David LASSALLE : Mauvaises ondes

0
69
France

INFOS ÉDITEUR

David LASSALLE - Mauvaises ondes
Mauvaises Ondes…

Parution aux éditions Brumerge en mars 2012

Alors qu’un conducteur perd le contrôle de son véhicule, un mariage dérape complètement. La folie meurtrière rôde pendant qu’un décès a lieu dans un cimetière. Un avion de ligne a maille à partir avec l’armée, et une autopsie débute alors que le sujet semble vivant… Vos nerfs résisteront-ils à la pression ?

Ce ne sont là que certaines des réjouissances présentes dans ce recueil.  Un éventail de nouvelles aux saveurs variées. Un détonnant mélange des genres, abordant les phobies et la maladie, en passant par le scénario catastrophe, la religion, le meurtre et la prise d’otage…

(Source : Brumerge – Pages : 178 – ISBN : 9782917745410 – Prix : 16,50 €)

L’AVIS DE LAURE CHIRON

Quand on n’a pas excessivement de temps pour lire, ou qu’on a tout simplement envie de faire une pause évasion pendant l’heure du déjeuner, le meilleur moyen d’y arriver est de lire un recueil de nouvelles. Cela permet d’allier plaisir et détente, sans l’inconvénient des regrets ou de la frustration en refermant un livre qui vous captive.

Ca, c’est ce que je pensais en commençant la lecture de Mauvaises ondes, de David Lassalle. Le lâcher parce qu’il faut retourner travailler ou éteindre la lumière parce qu’il est déjà tard ? Oubliez cette idée tout de suite… Ce livre, j’ai commencé à le lire un soir où la journée avait été particulièrement chargée, en me disant que s’agissant de nouvelles, ce serait facile de refermer le livre à la fin de l’une d’elles. Vous devinez la suite aisément avec le début de cet avis : 119 pages englouties en une seule fois. Autant vous dire que je n’étais pas fraîche le lendemain matin.

Je me suis régalée à lire ce recueil contenant des nouvelles à la fois succulentes et truculentes, tordues et inattendues pour la plupart d’entre elles. Seize nouvelles très courtes, au cours desquelles un événement inattendu, parfois bizarre voire même mortel tombe sur le coin du nez des personnages, auxquels on n’a pas le temps de s’attacher (et quelque part, c’est tant mieux ! Les pauvres…). Seize nouvelles dans lesquelles l’auteur, faisant preuve d’un sadisme et d’un machiavélisme sans bornes pour ses personnages, joue avec vos peurs, vos phobies ou vos angoisses.

D’ailleurs, pour l’une d’entre elles (Valse à mille-pattes), j’ai réellement détesté David pour m’avoir plongée involontairement dans ma phobie jusqu’à ce jour invaincue, et qui ne l’est pas plus après la lecture de celle ci. C’est la seule du recueil que je n’ai pas pu finir de lire, bien que je sois allée suffisamment loin pour, dans les jours qui ont suivi, faire un bond de 10 mètres de haut à chaque fois que mon regard croisait ce qui aurait très bien pu être une de ces bestioles que je hais tant. L’auteur, pour le coup, a fini de me traumatiser à vie : cette phobie, je ne suis pas prête de la vaincre !

Avec une plume qui lui est bien particulière, David Lassalle réussit avec brio à faire monter l’adrénaline dans vos veines, faire faire des bonds à votre cœur en maltraitant autant qu’il le peut ses pauvres personnages qui n’ont rien demandé à personne, tout en vous communiquant une angoisse certaine, qui vous poussera ensuite à devenir paranoïaques… Ou presque !

Futurs lecteurs de ce recueil (parce que vous devez absolument lire cette perle du polar), vous êtes maintenant prévenus : vous avez affaire à un auteur dont le sadisme et le machiavélisme n’est pas seulement destinés aux protagonistes de ses nouvelles… Il ne vous épargnera pas plus qu’eux !

Sponsor

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.