Claire FAVAN : Dompteur d’ange

1
932
France
Claire FAVAN - Dompteur ange
-
  • Éditions Robert Laffont le 16 février 2017
  • Parution aux éditions Pocket le 22 février 2018
  • Pages : 448
  • ISBN : 9782266279888
  • Prix : 7,90 €

PRÉSENTATION ÉDITEUR

Parution aux éditions Robert Laffont en février 2017

On ne choisit pas sa famille. Encore moins celle de son ravisseur…

Condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis, Max Ender a été jeté en pâture à ses codétenus par ceux-là mêmes censés assurer l’ordre et la discipline au sein de la prison. Lorsqu’il est reconnu innocent et libéré, ce n’est plus le même homme. Il n’a désormais plus qu’une seule idée en tête : se venger de cette société qu’il hait par-dessus tout.

Pour frapper ses bourreaux au coeur, il va enlever leurs enfants et, méthodiquement, au fil des ans, faire de ces petits anges des bêtes féroces avant de les envoyer punir ses tortionnaires à sa place. Tout se déroulera selon ses plans jusqu’à ce qu’une de ses créatures lui échappe et disparaisse dans la nature…

L’AVIS DE LEA D.

Merci à Robert Laffont !

Max Ender n’est qu’un jeune adulte lorsqu’il est accusé d’avoir tué et violé l’un de ses amis, un fils de bonne famille. Il n’en faut pas plus pour le jeune homme de se retrouver précipité en prison, où il sera battu, harcelé, violé… Finalement libéré, c’est un homme nouveau qui regagne la société. Un homme qui est bien décidé à se venger de la société, mais aussi de tout ces hommes qui l’ont mit en prison.

Pour ce faire, il décide de frapper là où ça fait ma : par les enfants. Max va enlever quelques enfants, soigneusement choisis, et va les « dresser » pour ensuite les envoyer en mission. Vols et cambriolages, puis coups et meurtres…

Si au début nous suivons seulement Max, nous allons ensuite passer à Cameron, définitivement mon personnage préféré ! Nous allons d’abord voir Cameron comme un des enfants enlevés par Max, pour voir ensuite sa vie en tant qu’adulte. Je ne veux pas en dire trop pour vous laisser le plaisir de la lecture, mais disons que Cameron a réussit à grandir en s’affranchissant d’une certaine mesure de son passé, il est devenu quelqu’un de bien, et qui tente de faire les choses différemment alors que l’éducation de Max a laissé de profondes séquelles…

Claire Favan s’est imposée depuis quelques années sur la scène du polar français… Et j’avoue n’avoir lu que Serre-moi fort et Dompteur d’anges ! (Mais Apnée noire m’attend bien sagement dans ma PAL.) Malgré mon peu d’expérience des écrits de Claire Favan, je ne peux que vous encourager à la découvrir !

Rien que Dompteurs d’anges est une expérience de lecture tout à fait exceptionnelle : on part d’une intrigue simple, celle d’un homme voulant se venger des torts qui lui sont fait. Et pour cela, il n’hésite pas à employer des enfants. Même si les enfants tueurs existent, la société en parle très peu. Les cas qui existent ne sont pas très connus (à ma connaissance du moins) et j’ai lu assez peu de romans employant cet réalité… Donc, avec cette histoire, on va non seulement s’interroger sur la notion de culpabilité (qu’aurions-nous fait si nous nous étions retrouvés dans la position de Max ou dans celle des hommes qui l’ont condamnés ?) ; on va également se questionner sur les capacités des enfants à commettre des atrocités, si ils y sont forcés ou n’ont pas d’autres choix. Les thèmes de Dompteurs d’anges sont donc particulièrement frappants, mais le style et l’écriture de Claire Favan font toute la différence. On est amenés à se pencher sur la psychologie des personnages, et j’avoue avoir souvent eu mal pour Max, spécialement lorsqu’il est en prison, mais également à le comprendre et presque à le soutenir dans son histoire de vengeance… Mais le fait d’avoir utilisé des enfants est quand même une ligne à ne pas franchir, même si c’est diaboliquement efficace ! Du côté de Cameron, on s’attache aussi nécessairement à lui. Certes, il a commis des atrocités, c’est une victime autant qu’un coupable, mais comment un enfant élevé dans ces conditions peut-il avoir le recul nécessaire pour comprendre ses actes ?

