Franck THILLIEZ : [ Angor ]

0
2773
France

INFOS ÉDITEUR

Franck THILLIEZ - Angor
Angor (4)

Parution chez Fleuve éditions le 9 Octobre 2014

Parution aux éditions Pocket le 8 octobre 2015

Camille Thibaut, gendarme à Villeneuve-d’Ascq, récemment greffée du coeur, fait un cauchemar récurrent, celui d’une femme séquestrée. Se sachant condamnée, elle décide d’en savoir un peu plus sur le donneur. Franck Sharko mène une enquête sur une femme presque aveugle, retrouvée sous un arbre, qui aurait été enfermée pendant très longtemps. Il remarque qu’il est devancé dans l’affaire.

(Source : Fleuve – Pages : 624 – ISBN : 9782265098695 – Prix : 21,90 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Camille Thibault gendarme dans le Nord de la France fait chaque nuit des cauchemars, à propos d’une femme séquestrée…

Deux employés de l’ONF font une macabre découverte dans un arbre déraciné suite à un violent orage…

Lucie Hennebelle et Franck Sharko sont appelés pour enquêter sur cette horrible découverte, sans se douter que leurs investigations vont se télescoper avec celles menées par la jeune gendarme du Nord.

Après « Puzzle », précédent one-shot de l’auteur lillois (et une petite déception pour ma part) quel plaisir de retrouver nos héros de papier que sont Hennebelle et Sharko, flics au 36, pour une nouvelle enquête trépidante, dont le romancier français a le secret.

Toujours sur une base scientifique très approfondie et documentée (Franck Thilliez ne fait pas les choses au hasard), l’auteur du Nord de la France nous convie cette fois à suivre nos deux flics, devenus depuis peu parents de deux jumeaux, pourchasser de dangereux prédateurs de la pire espèce : ce qui va donner à ce roman, une tension extrême, palpable d’un bout à l’autre des pages tournées, et nous faire frissonner comme il n’y avait pas longtemps : l’auteur (enfin pour ma part) fait un retour au « sanglant », que l’on ne voit pas toujours dans ses thrillers (un autre de ses comparses de la Ligue de l’imaginaire est plus coutumier du fait) en ravivant ma mémoire sur les deux premières enquêtes en solitaire de Sharko, qui furent les premiers romans de l’auteur.

Enquêtant cette fois ci sur un possible trafic d’organes à grande échelle (de l’argentine aux pays de l’Est, et en passant par l’Hexagone) Franck Thilliez fait plonger son lecteur dans l’horreur absolue, l’innommable… Un témoignage ahurissant de la noirceur de l’âme humaine, qui fait frémir car véridique. S’appuyant comme toujours sur des faits divers et autres tragédies historiques, l’auteur mélange vérités et fictions en écrivant une intrigue tortueuse, en donnant du fil à retordre à ses deux enquêteurs et à ceux et celles qui les cotoient. D’ailleurs en parlant des personnages, je ne peux que saluer la performance de l’écrivain qui a mis en exergue certains d’entre eux, faisant presque passer Lucie et Sharko au second plan. Ce fut rien que pour ça, un immense plaisir de lecture de découvrir certains personnages de l’équipe du 36, sous un jour nouveau.

De l’Argentine aux pays de l’Est et aux 4 coins de la France, comme toujours, Franck Thilliez fait balader ses héros (et nous avec, impossible de faire autrement) et avec moult rebondissements, et retournements de situations, nous fait frémir tout au long de ce diabolique thriller. Impossible de ne pas trembler pour nos héros à la fin de certains chapitres. De rebondissements jusqu’à la révélation finale sur ce qui se prépare pour le futur, l’auteur lillois nous a servi un plat de résistance comme il avait su nous concocter pour la précédente enquête de Hennebelle et Sharko (que je vous recommande bien évidemment)

Avec une écriture un peu moins nerveuse, un peu plus adoucie (involontairement ou non, peut être dû à la nouvelle situation familiale de nos héros principaux) Franck Thilliez nous a écrit un roman sans failles (ou presque peut être une fin un tantinet rapide) admirablement construit avec ses chapitres plus ou moins courts ou longs, avec un sens du rythme du tonnerre, qu’il était difficile de lâcher (malgré que j’ai pris mon temps pour le lire, pour bien le savourer)

Sur un sujet toujours d’actualité (les dons d’organes et leur incroyable et monstrueux trafic)et après le syndrome E, GATACA, et Atomka, Franck Thilliez poursuit sa traque de la perversité et de la noirceur de l’Homme à travers les exactions scientifiques de celui ci, qui n’oeuvre malheureusement pas toujours pour le bien de lui-même.

