Gilda PIERSANTI : Saisons meurtrières – 08 – Le saut de Tibère

0
358
Italie

Gilda Piersanti a réussi un nouveau tour de force. On se retrouve prisonnier dans la tête d’un tueur en série.

INFOS ÉDITEUR

Gilda PIERSANTI - Saisons meurtrieres - 08 - Le saut de Tibere
Le saut de Tibère : Un automne meurtrier

Parution aux éditions Le Passage en octobre 2013

Parution aux éditions Pocket le 12 octobre 2017

Sur l’île de Capri, le Saut de Tibère, vertigineux promontoire d’où l’empereur romain précipitait ses victimes, est le théâtre du mystérieux suicide d’un touriste suisse. Non loin de là, le corps d’une jeune fille a été retrouvé sous une cloche, momifié et transpercé par une sorte de flèche. Elle avait disparu onze ans plus tôt ; le dernier témoin à l’avoir vue vivante, le fils d’un chef de clan de la camorra locale, avait alors fui l’Italie pour échapper à la justice.

À Rome, l’inspectrice principale Mariella De Luca a quitté la brigade criminelle pour rejoindre une nouvelle cellule d’Europol chargée de coordonner les services de police à l’échelle européenne. La disparue de Capri attire son attention quand d’autres corps transpercés sont identifiés en Écosse, près d’Oxford, à Copenhague, à Amsterdam, à Rome…

Sur les traces d’un serial killer qui opère impunément depuis onze ans dans toute l’Europe, Mariella resserre peu à peu son étau autour de Capri. Mais se mettre en travers des affaires de la camorra peut s’avérer très dangereux. Surtout lorsque l’on réveille les passions enfouies d’une famille mafieuse qui, entre fidélité et trahison, se révèle digne de la tragédie antique.

(Source : Le Passage – Pages : 344 – ISBN : 9782847422856 – Prix : 18,00 €)

L’AVIS DE SOPHIE PEUGNEZ

Optez pour la flagrance Gilda Piersanti : un roman policier raffiné, puissant, envoûtant…

Je suis un tueur en série et vous allez être dans ma tête dans les jours à venir. Vous découvrirez mon talent, ma maitrise, ma passion pour les jeunes filles. Une femme a voulu se dresser sur ma route, vous la connaissez peut-être déjà, elle se nomme Mariella De Luca.

Mariella De Luca c’est une flic qui a vécu pas mal de bouleversements dans sa vie. Elle a collaboré pendant plusieurs années avec le commissaire D’Innocenzo qui l’a pratiquement traité comme sa fille jusqu’à lui laisser l’appartement de son propre fils disparu. Mais suite à de nombreuses enquêtes et à une étroite collaboration avec les forces de l’ordre anglaises, elle a finalement intégré la section italienne Europol : l’EBI. Elle a été suivie par sa coéquipière Silvia Di Santo.

Je choisis toujours mes filles avec beaucoup d’attention. Chaque moment est important afin de pouvoir le revivre quand je le désire. Mon terrain de chasse s’étale sur toute l’Europe, je suis notamment passé par l’Angleterre… Je sais que ma mère m’aimera quoi que je fasse. Tandis que mon père, qui a toujours vécu comme un petit empereur, est aujourd’hui obligé de se cacher dans une grotte, dépendant de la fidélité de son plus proche lieutenant.

Mariella a du collaborer à nouveau avec son homologie anglais Mark Farell : un crime commis à Capri comporte la même signature (et le même ADN) qu’un autre crime commis dans l’Oxfordshire. Mais leurs investigations ne s’arrêtent pas là. Ils sont persuadés que l’auteur des méfaits se nomme Massimo Capone, fils d’un chef de clan très renommé. Mais ce dernier est porté disparu. Il va falloir avancer mais tout en faisant attention à la Gomorra. Il n’est pas certain que les deux enquêteurs aient vu l’ampleur de la menace qui pèse sur leur tête.

Mariella est venue sur mes terres, elle est à Capri. Elle se sent peut-être invincible mais elle ne se rend pas compte combien je suis proche d’elle. Aucun de ses faits et gestes ne m’échappent. Et au jeu du chat et de la souris, je ne pense pas qu’elle gagne…

Gilda Piersanti a réussi un nouveau tour de force. A peine le roman ouvert, je me suis sentie projetée à Capri. J’étais sur place, j’ai pu voir chaque monument, goûter des mets nouveaux, presque sentir le soleil sur ma peau. L’auteur a une telle écriture que l’on vit pleinement le texte. Cela fait des années que je suis les aventures de Mariella et j’ai aimé découvrir les nouvelles étapes dans la vie de cette femme que j’affectionne tout particulièrement. Elle est à un véritable tournant professionnel mais également personnel. Un fantôme l’accompagnait depuis des années et là nous avons les réponses.

J’ai vraiment eu des frissons en lisant ce texte. La Gomorra est très bien décrite. Le lecteur se retrouve pris au piège sur l’ile avec de nombreuses personnes qui sont impliquées. Tout se sait. J’ai eu l’impression d’assister à un spectacle impuissante, j’ai eu envie de crier à Mariella n’y va pas. Mais c’est comme si mes cris se perdaient dans les flots tout proche. Le danger est palpable. Il y a les codes à respecter. Une menace peut-être plus destructrice n’est jamais loin. Il est là, il la guette, il joue avec elle.

La narration à la première personne est très troublante, on se retrouve prisonnier dans la tête d’un tueur en série. Ce personnage est très crédible. Son intelligence fait craindre le pire… et j’avoue j’ai failli éclater en sanglots en lisant cet ouvrage. Au détour d’une page, je me suis exclamée ce n’est pas possible, je suis même revenue en arrière…. Mais Gilda est le véritable démiurge, elle a tous les pouvoirs. Notamment le droit de vie et de mort.

Wonderland était l’amorce de ce récit, tout va crescendo, le rythme, l’intensité… Le viol est un des thèmes de ce diptyque et c’est traité avec beaucoup de pudeur. On a aucun moment je n’ai ressenti le besoin de sauter des lignes, je n’ai pas eu de sentiment de malaise.

J’admirai déjà tous ses autres récits or je trouve qu’elle est encore montée en puissance dans « Le Saut de Tibère ». Tout est vraiment maitrisé, la moindre description, la moindre émotion. De plus, une dimension artistique toujours présente. Non seulement le lecteur savoure un excellent roman policier mais il apprend des pans de l’Histoire et de l’art. C’est toujours très raffiné, une sensualité flotte au fil des pages.

Véritable moment d’évasion et de plaisir littéraire, je vous incite vraiment à faire le saut, que ce soit pour vous ou pour offrir, « Le saut de Tibère » a été un des romans incontournables de la fin année 2013.

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.