Mickaël KOUDERO : La faim et la soif

0
61
France
Mickael KOUDERO - La faim et la soi-
-
  • Éditions Hugo & Cie le 7 février 2019
  • Pages : 525
  • ISBN : 9782755640663
  • Prix : 19,95 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Paris, juin 2015. Dans un appartement aux allures de chapelle, une jeune femme s’est tailladé les veines. Avant de commettre l’irréparable, elle a cherché à s’arracher les yeux. Plus étrange encore, ces liasses de feuilles froissées sur lesquelles elle a griffonné le même nom : Nosferatu. Un mot roumain qui renvoie aux non-morts, aux vampires et au Diable.

Ancien journaliste d’investigation, Raphaël Bertignac fait le lien avec la découverte dans un parking en construction, quelques mois plus tôt, du corps d’un jeune Roumain sans papiers. Vidé de son sang. À moitié dévoré. Les organes arrachés. Deux affaires en apparence distinctes. Et pourtant…

Cannibale, Diable, organes… des mots aux sonorités animales qui poussent Raphaël à mener l’enquête à Paris, à Prague et jusqu’au tréfonds de la Roumanie. Dans ces territoires interdits où il comprendra que sous les cendres de la révolution de 1989 et la chute de Ceaușescu, une menace est née. Intime. Cannibale. Sauvage. La faim et la soif.

L’AVIS DE YANNICK P.

Quelle excellente surprise. Un vrai bon thriller mainstream comme Hugo & Cie savent les dénicher.

Très bien construit, un scénario léché, chargé de ce qu’il faut de descriptions et sans aucun temps mort, ce pavé de 540 pages met en scène Raphaël, Bertignac, ancien journaliste d’investigation. Il mènera son enquête à Paris, à Prague, et jusqu’aux tréfonds de la Roumanie.

Une ombre d’histoire, la Securitate de Ceaușescu qui nous renvoie en décembre 1989 en Roumanie, et un voile entre-ouvert, à Paris, juin 2015 à travers un nom laissé sur des feuillets par une femme qui avant de se donner la mort, s’est énucléée. Nosferatu, un nom roumain pour dire non-mort. Delà commence la descente vers les enfers de Raphaël, à travers les bas fonds et des pays de l’Est abandonnés après des révolutions hâtives.

Sans aucun doute, beaucoup y verront une trace de Chattam et de Grangé (du temps où le 1er faisait de très bons thrillers, le 2nd m’ayant surpris pour le meilleur ces derniers temps). Avide de vérité, Raphaël porte sa propre blessure.

Les phrases courtes de Mickaël Koudero confèrent une vivacité plaisante alors que les thèmes évoqués font froid dans le dos. La folie, les trafics, la pauvreté, les effets d’un totalitarisme. C’est avec un véritable engouement que l’on suit Raphaël et les rares personnages. Octavian, Antarès, Valérie, Pierre ou Daian, aucun ne capte la lumière.

La Faim et la Soif, est un réel thriller sombre qui sans être étouffant, malgré des scènes sanglantes, glace le lecteur en une lecture tendue et décochée d’un trait.

Partagez votre lecture dans les commentaires !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici