Clara SANCHEZ : Entre dans ma vie

0
310
Espagne

Clara SANCHEZ s’est inspirée d’un scandale d’État qui a profondément marqué la société espagnole : le drame des enfants enlevés dans les maternités

INFOS ÉDITEUR

Entre dans ma vie - clara sanchez

Parution aux éditions Marabout en janvier 2014

Parution aux éditions Livre de Poche en janvier 2015

Traduit par Louise ADENIS

À 10 ans, Verónica, enfant discrète et indépendante, découvre dans l’armoire de ses parents la photo d’une petite fille inconnue. Au dos, un prénom : Laura. Elle est aussitôt persuadée que l’atmosphère oppressante de la maison familiale et la mélancolie profonde de sa mère, Betty, sont liées à la fillette. Cependant, la peur de réveiller des démons empêche d’abord Verónica de poser des questions à ses parents. Ce n’est que des années plus tard, lorsque Betty tombe malade, que Verónica oblige son père à lui parler de Laura. Les révélations qu’il lui fait vont bouleverser sa vie…

Pour Entre dans ma vie, Clara SANCHEZ s’est inspirée d’un scandale d’État qui a profondément marqué la société espagnole, encore brûlant d’actualité : le drame des enfants enlevés dans les maternités des années 1950 aux années 1980.

(Source : Livre de Poche – Pages : 600 – ISBN : 9782253184331 – Prix : 8,10 €)

L’AVIS DE HÉLÈNE B.

Si Veronica n’avait pas surpris sa mère montrant la photo d’une petite fille à son amie Ana, jamais elle n’aurait compris la tragédie qu’ont vécu ses parents (et surtout sa mère) à la naissance de leur premier enfant. Cette tragédie pour beaucoup de parents est en fait un très gros scandale qu’a connu l’Espagne dans les années 70/80. Des enfants furent déclarés morts à la naissance, puis vendus à des couples. Les parents biologiques repartaient donc sans leur bébé le croyant décédé. Il suffit de faire quelques recherches sur le net pour découvrir l’ampleur de ce pan négatif de l’histoire espagnole.

Ainsi, le roman de Clara SANCHEZ raconte la quête de Veronica pour retrouver sa sœur aînée Laura, quête qu’avait entreprise sa mère auparavant. La jeune fille arrivera tout doucement à assembler toutes les pièces du puzzle. Elle ira de surprise en surprise et ses recherches la mèneront jusqu’aux responsables de ces actes et à leurs complices. On apprend avec stupéfaction que les autorités religieuses, les médecins et sages-femmes avaient créé un véritable réseau pour mener à bien ces fausses adoptions.

J’ai beaucoup aimé ce roman malgré beaucoup de longueurs au début. J’ai effectivement trouvé le début très lent, il apporte certes les éléments nécessaires  et met l’accent sur la détresse maternelle et les répercussions de cette détresse sur Veronica. Cependant, le reste du roman est passionnant et cette fois très bien rythmé. Les découvertes s’enchaînent, les situations deviennent périlleuses et parfois dangereuses pour Veronica et sa famille.

Les personnages de Clara SANCHEZ sont très riches, Veronica tout d’abord, l’héroïne de ce roman, dirons-nous, s’oppose au final à sa sœur aînée Laura. Convaincu et convaincante, entreprenante et efficace,  elle, n’hésite pas à faire tout ce qu’il faut pour savoir, avec ce regard bienveillant et permanent pour sa mère. Laura c’est l’aveugle auquel on aurait rendu la vue… Jeune fille éduquée par deux femmes et surtout par sa « fausse  grand-mère », elle a peu de liberté et n’a aucun répondant. Elle a besoin de temps pour se faire à l’idée malsaine d’avoir été vendue et va devoir regarder l’avenir avec d’autres yeux. C’est une jeune fille  fragile que Veronica prend sous son aile.

Veronica nous entraîne dans ce scandale terrifiant qui a donc secoué l’Espagne, je regrette que la fin du roman n’ait pas abordé les éventuelles poursuites judiciaires de la famille de Veronica.

Advertisement
Lectrice qui voyage des grands classiques au roman policier en passant par les auteurs russes et nordiques que j'affectionne particulièrement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.