Plongez au COEUR de ce thriller époustouflant…


L’AVIS DE GILLES GOUFFE

Angor

Camille, gendarme, prend son métier très à cœur. Organe qui suite à une transplantation, lui joue des tours, la hante le jour et la nuit. De rejet en cauchemar…qui était son donneur.

Lucie et Franck pouponnent.

Mais lorsque Sharko est appelé sur une enquête de séquestration sordide, difficile de tenir Lucie éloigné très longtemps de l’affaire. L’enquête avance, mais Franck se rencontre qu’à chaque nouvelle avancée…il est devancé par une gendarme.

Un nouvel opus des enquêtes de Lucie et Sharko rythmé, à la limite de l’arythmie. Une plongée au cœur d’un trafic immonde, qui profite de la détresse des plus faibles.

Gilles GOUFFE – Libraire FNAC Italie 2


L’AVIS DE LAURE CHIRON

Annoncé comme le grand retour du duo emblématique Franck Sharko/Lucie Henebelle, après le one shot Puzzle, j’attendais [Angor] avec impatience (et encore, c’est peu dire !). Alors forcément, quand il est arrivé à ma librairie préférée, j’ai immédiatement lâché ma lecture en cours pour le commencer de suite (vieille habitude de tout livrophage qui se respecte à la parution d’un nouveau Thilliez/Sharko/Henebelle).

J’attendais aussi impatiemment une intrigue glauque et brutale, à l’image des précédents opus de la série, bien que nos deux héros se fussent promis d’être plus sages après les évènements dramatiques vécus dans Atom[ka]. Je suis donc partie sur cette idée bille en tête, tout en sachant que l’auteur allait oser le pari d’intégrer un nouveau personnage à l’équipe Sharko, tous déjà bien abimés…

De suite, ce nouveau personnage nous est présenté, son histoire nous est contée, on la perçoit comme une femme tête brûlée et acharnée, qui visiblement n’hésite pas à enfreindre toutes les règles imposées par son grade de gendarme au sein d’une caserne du nord de la France. Ensuite, fondu-enchainé sur la découverte d’une survivante d’un kidnapping odieux, et l’arrivée d’un Sharko sur ses gardes au vu des éléments à sa disposition pour débuter l’enquête (c’est qu’il doit tenir sa promesse !). Un Sharko qui refuse tout d’abord en bloc de trop s’investir pour ne pas y laisser à nouveau des plumes. Là, je me suis sentie « rassurée » quant à la réaction de ce héros que j’aime beaucoup. Sage, d’accord, mais pas trop non plus !

Très vite, le lien entre l’enquête de Camille Thibault et celle de Sharko se fait, Lucie Henebelle s’en mêle, au mépris de son congé maternité qui n’est pas fini, et me voilà partie dans un texte qui me faisait saliver d’avance.

Comme à son habitude, Franck Thilliez nous livre un récit extrêmement bien documenté, axé sur les greffes d’organes et ses procédures. Jusque-là rien d’étonnant, il est coutumier du fait et d’habitude j’aime ça. Mais dans [Angor], il pousse le détail beaucoup trop loin, nous noie dans une multitude d’explications scientifiques chargées de termes médicaux barbares…

Trop de détails tuent les détails, ça rend le récit lourd et indigeste. De ce fait, l’intrigue en elle-même le devient aussi, hachurée comme elle est par des considérations médico-psychologiques qui, à mon sens, n’ont pas leur place dans tout ce méli-mélo qui aurait pu faire une enquête palpitante.

[…]

– L’intervention a été longue, difficile. Fractures multiples, hémorragies… Le plus difficile était au niveau de la tête. On a pu évacuer un hématome extra-dural provoqué par le choc. Cet hématome s’était constitué entre la table interne osseuse et la dure-mère, suite à la lésion de l’artère méningée moyenne.

[…]

Ah. Merci pour le cours d’anatomie crânienne, même si je n’ai rien compris…

Du côté personnages de l’histoire, Sharko et Henebelle passent au second plan dans ces longues 620 pages, au bénéfice de ce nouveau personnage qu’est Camille, ainsi que sur un autre membre de l’équipe de Nicolas Bellanger, chef de file de ce groupe auquel nous sommes habitués. C’est dommage, et même si ça semble ouvrir une porte vers un nouveau duo d’enquêteurs, qui pourraient à leur tour devenir récurrents dans la bibliographie de Franck Thilliez, je suis déçue de ne pas avoir eu plus d’informations sur Sharko et Henebelle à me mettre sur la rétine. Sharko quasiment inexistant, perdu dans la pampa argentine, et Henebelle qui fait des boulettes peu crédibles quand on la connaît bien.

Globalement, je suis déçue de cet opus, l’écriture nerveuse habituelle de l’auteur m’a manqué. A l’image de Maxime Chattam, qui a du mal à me faire aimer le nouveau personnage de son diptyque, j’ai été agacée par cette incursion de Camille Thibault (son fatalisme m’énerve), qui a pris beaucoup trop de place à mon goût. J’aurais préféré qu’elle fasse son apparition dans une autre série que cette suite tant attendue… On peut encore espérer un opus totalement centré sur nos fauteurs de troubles préférés ?


L’AVIS DE LEA D.

J’ai enfin eu l’occasion de me plonger dans les dernières aventures de Franck Sharko et Lucie Hennebelle !

Angor nous introduit un nouveau personnage, en la personne de Camille Thibault, gendarme de son état. Malade et récemment greffé du cœur, elle tient quand même à assurer son travail et à être aussi active qu’elle le peut. Saut qu’un rêve mystérieux et une interrogation obsédante la mine : elle rêve d’une femme séquestrée qui l’appelle au secours, et elle aimerait plus que tout savoir qui est la personne qui lui a donné son cœur.

Dans le même temps, Franck Sharko est appelé : une femme séquestré a été retrouvée. Il va se lancer dans cette enquête, avec à la fois cette curiosité du terrain mais surtout l’envie de continuer sa vie de famille.

Car oui, Sharko et Lucie sont parents, de deux petits jumeaux ! Pour ces deux cabossés de la vie, c’est à la fois un sentiment grisant mais aussi terrifiant de se retrouver parents une nouvelle fois. De son côté, Lucie, même si elle aime être une mère, elle meurt d’envie de retourner sur le terrain, peu importe le prix. Sharko aimerait bien la voir plus raisonnable, moins investie, mais autant raisonner une mule : la jeune femme est bien décidée à assouvir ses frissons et sa demande d’adrénaline.

Franck Thilliez nous livre avec Angor une nouvelle enquête de Sharko et Lucie, ses deux personnages phares et très aimés du public. On ne peut que s’attacher à eux et nous toujours envie qu’ils s’en sortent, malgré un auteur sadique qui adore les malmener ! Un auteur qui a quand même eu la gentillesse de leur accorder un moment de répit. Malgré une nouvelle enquête horrible, nos deux tourteaux sont quand même moins pris à parti que dans les tomes précédents, qui avaient mis nos nerfs à rude épreuve. On les voit ici en parents, peut-être stressés, mais heureux. Bien sûr, ils n’oublieront jamais leurs familles précédentes, mais ils ont enfin l’occasion d’avoir un peu de ce bonheur qu’ils méritent.

Auteur plus que passionnant, Franck Thilliez nous ouvre des portes scientifique à chaque livre et, dans Angor, c’est au tour des greffes et autres aspects similaires d’ouvrir la danse. Toujours aussi bien documenté, c’est de nouveau l’occasion de pénétrer dans un monde que l’on connaissait peu tut en étant tenu perpétuellement en haleine, de rebondissement en coup de cœur.

J’ai été souvent soufflée, comme d’habitude et j’en redemande ! Le seul point qui m’a d’abord un peu freiné est cette immersion dans certains lieux, là où toutes les perversions humaines se rencontrent, pour acheter et vendre. J’ai été freiné car ça me rappelait autre chose, sans savoir quoi… Avant de faire un parallèle avec In Tenebris, le tome 2 de La Trilogie du Mal, de Maxime Chattam ! Passé les premières interrogations, ce clin d’œil entre gentlemans de La Ligue de l’Imaginaire m’a fait sourire ! Et aussi frissonner, il faut bien le dire… Car l’un et l’autre sont décidément maîtres dans l’art de nous faire frissonner !

