Gilles LEGARDINIER : Et soudain tout change

1
792

FRANCE france.png

INFOS ÉDITEUR

et_soudain_tout_change_gilles_legardinier

Parution aux éditions Fleuve Noir le 10 octobre 2013

Parution aux éditions Pocket le 5 mars 2015

Par l’auteur des romans policiers “L’exil des anges”et “Nous étions les hommes”.

Pour sa dernière année de lycée, Camille a enfin la chance d’avoir ses meilleurs amis dans sa classe. Avec sa complice de toujours, Léa, avec Axel, Léo, Marie, et leur joyeuse bande, la jeune fille fille découvre ce qui fait la vie.

A quelques mois du bac, tous se demandent encore quel chemin ils vont prendre. Ils ignorent qu’avant l’été, le destin va leur faire vivre plus que dans toute une vie… Du meilleur au pire, avec l’énergie délirante et l’intensité de leur âge, entre espoirs démesurés, convictions et doutes, ils vont expérimenter, partager et se battre. Il faut se souvent traverser le pire pour vivre le meilleur…

(Source : Fleuve Noir – Pages : 374 – ISBN : 9782265097506 – Prix : 19,50 €)

L’AVIS DE LEA D.

Après Demain j’arrête ! et Complètement cramé, Gilles Legardinier nous livre son dernier livre dans la même lignée et avec toujours son chat sur un fond flashi (rose, vert, jaune, ça se repère bien dans la bibliothèque !).

Camille est en terminale et est heureuse de faire cette dernière année avec tous ses amis. Il y a Léa, sa meilleure amie, mais aussi Axel, Léo, et bien d’autres. Ensemble, ils vont aborder cette phase avec espoir, bonheur, drames et doutes. Car s’ils doivent faire avec ce que toute la vie leur prépare, ils ne sont pas pour autant préparés avec tous les drames qu’ils peuvent croiser.

Dans Demain j’arrête !, nous avions fait la connaissance de Julie, une jeune trentenaire qui s’était plongée dans tout un tas de situations pour le moins extraordinaires dans le seul but de découvrir qui était réellement son voisin. Il y avait beau avoir doutes et incertitudes, l’humour et le rire l’emportait largement. Ensuite, dans Complètement cramé, on découvrait Andrew Blake, un homme plus âgé. L’histoire, toujours ponctué d’humour, oscillait davantage vers un petit côté mélancolique. Il y a une nette progression dans le style de Gilles Legardinier, car s’il use d’une méthode toujours aussi efficace, il n’oublie pas de se renouveler, même dans un genre similaire. Car dans Et soudain tout change, il nous fait verser des torrents de larmes, que ce soit de joie ou de tristesse. Je l’avoue, j’ai beaucoup pleuré, j’ai traversé tout ce que la vie humaine comporte en émotions en seulement 450 pages. J’ai ri, j’ai pleuré.

Et soudain tout change est une histoire simple, mais qui m’a fait revivre des années merveilleuses. Car avec Camille, je me suis vraiment identifiée à son vécu, à ce qu’elle traverse et éprouve. Les années du collège et du lycée comptent parmi les meilleures années de ma vie à ce jour. J’ai rencontré mes meilleures amies au collège, on a beau eu être séparés au lycée, on est resté en contact jusqu’à maintenant. J’ai rencontré d’autres excellents amis, j’ai fait des découvertes. Et je suis également restée en contact avec certains professeurs du collège, qui sont à la fois des profs formidables et des personnes qui comptent énormément pour moi. Je me suis donc sentie chez moi dans ce dernier roman de Gilles Legardinier, avec des personnages pas très éloigné de mon âge, de ce que je ressens, et des souvenirs que j’ai de cette époque. Encore une fois, cet auteur (plus que) formidable démontre sa grande maîtrise des émotions et de sa capacité à nous entraîner vers des personnages à chaque fois très différents, mais toujours profondément justes et humains.

Petites mentions spéciales, d’abord au personnage de Camille, dans laquelle je me suis un peu revue, dans celui de Léa parce qu’elle porte le même prénom que moi (très bon goût Mr Legardinier !), et surtout mention très spéciale à Mr Rossi, le professeur d’économie et un de mes personnages préférés.

