Gunnar STAALESEN : Varg Veum, le privé norvégien – Tome 4 – La femme dans le frigo

0
64
Norvege

INFOS ÉDITEUR

gunnar staalesen-la-femme-dans-le-frigo

Parution aux éditions Gaïa Polar en novembre 2003

Parution aux éditions Folio Policier en mars 2006, septembre 2016

Traduit du norvégien par Elisabeth TANGEN

Tome 4 du privé Varg Veum

Les couches de poussière s’accumulent sur le bureau de Varg Veum. les affaires ne sont pas au beau fixe. le détective est même démarché par une agence qui lui « propose» de travailler pour elle. Qui le menace plutôt.Heureusement, Veum est soudain contacté par Mme Samuelsen pour retrouver son fils, Arne. Celui-ci travaille sur une plate-forme pétrolière au large de Stavanger. D’habitude, lorsqu’il rentre à terre, il donne toujours signe de vie. Cette fois, non. Varg part enquêter à Stavanger. Une mission de routine a priori. Veum infiltre le milieu du proxénétisme et des affaires. les choses se gâtent le jour où en fouillant l’appartement déserté par Arne, il ouvre la porte du frigo.

(Source : Folio – Pages : 320 – ISBN : 9782070793839 – Prix : 7,70 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Enquête dans le milieu portuaire et pétrolier

Une femme contacte le privé Varg Veum car son fils a disparu, il avait l’habitude de lui écrire des lettres. Là c’est le silence complet mais elle ne veut pas que la police se mêle de cette histoire. Avant son départ, il est approché par une grosse boite de détectives qui aimerait l’embaucher mais leur “philosophie” ne convient pas à Varg Veum

Il quitte sa chère ville de Bergen pour enquêter dans le port de Stavanger. L’atmosphère est différente, la vie de la ville est rythmée par les matelots et les hommes qui travaillent sur les plateformes pétrolières. Quand ils reviennent c’est avec de grosses sommes d’argent qui s’écoulent au fil des bars et des salles de jeux clandestines. Il y a aussi les filles d’un soir, d’une heure… C’est autour d’un verre voir même plusieurs que Veum va découvrir les “coulisses” et ceux qui tirent les ficelles. Les tripots se multiplient et les bigots prient pour que ces lieux disparaissent.

Pas facile de trouver des pistes. Après bien des discussions, la concierge accepte d’ ouvrir la porte de l’appartement du jeune homme. Rien de particulier, enfin presque : il y a un corps de femme sans tête dans le frigo. Le détective n’a pas le temps de réfléchir, il est assommé.

C’est vraiment à se demander si Varg Veum retrouvera son “repaire” et son quotidien, il a laissé en partant une douce histoire d’amour en suspens… On se demande si il arrivera à rentrer chez lui entier.

Après des mois en mer, il faut bien en profiter… mais jusqu’à quel point ? Cette femme éplorée qui a déjà perdu une fille, devra-t-elle faire également le deuil de son fils ?

“La femme dans le frigo” s’inscrit dans la ligne des polars. Avec un détective privé qui a du mal à faire tourner son agence, il n’a pas de situation familiale. La ville est également un personnage du roman. Gunnar Staalesen a une affection toute particulière pour la ville de Bergen où se déroulent tous ses romans mais là une majeure partie du texte est située dans le port de Stavanger. Décor un peu sombre où semblent régner l’argent, la corruption, les trafics et le proxénétisme.

Il y a tout de même beaucoup de douceur dans l’écriture de cet auteur norvégien, Varg Veum n’est pas froid, il laisse paraitre des sentiments très profonds, de l’empathie et parfois même une certaine candeur.

L’histoire est très touchante mais je ne peux pas vous en dire afin de ne pas vous priver du plaisir de la découverte.

Première immersion dans l’univers de Varg Veum que j’ai apprécié, je vais donc poursuivre la lecture de ses enquêtes et vous faire partager mes impressions au fil des romans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici