David KHARA : Une nuit éternelle

0
419
Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

david khara-une-nuit-eternelle

Parution aux éditions Fleuve Noir le 13 novembre

Parution aux édition 10/18 le 5 novembre 2015

Barry Donovan, flic new-yorkais, a pour meilleur ami et désormais seule famille Werner von Lowinsky. Un homme pas comme les autres, qui n’en est plus vraiment un, du reste. Transformé en vampire en pleine guerre de Sécession, Werner a plus de 200 ans.

Il a pris pour habitude d’aider son ami à résoudre ses enquêtes et il est vrai qu’on ne peut pas rêver meilleur coéquipier qu’une créature capable de se transformer, d’hypnotiser, de défendre… Sauf que ses méthodes peu réglementaires ne sont pas toujours appréciées par la hiérarchie de Barry. C’est pourquoi ce dernier a préféré demander à Werner de rester en dehors de la nouvelle enquête qui l’occupe.

D’autant que l’affaire est extrêment sensible. Un pasteur noir et son fils viennent d’être retrouvés assassinés dans des conditions abominable, égorgés, et la main gauche tranchée. Qui peut être à l’origine d’un crime rituel aussi barbare ? Qui, à part des monstres de l’espèce de Werner lui même… ?

(Source : Fleuve Noir – Pages : 306 – ISBN : 9782265097773 – Prix : 18,90 €)

L’AVIS DE JEAN-MARC VOLANT

Retrouvailles avec grand plaisir des deux personnages principaux de cette nouvelle saga de l’auteur rennais (oui il y a de quoi être fier d’avoir un aussi bon romancier dans sa ville d’habititation). Une nouvelle saga entamée avec le premier volume intitulé « Les Vestiges de l’aube » publié il y a des quelques années et qui appelait forcément une suite à la rencontre improbable (de prime abord) entre un flic, ayant vécu les tragiques événements du 11 septembre 2001 et un étrange vieux monsieur prénommé Werner dont la nature véritable sera révélée au cours de leurs premières aventures communes. Cette suite, sortie récemment en librairie, se nomme « Une nuit éternelle » : un titre révélateur et qui nous donnera la clé pour comprendre un peu les origines d’un des deux personnages.

Après lui avoir sauvé la vie quelques mois plus tôt, Werner, toujours épris d’une grande amitié réciproque avec le lieutenant Barry Donovan va une nouvelle fois se retrouver aux côtés de l’officier des forces de l’ordre pour dénouer une affaire de meurtre assez étrange : un pasteur et un jeune enfant violemment assassinés. On a prélevé la main gauche du pasteur ? Pourquoi ? On trouve vite un suspect, que le Lieutenant Donovan connait bien mais celui ci sent que quelque chose cloche dans cette affaire, qui n’est décidément une enquête comme les autres.

Et il y a de quoi… En marge de cette enquête, en grand secret, des hommes au passé plus que mystérieux fomentent une terrible machination. Et Werner n’y est pas étranger.

On prend les mêmes et on recommence : David Khara (déjà auteur de la formidable trilogie des « Projets », que je vous recommande fortement) reprend pour notre plus grand plaisir les personnages de Barry Donovan et du mystérieux Werner, en écrivant la suite de leur amitié entamée dans « Les Vestiges de l’aube ».

Une enquête qui démarre sur les chapeaux de roues, et qui prend une orientation originale, à laquelle je ne pensais pas du tout (ou du moins pas avec une place si importante au sein du récit) à savoir une tournure ésotérique avec l’évocation d’une organisation militaire et emplie de mystères. Il suffit de regarder la couverture du roman et on devine un peu de quoi l’auteur veut nous parler en partie…

En partie seulement évidemment car ce second roman reste dans la veine du premier tome : un policier matiné de fantastique avec le personnage de Werner qui au tout du long de l’histoire fait usage de ses pouvoirs étranges (davantage utilisés dans le premier volume de leurs aventures) même si celui ci a fait la promesse de les utiliser modérément cette fois ci. Et le fantastique reste bien présent dans ce roman avec une partie de l’histoire qui nous raconte le mystérieux passé d’un ordre composé de mages aux pouvoirs extraordinaires. Un côté extraordinaire qui apportera du grain à moudre à Barry Donovan et à son équipe de flics lors de son enquête.

Comme à l’habitude, l’auteur rennais nous fait profiter de sa belle plume, alerte, puissante et nous fait voyager dans ses lignes, en composant un savant mélange bien dosé de scènes d’action et autres plus dialoguées. De bons et beaux personnages viennent combler de bonne manière ce deuxième tome (que ce soient les gentils ou les méchants) et on prend plaisir à les suivre. Dans ce mélange policier/fantastique, David Khara n’en oublie pas moins le côté humain de ces personnages principaux avec l’amitité fortement réciproque de Barry et Werner, toujours prêt à défendre la vie de l’un comme de l’autre.

Dans ce roman, grâce à l’histoire racontée, on en apprend un peu plus sur le passé de Werner, et en tant que lecteur, on est gâté au niveau des révélations, toutes surprenantes les unes que les autres.

Un roman qui, une fois fini, s’avère être trop court : on aurait aimé rester à Manhattan évidemment…

Vous l’aurez compris, l’histoire n’est pas finie et pour ma part, je ne désire qu’une chose : retrouver très vite nos deux héros, si attachants dans leurs aventures fantastiques !

Advertisement
Passionné et grand lecteur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.