Harlan COBEN : Sans un adieu

0
2111
Etats-unis

INFOS ÉDITEUR

Harlan COBEN - Sans un adieu
Sans un adieu

Parution aux éditions Belfond dans la collection Belfond Noir en octobre 2010

Parution aux éditions Pocket en septembre 2011

Traduit de l’américain par Roxane AZIMI

Le maître de vos nuits blanches : les origines.

Laura Ayars et David Baskin, l’ancien top model devenue femme d’affaires et la superstar de l’équipe de basket des Celtics : un couple béni des dieux !

Mais, en pleine lune de miel, la tragédie frappe. David part nager et disparaît. Sans un adieu…

Accident ? Meurtre ? Suicide ? Laura se lance dans l’enquête et découvre bientôt des secrets vieux de trente ans, que ses proches ont tout fait pour enfouir…

Mensonges, trahisons, jalousies, meurtres… Quand le passé menace de ressurgir, un tueur tapi dans l’ombre est prêt à tout pour empêcher la vérité d’éclater.

Suspense magistral, intrigue machiavélique à souhait, tension psychologique à son comble. Des côtes australiennes aux parcs de Boston et aux banlieues New-Yorkaise, le premier coup d’éclat de celui qui allait révolutionner le thriller.

(Source : Belfond – Pages : 459 – ISBN : 9782714447197 – Prix : 22,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Le roman des origines

Laura Ayars et David Baskin forment un couple idéal et très en vogue. Elle est un ancien mannequin et dirige maintenant sa propre marque de vêtements. Lui est un grand champion de basket des Celtics. Ils sont tous les deux superbes. Ils se sont évadés en Australie pour leur lune de miel car un des membres de leur famille était très hostile à leur union.

Laura s’octroie un léger break dans ce moment idyllique pour gérer une rencontre professionnelle tandis que David part nager. Mais David ne reviendra pas…

Harlan COBEN le précise lui-même dans l’introduction du roman : « Voici donc, « Sans un adieu », pour le meilleur et pour le pire tel que je l’ai écrit à vingt et quelques années (…) Au fil du temps, j’ai fait quelques emprunts à « Sans un adieu » : des noms, des lieux, voire un personnage ou deux. Le lecteur attentif saura les reconnaître, et j’espère que ça le fera sourire. »

Les fans de Coben découvriront avec plaisir ce texte qui est la genèse d’autres de ses écrits : ce grand joueur de basket David et son meilleur TC ne sont pas sans rappeler le terrible duo Myron Bolitar – Win.

Mais ce roman a tout de même une identité propre. Un drame familial qui se joue. Existe-t-il des familles maudites ? Un drame familial qui se joue avec des scènes chargées d’émotions et de pudeur.  De très belles scènes sur la gestion du deuil.

Même si on devine très vite certains éléments de l’enquête, je me suis laissée porter par ce récit très agréable. Les personnages sont attachants. Il faut se rappeler que l’auteur commençait tout juste à écrire ce qui peut expliquer certaines maladresses, que l’on pardonne, c’est comme assister aux premiers pas d’un auteur…

Pour toutes celles et ceux qui ont envie d’évasion avec un livre sans trop de violence. « Sans un adieu » rime avec suspense et sentiments.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.