Et soudain tout change est le livre que j’ai préféré de Gilles Legardinier, tout simplement bouleversant et magnifique. On s’identifie à ce monde d’adolescents, où drames, coups fourrés et amitiés sont au rendez-vous, avec vraiment toute la complexité des sentiments humains. Toute la tendresse et l’amour du monde se trouve enfermé dans ce roman, l’époque de l’adolescence et du lycée est vraiment une plaque tournante, c’est là qu’on fait souvent des rencontres décisives, qu’on essaye de décider quoi faire de son avenir et qu’on vit sa vie malgré tout au jour le jour.

La magie opère une nouvelle fois avec brio dans ce roman, vous n’en ressortirez pas indifférent ! Et soudain tout change est à mettre entre toutes les mains !

Léa D.

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

“Carpe diem” (Cueille le jour sans te soucier du lendemain)

Camille est une adolescente qui vit pleinement sa vie de lycéenne. Une super bande de copains avec lesquels elle s’amuse. Sa meilleure amie depuis toujours Léa qui est comme une soeur pour elle. Leur établissement scolaire c’est vraiment leur domaine. Il ont leurs places, leurs rites, des endroits bien dissimulés où ils ne se retrouvent qu’entre membres du clan.

Les cours il y a des hauts et des bas : un prof qui parait extraordinaire mais en même temps complètement déroutant, d’autres qui sont comme des robots de l’enseignement (une vie d’automate sous une blouse). Et puis il y a les parents, certains compréhensifs, d’autres avec des choix de vie décevants… certains parlent même de divorce.

Entre bonnes notes à décrocher, choix à faire pour une vie post-bac… mais surtout les bonnes places à choisir en cours (être proche de celle/ou celui avec lequel/laquelle on aimerait sortir…), de ne pas trahir une amie en séduisant un garçon qu’elle aime également…

Camille rêve, Camille doute, Camille tente de faire les bons choix. Elle prend un peu d’assurance en prenant soin d’une petite boule de poil qu’elle nommera Flocon…

Une vie quotidienne rythmée par les cours et les petits délires qui font du bien. Mais une nouvelle va faire voler en éclat l’existence de Camille. Des petits signes qu’ils n’avaient pas su, qu’ils n’avaient pas pu identifier… Un secret d’abord lourd à porter, à supporter.

Et soudain tout change. Tout est décuplé : la peur, les sentiments, l’envie… La cadence scolaire martèle malgré tout son rythme. Il y a comme un train qui continue malgré tout sa route, chargé de jeunes étudiants avec un premier arrêt le bac puis différents embranchements. Camille et les autres ne doivent pas, ne peuvent pas rester sur le quai. Certains profs et adultes montreront un autre aspect de leur personnalité pour les aider à grandir, à mettre un pas devant quoiqu’il se passe…

Le texte de Gilles Legardinier est tout simplement bouleversant, j’ai encore comme une boule dans la gorge tout en écrivant. Les deux-trois premières pages sont surprenantes car on se retrouve dans la tête d’une ado (Camille) alors qu’on lit un roman “du rayon adulte”. Mais très vite le charme et la magie opère. Effet machine à remonter le temps. On vit pleinement la vie de la jeune fille tout en ayant des très vieux souvenirs qui apparaissent.

Alors qu’à travers les yeux de Camille, je découvrais son lycée, ses recoins, ses amis (Léa, Axel, Léo, Marie…), je me suis retrouvée en même temps dans mon propre lycée (Alain Chartier à Bayeux). Je vivais avec elle son arrivée le matin dans un coin précis de l’établissement, je revoyais en même temps notre bout de cour, le lampadaire sur un mur contre lequel j’aimais m’appuyer, lire, observer… Cette douce sensation de vie en parallèle qui loin de troubler la lecture a été au contraire très apaisant.

Une des forces de ce roman c’est qu’il convient parfaitement aux ados et aux adultes. Les premiers pourront s’identifier aussitôt et les seconds se rappelleront avec émotion leur jeunesse.

