Christophe REYDI-GRAMOND : Un mensonge explosif

Flag-FRANCE

INFOS ÉDITEUR

un-mensonge-explosif-Reydi-Gramond
[amazon template=image&asin=2264065109]

Parution aux éditions Liana Levi en mai 2014

Parution aux éditions 10/18 en avril 2015

Toulouse, 21 septembre 2001. Un ornithologue de onze ans assiste à la catastrophe qui ébranlera la ville et le pays tout entier. Une déflagration, un éclair gigantesque et l’usine chimique explose, faisant des dizaines de morts et des milliers de blessés. «Un accident industriel à 99% », déclarent d’emblée les autorités. Clovis Lenoir, commissaire à l’Antiterrorisme, sait bien qu’à quelques mois des présidentielles, cette vérité officielle est plus présentable que la menace d’attentat qu’il traque depuis des semaines. Mais cette piste est-elle la bonne? Là encore, trop de lacunes et d’invraisemblances jettent une ombre suspecte sur ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Un journaliste trop bien renseigné, un physicien idéaliste, un espion injoignable, une businesswoman aux dents longues sont quelques-uns des personnages qu’il croisera dans cette enquête gigogne éclatée entre la France, les États-Unis, le Brésil et la Russie.

Dans ce thriller ingénieux, Christophe Reydi-Gramond superpose à plaisir les leurres et les vérités pour laisser son lecteur ravi d’avoir été si brillamment manipulé.

(Source : Liana Levi – Pages : 368 – ISBN : 9782867467295 – Prix : 19,00 €)

L’AVIS DE PIERRE-MARC PANIGONI

Voici ici un livre qui va plaire aux adeptes de la théorie du complot. Christophe Reydi-Gramond s’empare d’un fait divers qui a fait grand bruit en septembre 2001 : 10 jours après la chute des tours jumelles à New York, l’usine AZF explose dans la banlieue de Toulouse.

Le 21 septembre 2001, une usine chimique explose. Très vite la thèse de l’accident industriel est avancée, et ce même si l’antiterrorisme était présent sur place.

Le 13 février 2002, une famille se suicide à Rio, du moins c’est la thèse officielle…

Clovis Lenoir, agent à la DST, est contacté par la police brésilienne pour éclaircir le flou de l’identité des cadavres. Il s’agit en fait d’un journaliste enquêtant sur l’explosion AZF.

Hasard ou coïncidence ? Pour Clovis Lenoir, plus aucun doute et il commence à déterrer l’affaire…

Ce qui m’a attiré dans ce roman, c’est le sujet initial. En effet, je n’avais pas encore lu de polar qui s’emparait de ce fait divers, et rien que pour cela je suis interpellé. Ma curiosité est d’autant plus titillée que la reprise d’un fait divers est souvent délicate et donne régulièrement des résultats incertains.

Cette explosion est un sujet en or pour laisser libre cours à son imagination, car les zones d’ombres sont encore présentes même si l’affaire est classée.

C’est justement ces dernières qui servent de portes d’entrée à l’auteur et qui vont faire la part belle à la théorie du complot. Pour agrémenter cette thèse, l’auteur va utiliser tout l’environnement naturel de cette affaire : la politique avec des élections présidentielles approchantes, du pouvoir lié au CAC40 avec un groupe pétrolier en première ligne et enfin l’ombre terroriste liée au 11 septembre 2011.

L’auteur mélange donc la fiction avec des faits réels, et les imbrique si bien qu’il est difficile parfois de démêler la réalité et l’imaginaire. Même je sais que l’auteur s’amuse avec les faits, je me surprends à aimer ces théories et à me dire « pourquoi pas » après tout…

Vous l’aurez compris, le récit est bien ficelé et nous entraine dans la spirale conspirationniste que l‘auteur a mise en place. Non seulement le rythme donné à l’histoire nous laisse peu de répit, mais la structure du roman également. En effet, cette dernière nous fait danser d’un pied sur l’autre en changeant souvent de point de vue par le biais de changement de narrateur.

Ceci  nous amène donc aux personnages. Ces derniers sont nombreux et assez construits, ce qui leur donne une certaine autonomie qui permet de les voir grandir et évoluer d’agréable façon.

Par contre il y a quand même un mais dans mon avis.

Il concerne certains passages dans lesquels l’auteur part dans des explications qui cassent le rythme et qui, même si elles peuvent être intéressantes, nous font perdre le fil du récit. Je pense notamment à toutes ces explications sur le cosmisme russe, les umites ou les bactéries servant de firewall. Ça me donne un peu le sentiment d’un trop-plein d’informations que l’auteur à souhaiter mettre afin d’utiliser toute sa documentation. Dommage.

Ceci dit, ce roman est une réussite. Nous avons tout ce qu’il faut pour passer un agréable moment de lecture : une intrigue complexe, mais que l’on peut suivre avec plaisir, des situations intéressantes, des personnages bien construits, et le tout avec une sauce de complot, d’attentat et d’accident.

Pour finir, je dirais qu’ « un mensonge explosif » est une très belle découverte, et je ne peux que vous encourager à découvrir ce premier roman, et à suivre les prochains qui arriveront immanquablement.

News

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

Marc MICHEL-AMADRY : Deux zèbres sur la 30e rue

Deux zèbres sur la 30e rue, un roman optimiste et un message de paix. C’est parfois drôle, souvent poétique et pas mal utopiste.
Pierre-Marc PANIGONI
Pierre-Marc PANIGONI
PM, gestionnaire qui préfère le polar aux livres de comptes

Jérémy BOUQUIN : Baraque à frites

Baraque à frites... c’est sombre, c’est la vie qui décide d’en faire certain plus que les autres, c’est qu’aime décrire Bouquin dans… ses bouquins.

David COULON : Demain disparue

Demain disparue... Tension extrême, scénario habile et conclusion surprenante... Habile et puissant de la première à la dernière page

Dodo, chronique d’une maison close – Intégrale

Dodo, c’est Julie, une jeune fille qui après avoir grandi dans la campagne normande, part vivre avec sa mère à Paris… dans la maison close où bosse maman.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre commentaire
Entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.