Il y a tellement de choses à dire sur Dompteurs d’anges mais je ne tiens pas à dévoiler trop de l’intrigue ou ruiner des moments clés ! Je dirais simplement que c’est un récit très noir, très sombre, souvent violent – que ce soit psychologiquement ou physiquement. Les personnages sont très fouillés, très complexe, même si – comme d’habitude – je n’aurais pas été contre quelques pages en plus pour les approfondir encore davantage ! L’histoire est très bien construite, haletante, et si addictive que le livre ne m’a tenu qu’une seule journée.

Pour finir, je conseillerais simplement de foncer découvrir les œuvres de Claire Favan, et surtout de lire absolument Dompteurs d’anges !

L’AVIS DE MURIEL LEROY

Qu’en dire ?

Difficile de trouver les mots pour exprimer mon ressenti !

Je ne peux pas dire là que j’ai été très enthousiasmée à la lecture de ce livre, que je trouve moins bon que les précédents… Il faut dire que Claire FAVAN nous a habitués à travailler beaucoup mieux ses autres romans…

Le début commençait fort, l’auteure était d’un machiavélisme redoutable, puis tout retombe… Beaucoup d’invraisemblances dans ce récit, le formatage est simplifié ainsi que l’aspect psychologique du récit, et les personnages peu travaillés surtout Cameron !

Entrer dans l’histoire a été difficile je n’y ai pas vraiment cru, d’autant que les sauts dans le temps restent totalement inexpliqués… Le passage de l’enfance martyre à la réadaptation dans la société est passé sous silence total et on fait là un bond de vingt ans non négligeable…

Qu’en est-t’-il de l’obsession de Max pour sa vengeance ? Créer des monstres pour mieux voir les parents souffrir, sauf qu’on ne voit rien, gênant !

Je me suis crue dans les séries tv tels que Dexter ou esprits criminels sauf que la mayonnaise n’a pas pris du tout…

En conclusion je dirais donc que, c’est un livre de divertissement sans plus, et à condition seulement de ne pas chercher un minimum de vraisemblance, car il se lit malgré tous ces gros bémols assez facilement. Cameron reste attachant et inquiétant, malgré sa zone d’ombre involontaire, citée plus haut, quant au personnage de Max il est à la fois attachant et détestable… Ce qui dénote bien que l’être humain, poussé à bout, peut avoir une part de noirceur, qui peut surgir quand les limites sont franchies !


L’AVIS DE YANNICK P.

Dompteur d’Anges est un thriller de Claire Favan. Pas de doute, un coup d’œil rapide et on voit que de nombreuses critiques sont présentes sur le net. Le pitch, pour faire rapide, Max est envoyé en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Il en ressort broyé, remplis de haine et assoiffé de vengeance. Un plan machiavélique se met en place.

Un roman de Claire, c’est comme une nouvelle boite d’un artisan chocolatier. Si on sait à peut près ce que l’on va y trouver, la 1ère bouchée étonne et crée l’addiction et la suite est en général un enchainement de surprises.

Dompteur d’Anges ne déroge pas à la règle. C’est un boulet en 2 parties (je laisse la 3ème de côté), qui couvre une vingtaine d’années. C’est efficace, ça claque.

La 1ère partie dessine une grande violence. Le lecteur se trouve dans l’obligation de faire preuve d’empathie pour celui qu’il va devoir détester. C’est à travers le visage tailladé de Max, la victime que la machine infernale de la Favan se met en route. Elle secoue le thriller psychologique et le lecteur en prime. C’est intense. Puis – elle est douée la dame – on vire dans la 2ème . Max, le bourreau et ses choses. Max et sa haine, son emprise sur ses jeunes pantins, ses enfants tueurs. Le roman perd en crédibilité, ce que le lecteur gagne en frénésie. La vie de Cameron est prétexte à tous les rebondissements. Sa vie affreuse donne naissance à de fausses pistes, à des variations où se coulent des intrigues sanglantes.

Reste la 3ème partie, un poil téléphoné, mais si plaisante et perverse à lire.

Une fois encore, Claire, prouve que derrière un sourire peut se cacher un esprit diablement malin. Les personnages sont parfois un peu stéréo-typés (l’agent du FBI cul serré), mais le style est toujours aussi agréable à lire.

Enfin 2 petits bémols me concernant :
– Dompteur d’Anges m’a paru néanmoins moins puissant que Serre-moi Fort
– le côté des parents jadis bourreaux puis victimes n’est pas couvert. Un parti pris.

 

Partagez votre avis dans les commentaires

Sponsor

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.