Eric DUPUIS : Le clan

« Un polar de très bonne facture, qui prouve que Eric Dupuis au fil de ses romans gagne ses galon d’auteur de romans policiers »

Eric DUPUIS - Le clan
[amazon asin=2350689670&template=image&title=-]

Présentation Éditeur

Le braquage du dépôt de la banque de France par un commando, provoque l’émoi dans le département du Pas-de-Calais. Membres d’un clan, ces hors-la-loi sévissent depuis des décennies sans qu’aucun service de police n’ait réussi à les stopper. Accompagnée de son adjoint Kaczmarek, la capitaine Bordas déclenche une traque à travers le pays, direction le Sud, mais perd leurs traces au viaduc de Millau. Sur le point d’abandonner, elle les « raccroche » en Catalogne… Magnifique région des Pyrénées-Orientales, propice aux retrouvailles, puisque le major croisera la route de ses anciens comparses, le détective privé Jean Dreux en planque près de la frontière Espagnole, et le capitaine Carpalès, en charge d’une enquête de meurtres dans le Vallespir…

Origine Flag-FRANCE
Éditions Cairn
Date 31 mars 2021
Pages 448
ISBN 9782350689678
Prix 12,50 €

L'avis de Stanislas Petrosky

Cet opus est à mes yeux l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur roman que Dupuis n’est jamais écrit. Il a su créer une galerie de personnage fort intéressante, des anciens flics et militaires qui forme un clan, une famille de braqueurs qui ne font pas dans la dentelle.

Mais derrière ce polar sous testostérone qui ne te laisse pas une seule seconde de répit, se cache un problème de société dont on parle malheureusement trop peu, le stress post-traumatique des militaires d’élite…

Comment, quand un état a appris à tuer à un homme peut-il revenir à une vie civile normale ? Oh ça ne date pas d’aujourd’hui hein, regarde un peu la vie de Mesrine, comment il est devenu le Grand, l’ennemi public N°1 au retour de la guerre d’Algérie.

On fabrique des tueurs et on les relâche dans la nature comme ça, du jour au lendemain, comment tu veux qu’il n’y ait pas de dommages collatéraux ?

Bien sûr, en aucun cas Éric ne cherche à excuser les crimes et délits commis par ce clan, faut pas déconner non plus, le gus a été poulet toute sa vie !

Un polar de très bonne facture, qui prouve que Dupuis au fil de ses romans gagne ses galon d’auteur de romans policiers incontournable…

Partagez votre lecture dans les commentaires !

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Stanislas PETROSKY
Stanislas PETROSKY
Après avoir passé 30 ans à préserver les corps des défunts, Stanislas Petrosky est aujourd'hui enseignant en thanatopraxie dans un centre de formation spécialisé. Auteur de nombreux ouvrages, il débute aujourd'hui une série autour de l'une de ses passions, l'anthropologie criminel et ses fondateurs. Prenant pour base de véritables affaires traitée par le professeur Alexandre Lacassagne, Stanislas Petrosky plonge avec érudition dans ce monde si particulier qu'est le monde du crime au tournant du XIXe siècle.

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.