Gilles Legardinier nous rappelle toute la richesse et la complexité du monde des adolescents. En voyant comment la joyeuse troupe pouvait se comporter en cours, je me suis souvenue que mon film culte c’était “Le cercle des poètes disparus”, que j’aurai pu me mettre debout sur une table pour déclamer “ô capitaine, mon capitaine” en hommage un professeur de talent et différent que l’on aurait pu menacer. La révolte face à des matières qui paraissent utiles (je persiste et je signe aujourd’hui : le chiffre d’or ne me sert à rien dans mon métier de libraire, et les équations à plusieurs inconnues restent toujours des inconnues….). Rimbaud disait : “on est pas sérieux quand on a 17 ans”. C’est pourtant l’âge où l’on est maitre du monde, où l’on se sent invincible. On construit de grandes et belles choses, on a des rêves communs, il y a toujours dans la bande un qui est plus exalté que les autres (Camille a Tibor, j’avais J.D… ). On arrive à s’évader tout en restant dans son univers, il suffit d’un coin d’escalier, d’un palier de vieux bâtiments… En ouvrant cet ouvrage, j’ai comme ouvert une belle boite au trésor : des copies avec des petits dessins dans la marge, des pochettes recouvertes de citations et de petits mots de mes camarades, des lettres et quelques photos. Des visages, des noms qui apparaissent cachés derrière les mots: Pierre, Xavier, J.D, David, Angélique, Anne, Maité, Katrin …. ma soeur Delphine, Laurence qui ne fera jamais de moto… Et les profs : les cours de français de Mme Picqueret, la philo de Mme Delale, l’hist-géo de Mr Konroko… sans oublier le théâtre avec le comédien Christian B. Ce n’est pas grave si aucun d’entre eux ne lisent ces mots, je me souvenue d’eux avec beaucoup d’émotions.

Beaucoup de tendresse dans ce livre qui évoque toutes les aspects de la vie : il y a les ami(e)s, mais aussi la cellule familiale, les chamailleries frère-soeur, le mur qui peut se dresser avec les parents, la difficulté pour dialoguer des deux côtés, les cris, les paroles qui dépassent la pensée. Mais également la douceur du foyer, ce n’est pas notre petit chaton qui dira le contraire.

Mais tout va plus vite quand on est adolescents. Tout est amplifié, on peut vivre des expériences complètement différentes en un court laps de temps : premiers émois amoureux (voir plus si affinités ou on se sent prêt à les vivre), expériences professionnelles…

Au lycée alors qu’on pense vivre les moments les plus magiques, il arrive qu’un événement touche un(e) élève et chacun peut se sentir troubler ou bouleverser : grossesse involontaire, suicide, maladie… Votre vision de l’existence peut se métamorphoser suite à un tel choc.

Gilles Legardinier a un don pour vous faire partager des moments inoubliables. En toute humilité, il prend la voix d’une trentenaire dans “Demain j’arrête”, d’un homme d’un âge certain dans “Complètement crâmé” et la voix d’une ado dans “Et soudain tout change”. Il a cette capacité à mettre en lumière les petites choses de la vie. Sans tomber dans la mièvrerie, il sait que la vie est belle, précieuse et fragile. De son parcours riche et complexe, il a su développer la faculté à observer, à analyser les gens qui l’entourent si bien que l’on peut avoir l’impression qu’il est venu connecter une clef usb à l’arrière de votre cerveau pour venir chercher les dossiers cachés (les “grosses hontes”, les bêtises, les fous rires, les souvenirs). Il s’instaure une complicité, un tête à tête littéraire sous le signe du tutoiement, de la confidence et du respect de chacun.

Chacun de ses romans est un hymne à l’Humain et une leçon de vie. Il n’est jamais sur le ton du professeur. Il est plus de ceux qui vous guident. Il vous aide à mettre un pas devant l’autre quelque soit la difficulté. Car il sait que lorsqu’on est tombé, il n’est pas toujours aisé de se relever. Mais il suffit juste parfois d’une main tendue, d’un mot pour redonner un sens à l’existence.

Sophie

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here