Franco MANNARA : Je m’appelle Birdy

Flag-FRANCE
Franco MANNARA - Je appelle Birdy
[amazon asin=2702160727&template=image&title=Je m%27appelle Birdy]
  • Éditions Calmann Levy en mars 2017
  • Editions Livre de Poche le 9 mai 2018
  • Pages : 380
  • ISBN : 9782702160725
  • Prix : 19,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paolo, guitariste dans un groupe de rock underground qui vit à la Goutte-d’or, est dans la mouise : il a emprunté des sous à des caïds de son quartier et n’a aucun moyen de les rembourser, malgré leurs menaces de plus en plus violentes. Heureusement, il trouve un plan en or : faire de la filature pour un détective privé. C’est ainsi que Paolo se retrouve à suivre Birdy, toute jeune femme de milieu aisé qui a tout plaqué pour vivre avec un groupe de squatteurs. Sa famille est très inquiète. Paolo découvre avec stupéfaction que Birdy mène une vie encore plus sombre et destructrice qu’il n’y paraît.

En toile de fond, une crise sanitaire explose. Des douzaines de jeunes meurent en revenant de soirée après avoir consommé une nouvelle pilule bleue qui fait fureur. L’inspecteur Ibanez, gitan d’origine, est chargé de l’enquête. Bientôt, tout le monde s’arrache cette nouvelle drogue, sorte de « roulette russe chimique » qui donne lieu à des fêtes clandestines des plus dérangeantes. Birdy y est mêlée aussi, et Paolo se retrouve à son tour embringué dans un univers de débauche sexuelle insoupçonnable, et dont les manettes s’avèreront tenues par des groupuscules aux idées plus que radicales. Ibanez comprend que Paolo peut l’aider à boucler l’affaire. La mission du musicien prend alors une tout autre allure pour mettre un terme aux ravages d’une drogue qui cible la jeunesse française.

Des bas-fonds de Paris aux salles de répètes, Je m’appelle Birdy offre un voyage choc dans les ténèbres de la nuit parisienne et des circuits fascisants, en imaginant avec lucidité et provocation un scénario aussi haletant qu’effrayant.

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

«Ames sensibles s’abstenir ! »
Si cette accroche a éveillé en moi une envie de lecture et d’être impatient à découvrir ce qui pouvait justifier cette tagline, je me suis quand même méfié, ayant déjà été par le passé, déçu par des 4e de couvertures un peu trop élogieuses de la part des éditeurs… Et malgré le soutien de l’auteur Caryl Ferey qui invitait à lire ce premier roman, j’émettais une petite réserve… Donc méfiance !

Et là, ce fut une agréable surprise ! En effet, pour un premier roman, ce polar de Franco MANNARA, qui oscille entre le gris, le noir et le très sombre et qui nous raconte l’enquête conjointe d’un inspecteur de la criminelle et d’un musicien de rock, reconverti à ses heures perdues en détective amateur pour une agence privée. Une enquête sur le trafic et surtout des morts suspectes, pour des personnes victimes d’une mystérieuse pilule bleue qui semble faire de sérieux ravages parmi la population parisienne, en particulier chez la jeunesse. Une enquête périlleuse et troublante, avec au milieu la présence d’une jeune fille, junkie et sdf, prénommée Birdy. Cette jeune fille, innocente au départ dans cette investigation commune, va se retrouver bien malgré elle aux premières loges.

Un excellent premier roman, avec un savant mélange des genres : on pense un peu aux romans de Virginie Despentes, pour les références musicales et le côté un peu trash de l’ensemble, mélange somptueux de sexe, de drogues et de rock… Et bien sûr, si ce n’est pas le principal du roman, loin de là, on baigne dans un univers très particulier à la lecture de celui-ci. Un scénario en béton, des dialogues et répliques savoureux, des personnages bien charismatiques, pas caricaturaux (bien que l’on pourrait penser le contraire) et surtout bien décrits et bien présents tout au long de ce polar bien sombre. Difficile de ne pas évoquer certaines choses, certaines scènes du roman, qui font sa force, mais ce serait dévoiler l’intrigue et les différentes péripéties de celui-ci.

Donc je ne peux que vous recommander ce premier polar, bien noir, qui comporte il est vrai, quelques scènes un peu choquantes (déviances sexuelles, drogues, morts difficiles…) mais que tout lecteur aguerri à ce type de scènes dans des polars et thrillers plus sombres, saura appréhender avec facilité. Un premier roman efficace, brut dans l’ambiance et dans la lecture. Un talent d’écriture qui ne demande qu’à confirmer avec un prochain ouvrage.

Vivement le prochain je l’avoue. Cet auteur a titillé ma curiosité de lecteur.

 

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

Richard MALKA : Le droit d’emmerder Dieu

Une écriture magnifique sur la liberté de penser et d’être, comprendre que la vie est ce qu’il a de plus beau, de plus important.
Jean-Marc VOLANT
Jean-Marc VOLANT
Passionné et grand lecteur

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.

Oscar LALO : Les contes défaits

Les contes défaits, d'Oscar Lalo, est une lecture que l’on ne pas oublier, qui vous marque la mémoire au fer rouge.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.