, et qui s’oppose à la maltraitance des animaux d’élevage. Cuisiner peut devenir. Un acte de résistance et d’émancipation. »

En fait, je me suis rendu compte qu’avec mon régime flexivore (peu de viande, et non issue de l’industrie, circuit court pour fruits et légumes) j’étais déjà un adepte de la cuisine punk.

Ensuite, utiliser les restes, ne pas gaspiller (surtout pas !) savoir tout utiliser, jusqu’à l’eau de cuisson des pois chiches, le fameux aquafaba.. Des recettes simples, qui ne bouffent pas des tonnes d’énergie, bref être punk en cuisine c’est surtout refuser de bouffer de la merde industrielle, et je trouve ça chouette ! Surtout que l’on va jusqu’à te filer une recette de burger anticapitaliste, si avec ça, tu ne trouves pas que la vie est belle, je ne peux rien pour toi.

Chaque recette est ponctuée d’une musique, punk cela va de soi, à écouter en faisant la tortore, un chouette petit livre de cuistance pas cher à acquérir rapidement si tu veux mon avis.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.