Bonne lecture !


L’AVIS DE MURIEL LEROY

Je ne peux pas dire si j’ai aimé ou non son livre ! Au départ, je l’ai trouvé plutôt pas mal mais avec le recul le négatif l’a emporté ! Je reconnais que ses livres restent attractifs, que l’on entre très facilement dans l’histoire mais à la fin reste malgré tout un sentiment de déjà-vu!

C’est un livre avec un fond très intéressant sur les dons d’organes et le trafic qui s’y rapporte

F .Thilliez fait là une étude intéressante sur ce qu’est un don d’organes mêlant divers points de vue scientifiques certains très rationnels d’autres moins et nous amène à nous interroger sur ce don, ce que nous n’osons pas véritablement aborder en famille : donner ses organes à notre mort qui ne prête pas à conséquence pour soi et qui pourrait sauver des vies, mais tellement dur à envisager pour les proches! Il montre par ce biais l’importance de le dire car la mort frappe n’importe quand! Les médecins, sans un accord préalable, ne peuvent prélever les organes, condamnant par la même occasion une personne.

Parallèlement à cela il soulève un autre point de vue tout aussi crucial, le trafic qui en ressort !

Sans entrer dans les détails pour ne pas trop en dévoiler, nous voyons bien que l’auteur s’est documenté sur le sujet et rien est laissé au hasard, il pointe aussi du doigt le pouvoir de l’argent sur la vie. La mort ne frappe pas de la même façon les riches et les pauvres !

Les aspects négatifs maintenant : la quête du mal absolu, quête de Sharko et Hennebelle tout au long de leurs aventures passées et à venir, peut-être, du moins jusqu’à Pandémia… L’idée des 3 cercles, à mon sens, n’est pas viable car elle part du postulat qu’il y a un être qui dirige tout (dans le petit cercle), d’où découlerait les autres « mal » avec une hiérarchie du moins pire au pire…

Peut-on parler de mal absolu sans parler de son contraire le bien absolu ? L’être humain n’est-il pas paré des deux, sinon ce serait trop simple ! Cela sous entendrait que nous mettons l’être humain dans des cases, des stéréotypes. Nous pouvons aussi faire un parallélisme du discours religieux avec Dieu et le Diable, sous couvert de recherches scientifiques pour tenter d’expliquer l’origine du Mal ! Or, l’être humain est paré de contradictions ! Il peut faire le bien et le mal c’est ça qui le qualifie… Il peut aussi partir en quête de perfection mais cela restera subjectif.

Deuxième petite incohérence ou devrai je dire coquille de la maison d’éditions : le portable ! Sharko est retenu captif en Argentine, son portable est détruit par ses geôliers mais une fois libéré après moult péripéties dans la voiture, il appelle son chef avec….son portable ! Mais bon là j’avoue, je chipote !

Quant à Sharko et Hennebelle, personnages récurrents de Franck THILLIEZ, ils ont leurs limites même s’ils sont attachants par ailleurs, j’aimerais bien qu’il change un peu et en crée d’autres pour passer à autre chose. Cela s’essouffle légèrement… je sais que les fans ne seront pas forcément d’accord avec moi, car ses livres là sont malgré tout d’un niveau supérieur aux one shot, du moins ce sont ceux que je préfère.

J’ose espérer que l’arrivée de Camille dans ce livre permettra de donner un second souffle tout en faisant peu à peu disparaître Sharko, il est devenu un Superhéros et n’est alors plus du tout crédible en flic ! J’attends mieux de Franck Thilliez, car c’est un auteur qui a un vrai talent, qui sait écrire, tenir en haleine les lecteurs et se documente vraiment sur son sujet ce que d’autres ne font pas et ça se ressent ! Cette chronique n’est pas à charge car j’aimais vraiment l’auteur à ses débuts mais là je commence je le reconnais à être sérieusement lassée et à me diriger vers de nouveaux auteurs qui apportent un autre souffle et de la nouveauté….Alors Franck pour tous les fans comme moi pensez à ceux qui se lassent et changez vos personnages tout en continuant à aussi bien travailler vos thèmes !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici